L'aile Ouest du Palais des Comtes du Maine, réservée à la diplomatie, vous accueille en ses murs.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Annonces du Royaume

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Melinda

avatar

Nombre de messages : 346
Age : 26
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 07/09/2011

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Jeu 4 Avr - 10:13

Citation :



    Négociations



De Nous, Jade de Sparte d'Avila,
Régente du Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae,

À Eusaias Blanc Combaz, Roi de France élu par les français,
À Son Éminence Uriel de Réaumont Kado’ch,


Sincères Salutations



Des frères aristotéliciens combattent entre eux depuis trop longtemps déjà. Ce sont des parents, des enfants qui pleurent les blessés et les morts. Encore combien de temps durera cette guerre sainte ? Pendant encore combien de temps les fureurs se déchaîneront-elles ? Il n’y a rien à gagner pour personne dans cette croisade, tout à perdre. C’est pour cela que, je vous convie à une rencontre de négociations. Le lieu et la date seront fixés après acceptation. Uriel, mon ami, je vous confie cette missive pour que vous la présentiez au Collège des Cardinaux et qu’une personne soit choisie pour représenter notre Mère l’Église.

Chacun devra mettre de l’eau dans son vin, certes les doléances seront écoutées mais il est préférable que nous soyons tous raisonnables et agir pour le bien du peuple. Cette rencontre sera restreinte et ne comportera que trois personnes, il est essentiel que le roi de France et moi-même y soyons en personne.

Trêve de bravade, de guerre d’ego, cela a suffisamment duré.

Que le Très-Haut nous guide tous sur la voie de la sagesse.


Fait et signé au Palais impérial à Strasbourg, ce 4ème jour de mars MCDLXI,








Citation :




    De nous, Eusaias Blanc Combaz,
    Très aristotélicien et très redouté Roi de France,

    A Jade de Sparte
    Régente d’Empire.

    Salut et Paix !


    Nous prenons note de votre volonté d’être médiateur entre la Couronne de France et Rome et nous avouons que le ton employé nous plait bien plus que celui qu’avait employé Fenthick le Fat.

    Nous nous permettons de vous assurer que nous avons proposé la paix aux armées croisées sur notre sol. Je vous copie ici mes mots :


    Citation :
    A Istaar,
    A Mackcimus,
    Salut !


    Ce soir, hélas encore vous découvrirez une autre mauvaise surprise et de plus beaucoup de sang coulera. Mais nous pouvons éviter cela si vous démontez vos armées avant la nuit.
    En contre partie, nous nous engageons à ne plus vous chasser, à faire clore les procès royaux avec des acquittements et de cessez les destitutions.
    Nous accepterons également de recevoir le Cardinal Tully au Louvre afin de mettre un terme à cette guerre inutile.


    La soule est dans votre camp.



    Eusaias Blanc Combaz,
    Très Aristotélicien et très redouté roi de France.

    Ainsi vous pouvez voir que je n’ai jamais souhaité cette guerre que l’on m’a imposée, mais qu’il était dans mon bon droit et de mon devoir de défendre les fils de France face à l’agression et l’oppression.

    Toujours est il que nous acceptons votre invitation, bien mieux puisque Rome est loin et que le conflit se passe en France, je vous invite à venir au Louvre. Vous verrez ainsi que seuls ceux qui veulent la guerre portent une croix sur leurs tuniques.

    Nous ne pouvons toutefois nous affranchir d'un certain pessimisme quant à la bienveillance d'une telle proposition tant que l'Empire continuera à prêter ses couleurs aux armées qui meurtrissent le sol des provinces de France. Le retrait des agréments de Franche-Comté aux armées indésirables sur le sol de notre Royaume nous semble constituer le préliminaire indispensable à toute discussion honnête et dépassionnée, ainsi que le gage le plus sérieux que peut nous donner l'Empire dans son aspiration à la paix.


    Car les paroles ne remplaceront jamais les actes.


    Puisse Dieu protéger les justes et faire périr les bellicistes.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda

avatar

Nombre de messages : 346
Age : 26
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 07/09/2011

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Jeu 4 Avr - 10:13

Citation :
Les Chasses Royales recrutent



Nous, Enguerrand de Lazare Jagellon, Grand Ecuyer de France,
Ainsi que l'ensemble des Chasses Royales,


Annonçons l'ouverture des recrutements aux postes de pages au sein des Chasses Royales.
Les pages seront formés aux charges et fonctions des différents Offices des Chasses Royales et se verront, en fonction de leurs aptitudes, nommés à l'un ou l'autre des postes vacants.

Les offices proposant des postes de page :
- Vénerie (chasse à courre avec chiens)
- Toiles et vautrait (fabrication des pièges, chasses à l'ours et au sanglier)
- Louveterie (chasse aux loups, au blaireau et autres nuisibles)
- Fauconnerie (chasse au vol avec rapaces)


Qu'il est demandé aux candidats d'envoyer une missive exposant leur connaissance et leur motivation.


Qu'enfin, afin que chacun sache les tâches qui pourraient leur incomber, incluons à la présente un extrait de la Charte des Chasses Royales.




Citation :

C) OFFICIERS SECONDAIRES



  • Vénerie

    • Page
      Le page aura pour but exclusif de s'occuper des chiens. Il devra les nourrir, soigner leurs blessures, les laver, s'occuper du bon entretien du chenil et tout ce qui touche le bien être des chiens de Sa Majesté et des Chasses Royales.


    • Valet de chiens
      Le Valet de chiens devra s'occuper de l'éducation des chiens, de leur entrainement et leur créançage mais il devra aussi participer aux chasses en choisissant les chiens qui seront apte à la chasse.


    • Piqueux
      Le piqueux doit localiser l'animal avant même le départ de la chasse, c'est le rembucher. Il analyse les environs et inscrit ses observations sur une carte. Le bon départ de la chasse repose sur lui. Son but est d'indiquer où se trouve l'animal selon lui en fonction du terrain. Les informations recoupées avec celle du valet de limier, sont plus précises et permettent au piqueur d'envoyer les chiens dans la bonne direction, et de prendre de l'avance sur l'animal traqué.


    • Valet de limier
      Le valet de limier possède durant la chasse le chien le plus important de la meute que l'on nomme le limier. Au début de la chasse il est devant les chasseurs, tenant en laisse son chien et devant débusquer l'animal. Il analyse le comportement de son chien en fonction de ce que celui-ci à flairé et informe le piqueur de ses observations. Les informations recoupées avec le celle du piqueux sont plus précises et permettent au piqueur d'envoyer les chiens dans la bonne direction, et de prendre de l'avance sur l'animal traqué. En cours de chasse, il peut être appelé pour maintenir la trace d'un animal qui cherche à perdre les chasseurs. Il intervient aussi derrière le piqueur pour lancer son chien dès que la bête est essoufflée. Il achève dès lors l'animal ou le blesse pour que les chasseurs l'achèvent eux même.


    • Piqueur
      Le piqueur est un homme à cheval qui accompagne la chasse. C'est grâce à lui que la meute est présente durant la chasse et c'est lui qui en a l'entière responsabilité au cours de celle-ci. Il suit la bête et règle la course des chiens afin que ceux-ci ne partent pas tous en même temps et de ne pas épuiser toute la meute. Lorsque l'animal est épuisé, c'est lui qui donne le premier coup de lance. Il doit donc connaître la morphologie de l'animal afin de l'abattre le plus rapidement possible en le faisant souffrir le moins possible. Il lui est aussi demandé de savoir dépecer l'animal, le découper, ainsi que connaître les usages de la curée.




  • Vautrait

    • Lieutenant des toiles
      Le lieutenant des toiles s'occupe du montage des tentes lors des Chasses Royales. Il a aussi en charge la confection des diverses haies et palissades pour la régulation des nuisibles ou la capture d'animaux destinés à être relâchés lors de prochaines chasses. Bien que faisant partie de l'office du Capitaine des Toiles et du Vautrait, il est sous le commandement principal du Grand Veneur de France qui lui commande les différentes haies et palissades pour tout l'Office des Chasses Royales.


    • Valet de limiers
      Le valet de limier possède durant la chasse le plus gros chien de la meute que l'on nomme le limier. Au début de la chasse il est devant les chasseurs, tenant en laisse son chien et devant débusquer l'animal. Il analyse le comportement de son chien en fonction de ce que celui-ci à flairé et informe le piqueur de ses observations. Les informations recoupées avec le celle du piqueux sont plus précises et permettent au piqueur d'envoyer les chiens dans la bonne direction, et de prendre de l'avance sur l'animal traqué. En cours de chasse, il peut être appelé pour maintenir la trace d'un animal qui cherche à perdre les chasseurs. Il intervient aussi derrière le piqueur pour lancer son chien dès que la bête est essoufflée. Il achève dès lors l'animal ou le blesse pour que les chasseurs l'achèvent eux même. Il est habituellement sous le commandement du Capitaine des Toiles et du Vautrait, mais en chasse il passe sous le commandement du Grand Veneur si celui-ci est présent.


    • Piqueur
      Le piqueur est un homme à cheval qui accompagne la chasse. C'est grâce à lui que la meute est présente durant la chasse et c'est lui qui en a l'entière responsabilité au cours de celle-ci. Il suit la bête et règle la course des chiens afin que ceux-ci ne partent pas tous en même temps, afin de ne pas épuiser toute la meute. Il est habituellement sous le commandement du Capitaine des Toiles et du Vautrait, mais en chasse il passe sous le commandement du Grand Veneur si celui-ci est présent. Lorsque l'animal est épuisé, c'est lui qui donne le premier coup de lance. Il doit donc connaître la morphologie de l'animal afin de l'abattre le plus rapidement possible en le faisant souffrir le moins possible. Il lui est aussi demandé de savoir dépecer l'animal, le découper, ainsi que connaître les usages de la curée.




  • Louveterie

    • Louvetier
      Il est l'assistant du Grand Louvetier. Il participe lui aussi aux Chasses Royales et a le savoir pour tuer ou castrer les loups. Il sait aussi comment repérer un loup et notamment le dépecer si besoin. De même, il a connaissance de la morphologie des blaireaux et des autres nuisibles afin d'indiquer au plus juste la blessure qui lui sera mortelle avec les moindres souffrances.


    • Valet de limier
      Le valet de limier possède durant la chasse le plus gros chien de la meute que l'on nomme le limier. Au début de la chasse il est devant les chasseurs, tenant en laisse son chien et devant débusquer l'animal. Il analyse le comportement de son chien en fonction de ce que celui-ci à flairé et informe le piqueur de ses observations. Les informations recoupées avec le celle du piqueux sont plus précises et permettent au piqueur d'envoyer les chiens dans la bonne direction, et de prendre de l'avance sur l'animal traqué. En cours de chasse, il peut être appelé pour maintenir la trace d'un animal qui cherche à perdre les chasseurs. Il intervient aussi derrière le piqueur pour lancer son chien dès que la bête est essoufflée. Il achève dès lors l'animal ou le blesse pour que les chasseurs l'achèvent eux même. Il est habituellement sous le commandement du Grand Louvetier, mais en chasse il passe sous le commandement du Grand Veneur si celui-ci est présent.


    • Piqueur
      Le piqueur est un homme à cheval qui accompagne la chasse. C'est grâce à lui que la meute est présente durant la chasse et c'est lui qui en a l'entière responsabilité au cours de celle-ci. Il suit la bête et règle la course des chiens afin que ceux-ci ne partent pas tous en même temps, afin de ne pas épuiser toute la meute. Il est habituellement sous le commandement du Grand Louvetier, mais en chasse il passe sous le commandement du Grand Veneur si celui-ci est présent. Lorsque l'animal est épuisé, c'est lui qui donne le premier coup de lance. Il doit donc connaître la morphologie de l'animal afin de l'abattre le plus rapidement possible en le faisant souffrir le moins possible. Il lui est aussi demandé de savoir dépecer l'animal, le découper, ainsi que connaître les usages de la curée.




  • Fauconnerie

    • Fauconnier
      Il devra s'occuper des rapaces de Sa Majesté que ce soit de sa nourriture, de son éducation, de ses soins, jusqu'à la chasse en elle même en haut ou bas vol.
      Une fois ses preuves faites il se pourra voir confier l'organisation et la mène d'une chasse de bout en bout.


    • Valet de rets
      Le valet de rets aura la charge de mener son chien pour lever le gibier, il ne devra en aucun cas l'attaquer. Le chien pourra être dressé pour ramener les proies une fois abattues, cependant l'oiseau devra y être dresser pour pas qu'il vienne attaquer le chien qui lui ravit sa proie.


Fait le VIeme jour du mois de mars de l'an de grasce MCDLXI à Vincennes




Citation :



    Négociations II



De Nous, Jade de Sparte d'Avila,
Régente du Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae,

À Eusaias Blanc Combaz, Roi de France élu par les français,


Sincères Salutations



Avons reçu votre lettre et nous vous remercions d'avoir accepté la proposition de médiation. Notre Mère l'Église souhaite également participer et n'y mettra aucune condition, souhaitant qu'il en soit ainsi de votre part. Puisque qu'il ne reste qu'une seule armée avec agrément, nous pouvons faire la requête aux Saintes Armées à ce qu'elle demeure où elle est pour l'instant et demander à ce qu'aucun combat ne soit engagé.

La Curie a émis une suggestion, que je vous transmets, libre à vous de l'accepter ou non. On propose qu'un observateur de chaque parti soit présent mais sans droit de parole. Ceci n'est en aucun cas une obligation mais une simple suggestion.

En espérant que cette rencontre se fasse sous les meilleurs auspices, que la Foy soit notre meilleure conseillère.
Que le Très-Haut protège ses enfants!


Fait et signé au Palais impérial à Strasbourg, ce 5ème jour de mars MCDLXI,









Citation :




    De nous, Eusaias Blanc Combaz,
    Très aristotélicien et très redouté Roi de France,

    A Jade de Sparte,
    Régente d’Empire.

    Salut et Paix !


    Après avoir longtemps subi l'affliction de la guerre en dépit de Nos très nombreuses tentatives de conciliation qui se sont toujours vues repoussées par Rome, Nous prenons bonne note de votre promptitude à vouloir normaliser nos rapports ainsi que le retour de Rome aux sentiments de tempérance qu'elle n'aurait jamais du cesser d'incarner et de promouvoir.

    Concernant l'armée menée par Trixolas, qui sans se réclamer de la croisade bénéficie tout de même de l'agrément de Franche-Comté, nous attendons toujours réception de sa reddition officielle. Sans cette dernière qui ne saurait se solder autrement que par le démantèlement de son armée hostile à la Bourgogne, il ne pourra en aucun cas trouver auprès de nous ni clémence ni repos. Dans le souci de paix que nous partageons, nous l'avons enjoint à descendre ses étendards de guerre. Sil le fait, que Dieu le bénisse et que grâce lui soit rendue pour ce geste de paix. S'il refuse, Nous serons alors dans l'obligation de prendre toute mesure nécessaire à l'extermination de sa troupe armée. Dans cette optique, régente, affirmons maintenir auprès de vous Notre demande de retrait d'agrément Franc-Comtois qui implique sans aucun conteste l'Empire dans la déstabilisation de la Bourgogne.

    Nous vous informons également que les croisés de Nevers qui ont abaissé leur étendard ne nous ont toujours pas adressé ni courrier ni annonce attestant de leur reddition officielle. Aussi, si un itinéraire d'évacuation sûr leur a été indiqué, tout écart de leur part de ce même trajet pourrait s'avérer pour eux particulièrement "piquant". Qu'ils témoignent comme nous le faisons présentement de leur bonne & honnête volonté de paix et le sang s'arrêtera de couler.

    Quant aux négociations, enfin, Nous suggérons que chaque délégation soit constituée de trois représentants. A ce titre, Son Altesse le Dauphin et le Grand Maître de France nous accompagnerons aux négociations. Si un observateur est jugé nécessaire, Nous n'irons pas contre, et pouvons d'ores et déjà affirmer que Notre épouse tiendra ce rôle pour le compte de la France, pour le suave et trop rare plaisir de la voir contrainte au silence en Notre présence.


    Puisse le Très-Haut guider les Hommes de bonne volonté.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda

avatar

Nombre de messages : 346
Age : 26
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 07/09/2011

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Jeu 4 Avr - 10:14

[rp]
Citation :
Nous, Deedlitt de Cassel d'Ailhaud, Grand Ambassadeur de France,

A tous ceux qui liront, salut et paix!


Qu'il soit su qu'en vertu de nos prérogatives, attributions et qualités, après discussion et délibération, déclarons ici et attestons que:
Son Excellence Asphodelle di Cesarini a été désigné par nos soins pour représenter la France en tant qu'Ambassadeur Royal auprès du SRING Francophone.

Portons ce fait à la connaissance de tous qu'il lui soit conféré tout le respect et la dignité liés à cette charge.


Fait le 08 Mars 1461, à Paris.

Deedlitt de Cassel d'Ailhaud

[/rp]

Citation :

    Par Ordre du Roy chef suprême des Forces Armées Royales,

    De nous, Cimbaeth Crawford d’Auchinames,
    En tant qu’Amiral de France,


À tous qui liront ou se feront lire,

Salutations !

Annonçons par la présente, la nomination de Maria Agata Aleramica Imperiali, Signora di Valdinferno, plus connue sous le sobriquet de Tanissa, au poste de Prime-amiral des Corsaires du Roy.

Nous lui souhaitons tout le courage nécessaire dans sa tâche.


Pour la Gloire du Lys et le Goût des Embruns !

Ainsi dictée et paraphée en l’Amirauté de France, ce Douzième de Mars 1461

C. CoA.

Citation :
    OFFICE DES HUISSIERS DE FRANCE, PARIS :


    A tous ceux qui la présente liront,
    De nous, Lanfeust de Troy, Premier Huissier de France.
    Salutations et providence,



    Par la présente, portons à la connaissance de tous la démission de messire Davy de la Roche Tourbière , Baron d'Esneval , Seigneur de Guémicourt et de Saint Arnoult au poste d'Huissier Royal. Nous le remercions de son travail et lui souhaitons bonne continuation.


    Que le Très-haut vous garde !
    Afin que nul ne puisse contester la validité de cette présente, apposons ici notre sceau.
    Rédigée au Louvre le X de mars de l'an de Grâce MCDLXI.






Citation :
De nous Akane Giffard – De Clairval, Duchesse de Cany et de Vernon, Vicomtesse douairière de Carentan, Grand Chambellan, à tous ceux qui liront, ou se feront lire, salut.




    En notre qualité de Grand Chambellan de France, nous annonçons ce jour,

    La nomination de Son Excellence Asphodelle di Césarini au poste de Grand Maistre des Cérémonies ainsi qu'à celui de Vice Grand Chambellan de France.

    Nous lui souhaitons bonne chance dans ses nouvelles fonctions.

    Que le Très-Haut veille sur toutes celles et tous ceux qui liront ou entendront la présente annonce.


Faict et scellé de notre main,
au Palais du Louvre, le onzième jour de mars de l’an de grasce mil quatre cent soixante et un.




Citation :
De nous Akane Giffard – De Clairval, Duchesse de Cany et de Vernon, Vicomtesse douairière de Carentan, Grand Chambellan, à tous ceux qui liront, ou se feront lire, salut.



    En notre qualité de Grand Chambellan de France, nous annonçons ce jour,

    La révocation de la baronne Nahysse Algédor de Plantagenêt de Montfort-Balmyr des membres de la Maison Royale, en raison de sa trop longue absence qui affecte la bonne marche de nostre Office.

    Nous la remercions pour le brillant travail effectué jusqu'ici et nous lui souhaitons une excellente continuation dans ses projets à venir.

    Que le Très-Haut veille sur toutes celles et tous ceux qui liront ou entendront la présente annonce.


Faict et scellé de notre main,
au Palais du Louvre, le onzième jour de mars de l’an de grasce mil quatre cent soixante et un.





Citation :
Nous, Akane Giffard De Clairval, Duchesse de Cany, Vicomtesse de Vernon et Bolbec, Vicomtesse douairière de Carentan, Baronne du Chêne-Doré, Dame d’Epieds en Beauce, Grand Chambellan de France, à tous ceux qui liront, ou se feront lire la présente, salut.

    Annonçons ce jour un appel à candidatures pour le poste de Maître des Cérémonies

    Ces candidatures seront envoyées sous huitaine à compter de ce jour , à notre attention*.

    S’ensuivra un entretien afin de juger les aptitudes de chaque candidat.

    Pour information et aide, voici les prérogatives liées au poste demandé :

      Du Maître des Cérémonies
      Le Maître des Cérémonies seconde et soutient le Grand Maître des Cérémonies à l'Office des Cérémonies Royales, qui veille au cérémonial au sein de la Cour de France.
      Il a en charge en tant que Second, toute l’organisation des cérémonies en présence et pour le Roy, de la bienséance de la Cour en présence du Roy et de la réception des dignitaires étrangers en partenariat avec les Ambassades de France.


Faict et scellé de notre main, au Palais du Louvre,
Le onzième jour de mars de l’an de grasce mil quatre cent soixante et un.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda

avatar

Nombre de messages : 346
Age : 26
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 07/09/2011

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Jeu 4 Avr - 10:15

Citation :

    Nous, Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg, Roi d'Armes de France, et ainsi connue sous le nom de Montjoie,

      Savoir faisons à tous présents et à venir que nous prenons acte de la démission de Sa Grandeur Arnaut de Malemort, comte de Turenne, vicomte de Vitry-sur-Loire, seigneur de Moncontour, de ses fonctions de Héraut d'Armes royal du Limousin et de la Marche. Conséquemment, la marche héraldique Marche est décrétée vacante à compter de ce jour et se verra ouverte à candidature lors de la prochaine session d'examen, l'intérim étant assuré, le temps de la vacance, par Champagne, soit dame Maltea di Favara, Maréchal d'Armes de tutelle.


      En foi de quoi, afin que ce soit chose stable et ferme à toujours, nous avons signé de notre main et fait mettre et apposer notre sceau à cette présente annonce par nous faite et passée et donnée le huitième jour de mars de l'an de grâce MCDLXI.




Citation :

    Nous, Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg, Roi d'Armes de France, et ainsi connue sous le nom de Montjoie,

      Savoir faisons à tous présents et à venir que nous prenons acte de la démission de dame Kathryn d'Aeden Brehnian, dame d'Angoville-sur-Ay et d'Orival, de ses fonctions de Héraut d'Armes royal de Normandie; nous lui souhaitons bonne continuation pour ses projets à venir. Conséquemment, la marche Normandie sera décrétée vacante à compter de la prochaine session d'examen et la démission prendra pleinement effet au terme de ladite session.


      En foi de quoi, afin que ce soit chose stable et ferme à toujours, nous avons signé de notre main et fait mettre et apposer notre sceau à cette présente annonce par nous faite et passée et donnée le huitième jour de mars de l'an de grâce MCDLXI.




Citation :

    Nous, Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg, Roi d'Armes de France, et ainsi connue sous le nom de Montjoie,

      Savoir faisons à tous présents et à venir que nous prenons acte de la démission de Sa Grâce Mathilde de Vaucanson Joncheray, duchesse de Saint-Nectaire, comtesse de Bresteau, baronne d'Allègre, de Loué et de Mercœur d'Auvergne, de ses fonctions de Héraut d'Armes royal généalogiste. Conséquemment, la marche héraldique Mnémosyne est décrétée vacante à compter de ce jour et se verra ouverte à candidature lors de la prochaine session d'examen, l'intérim étant assuré, jusqu'à annonce corrective, par nous-même.
      Nous tenons à indiquer par ailleurs que cette démission fait suite à notre refus permis par les lois héraldiques royales de lui accorder une dérogation pour devenir duchesse du Bourbonnais-Auvergne, refus motivé par les divers changements que connaît le collège héraldique, par les défis qui s'offrent à ce dernier et par le travail important à mener aussi bien au quotidien que sur les moyen et long termes, étant entendu qu'être héraut n'a jamais signifié et ne signifiera jamais se contenter de tenir benoîtement sa marche à jour. De fait, devant ce comportement inacceptable et contraire aux valeurs inhérentes à la Hérauderie de France et le serment y étant attaché, nous précisons que la duchesse de Saint-Nectaire devra éviter de postuler à l'avenir à l'entrée de la Hérauderie de France car il est déjà arrêté que ce sera en pure perte.


      En foi de quoi, afin que ce soit chose stable et ferme à toujours, nous avons signé de notre main et fait mettre et apposer notre sceau à cette présente annonce par nous faite et passée et donnée le huitième jour de mars de l'an de grâce MCDLXI.




Citation :

    Nous, Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg, Roi d'Armes de France, et ainsi connue sous le nom de Montjoie,

      Savoir faisons que dame Isabeau Anne « Enduril » de Noùmerchat, dite Languedoc, Héraut d'Armes royal, en vertu des lois héraldiques royales, est suspendue incontinent de ses fonctions héraldiques du fait de sa reconnaissance en tant que régente du Languedoc; les affaires courantes de la marche seront gérées par nous-même. En outre, nulle demande de dérogation en vertu des lois susmentionnées n'ayant été au préalable formulée par ladite Languedoc, nous nous réservons le droit de convertir cette suspension en une sanction pouvant aller jusqu'à la révocation du collège héraldique, étant entendu que la décision sera prise au terme de la mandature de régence.


      En foi de quoi, afin que ce soit chose stable et ferme à toujours, nous avons signé de notre main et fait mettre et apposer notre sceau à cette présente annonce par nous faite et passée et donnée le huitième jour de mars de l'an de grâce MCDLXI.




Citation :

    Nous, Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg, Roi d'Armes de France, et ainsi connue sous le nom de Montjoie,

      Savoir faisons à tous présents et à venir qu'après consultation des Hérauts et Maréchaux d'Armes royaux, nous avons décidé à procéder à quelques changements dans la gestion des marches héraldiques vacantes et ce, afin d'assurer aux mieux notre mission auprès de la noblesse sur l'ensemble du territoire du Royaume de France. Compte-tenu du nombre importants de démissions et révocations des dernières semaines, il a été décidé de nommer un cinquième maréchal, le temps de pouvoir organiser un nouvel examen héraldique et de faire face aux demandes à traiter. Ce maréchal supplémentaire ne sera donc là de manière provisoire, de manière à soutenir l'activité de la Hérauderie de France le temps que cela sera nécessaire.

      Ainsi, a été arrêtée la répartition des tutelles suivante :


      • Blanche :
        • Angoulême
        • Auvergne
        • Comminges
        • Gascogne
        • Blanche
        • Mnémosyne
        • Phylogène
        • Sylvestre

      • Champagne :
        • Artois
        • Champagne
        • Flandre
        • Guyenne
        • Maine
        • Marche

      • Estampe :
        • Alençon
        • Berry
        • Dauphiné
        • Orléans
        • Touraine
        • Estampe
        • Sigillant

      • Minerve :
        • Anjou
        • Poitou
        • Rouergue
        • Toulouse
        • Astrée
        • Dicé
        • Minerve

      • Saint-Jean :
        • Béarn
        • Bourgogne
        • Normandie
        • Licorne
        • Saint-Jean
        • Sépulcre

      Etant entendu que du fait de la tutelle particulière exercée, nous conservons directement le Languedoc à notre charge tout comme nous conservons notre marche d'Ile-de-France.


      Enfin, il nous apparaît important de rappeler que :


      • d'une part, seules les personnes notées aux registres de la Hérauderie de France sont officiers héraldiques royaux reconnus et légitimes et que toutes les autres se réclamant d'une charge ont ils ne sont pas les titulaires sont des usurpateurs : à cette fin, lesdits registres sont régulièrement mis à jour et consultables par tous en chapelle Saint-Antoine-le-Petit et en antichambre du Louvre;
      • en cas de requête à formuler à la Hérauderie de France, l'usage veut que l'on se tourne en premier lieu vers le héraut attaché à la marche concernée ou le plénipotentiaire y ayant été mandé; en deuxième lieu, vers le Maréchal d'Armes de tutelle; la sollicitation du Roi d'Armes de France devant intervenir en dernier recours.



      Que le Très-Haut garde la féale noblesse du Royaume de France.


      En foi de quoi, afin que ce soit chose stable et ferme à toujours, nous avons signé de notre main et fait mettre et apposer notre sceau à cette présente annonce par nous faite et passée et donnée le huitième jour de mars de l'an de grâce MCDLXI.




Citation :

    Nous, Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg, Roi d'Armes de France, et ainsi connue sous le nom de Montjoie,

      Savoir faisons à tous présents et à venir que la volonté de la Hérauderie de France étant d'être présente et active sur l'ensemble du territoire du Royaume afin de veiller au mieux sur la noblesse de France et de sauvegarder les intérêts d'icelle, il a été décidé, après discussion et concertation avec les Maréchaux d'Armes royaux, de lancer une nouvelle session d'examen à l'entrée du Collège héraldique de France.


      Sont donc ouvertes à candidature les marches suivantes :


      • Alençon
      • Angoulême
      • Anjou
      • Artois
      • Béarn
      • Berry
      • Bourgogne
      • Comminges
      • Dauphiné
      • Gascogne
      • Maine
      • Marche
      • Normandie
      • Poitou
      • Toulouse
      • Mnémosyne
      • Astrée
      • Dicé
      • Licorne
      • Sépulcre


      Les candidatures sont :

      • ouvertes à tous les sujets du Royaume de France, tel que prévu par les lois héraldiques royales;
      • à adresser au Roi d'Armes de France, par missive privée uniquement*;
      • ouvertes jusqu'au vendredi 15 mars 1461 inclus, après vêpres. **


      En foi de quoi, afin que ce soit chose stable et ferme à toujours, nous avons signé de notre main et fait mettre et apposer notre sceau à cette présente annonce par nous faite et passée et donnée le huitième jour de mars de l'an de grâce MCDLXI.





[* mp forum I à adresser à Ingeburge
** vêpres = dernier office liturgique du soir et ici, ce sera jusqu'à 22h59, heure d'hiver française... donc GMT + kekchose]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda

avatar

Nombre de messages : 346
Age : 26
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 07/09/2011

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Jeu 4 Avr - 10:17

Citation :

    DE LA RÉALITE DE LA CROISADE


    Après que le Collège des Cardinaux – et même avant, en fait – par la voix du Camerlingue a appelé tous ce que les royaumes connus comptent d'aristotéliciens à se croiser, la question s'est posée de savoir ce que et qui les Saintes Armées et leurs alliés allaient attaquer. Vrai, le Louvre est aussi imprenable que le Palais pontifical romain. Donc quoi? Comment frapper un roi quand on ne peut l'atteindre? Où aller pour semer la désolation?


    Oui, quoi?

    En Domaine Royal éprouvé par les menées angevines dont Rome a opportunément détourné les yeux quand les populations alençonnaise, champenoise, mainoise, normande, orléanaise avaient besoin de soutien?
    En provinces vassales, terres étrangères à une querelle opposant non pas la France à l'Eglise Aristotélicienne mais un roi régulièrement élu et quelques cardinaux?

    Nous avons eu la réponse et de manière éclatante : la Bourgogne. L'Eglise a décidé de porter le fer dans un duché où les luttes claniques ont toujours existé, elle a décidé de se mêler d'un conflit latent, pas inédit et qui recommencera encore et encore car le fait est que la Bourgogne est divisée de longue date. Jusque lors, elle a tendu la main pour faire réconcilier les Bourguignons aristotéliciens entre eux. Désormais, elle choisit une partie de la population pour la dresser contre l'autre.

    Voilà la réalité de la Croisade : attaquer une province en proie à des dissensions internes qui n'ont pas attendu Rome pour exister.


    Et qui?

    En Normandie, il s'est agi de mettre à terre les Phookaïstes, membres d'une secte, des hérétiques en somme.
    En Béarn, il a été question de se battre contre la même engeance, des hérétiques donc.
    En Anjou, les aristotéliciens sont allés en découdre avec les angevinistes, des schismatiques.
    À Genève, à plusieurs reprises, le conflit était destiné à anéantir le lion de Juda, des hérétiques.
    En cette année 1461, Rome innove en appelant des aristotéliciens à se battre contre des aristotéliciens.

    Voici la réalité de la Croisade : diviser et faire s'affronter des frères en religion.


    Pour la Très Noble Assemblée des Pairs de France,
    Le Primus Inter Pares.


    Donné le treizième jour de mars de l'an de grâce MCDLXI.





[rp]
Citation :
Nous, Deedlitt de Cassel d'Ailhaud, Grand Ambassadeur de France,

A tous ceux qui liront, salut et paix!


Qu'il soit su qu'en vertu de nos prérogatives, attributions et qualités, après discussion et délibération, déclarons ici et attestons que:
Son Excellence Daniel Marques Henriques a été désigné par nos soins pour représenter la France en tant qu'Ambassadeur Royal auprès du Royaume du Portugal.

Portons ce fait à la connaissance de tous qu'il lui soit conféré tout le respect et la dignité liés à cette charge.


Fait le 14 Mars 1461, à Paris.

Deedlitt de Cassel d'Ailhaud

[/rp]

Citation :
    OFFICE DES HUISSIERS DE FRANCE, PARIS :


    A tous ceux qui la présente liront,
    De nous, Lanfeust de Troy, Premier Huissier de France.
    Salutations et providence,



    Nous portons à la connaissance de tous, l'ouverture des candidatures au poste d'Huissier Royal de France.

    Dès parution de la présente, les candidatures devront être motivées et rédigées à l'adresse du Premier Huissier de France (Lanfeust86) ou du Grand Chambellan de France (Akane). Qu'il soit su que seules deux candidatures seront retenues et que réponse sera donnée à chaque postulant. Pour rappel, en vertu de la Charte des Huissiers, les attentes portées sont les suivantes :


    • Les Huissiers Royaux sont en charge de la gestion des entrées au sein du Palais Royal du Louvre, et de toutes les autres résidences royales abritant le Roy ou la Reine ainsi que les membres de la famille royale.

    • Les Huissiers Royaux régissent les entrées et les annoncent lors des cérémonies de la Cour.

    • Les Huissiers Royaux sont stationnés aux portes des divers salles afin d’en restreindre l’entrée et de veiller au respect des règles de l’étiquette.

    • Les Huissiers Royaux sont, de part leur fonction, autorisés à demander aux visiteurs et invités du Louvres dérogeant par leur comportement à la conduite requise au sein de la Cour, ou dont la présence apparaît comme indésirable, de sortir de l’enceinte du Palais.

    • Les Huissiers Royaux sont habilités, en cas de résistance, à faire appel à la Garde Royale pour faire sortir les individus concernés.



    Restant à disposition de tout à chacun pour tout complément d'information relatif à l'Office des Huissiers Royaux.


    Que le Très-haut vous garde !
    Afin que nul ne puisse contester la validité de cette présente, apposons ici notre sceau.
    Rédigée au Louvre le XV de mars de l'an de Grâce MCDLXI.






Citation :
Nous, Akane Giffard De Clairval, Duchesse de Cany, Vicomtesse de Vernon et Bolbec, Vicomtesse douairière de Carentan, Baronne du Chêne-Doré, Dame d’Epieds en Beauce, Grand Chambellan de France, à tous ceux qui liront, ou se feront lire la présente, salut.

  • Annonçons ce jour un appel à candidatures pour le poste de Garde du Corps du Dauphin de France.

    Ces candidatures seront envoyées sous huitaine à compter de ce jour, à notre attention*.

    S’ensuivra un entretien afin de juger les aptitudes de chaque candidat aux côtés de Son Altesse Sancte Iohannes Von Frayner.

    Pour information et aide, voici les prérogatives liées au poste demandé :

    • Du Garde du Corps attaché au Dauphin de France
      Le Garde du Corps attaché au Dauphin de France assure la sécurité physique de Son Altesse.
      Il suit Son Altesse dans ses déplacements**, veille à la sécurité des routes empruntées, et usera de ses armes si nécessaire pour défendre la vie de Son Altesse.
      Excellente condition physique et savoir du maniement des armes exigés.
      Sérieux dans son service et réputation sans tâche souhaitée.



Faict et scellé de notre main, au Palais du Louvre,
Le quinzième jour de mars de l’an de grasce mil quatre cent soixante et un.






*IG = Akane
** = déplacements RP et IG



Citation :
    De nous, Ysa de Lucas d'Airain, Chef du Cabinet pour les provinces du Domaine Royal au Secrétariat d'Etat,
    Au nom de Sa Grasce Anne-Blanche Cornedrue d'Ambroise-Culan, Premier Secrétaire d'Etat
    A tout ceux qui le présent écrit liront ou se feront lire,

    Salutations,


    Qu'il soit su que Son Excellence Bertrand, en charge du secrétariat royal aux affaires normandes, a présenté sa démission et que nous avons consenti à l'accepter. Qu'il soit assuré de la reconnaissance du Premier Secrétaire et de celle de ses pairs pour son engagement au service de la France et son investissement au sein de notre institution.

    Nous annonçons donc, l'ouverture les candidatures pour la charge de Secrétaire d'Etat auprès du Duché de Normandie.

    Les sujets normands désireux de servir la Couronne de France et de défendre ses intérêts, peuvent adresser leur candidature au Premier Secrétaire d'Etat [Ig : Anne_blanche].

    Les conditions pour être candidats sont d'avoir un casier judiciaire vierge et de résider en Normandie.

    Toute candidature motivée sera étudiée et donnera cours à un entretien privé afin de prendre connaissance des motivations et des connaissances de la fonction.


Faict à Sainte-Ménéhoulde, le treizième jour du mois de mars 1461.

Ysa de Lucas d'Airain,
Pour le Premier Secrétaire d'Etat.


Citation :

    Nous, Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg, Roi d'Armes de France, et ainsi connue sous le nom de Montjoie,

      Savoir faisons à tous présents et à venir que nous prenons acte de la décision de Sa Majesté Eusaias Blanc-Combaz, roi de France, datée du dixième jour de janvier de l'année courante relative à la cassation de la destitution de Sa Grandeur Agnès « Gnia » de Saint-Just, comtesse du Lavedan en Béarn, actée le douzième jour de décembre mille quatre cent cinquante-neuf par la Hérauderie de France et conséquemment, savoir faisons que nous reconnaissons ladite Agnès comme comtesse du Lavedan et que nous voulons et entendons qu'en tous actes, lieux et endroits, tant en jugement que dehors, et à perpétuité tant qu'elle vivra noblement et ne fera acte dérogeant à noblesse, elle soit tenue, traitée et réputée pour noble, et reçoive tous les honneurs, préséances et dignités dont ceux reconnus comme nobles doivent jouir et user, étant entendu que tant que ladite Agnès bénéficiera de l'exemption de sujétion tant qu'elle demeurera reine de France consort.


      En foi de quoi, afin que ce soit chose stable et ferme à toujours, nous avons signé de notre main et fait mettre et apposer notre sceau à cette présente annonce par nous faite et passée et donnée le treizième jour de mars de l'an de grâce MCDLXI.





Pièce jointe :
Citation :


      De Nous, Eusaias, roy de France,
      A tous ceux qui liront ou se feront lire.



          « Dis moi qui tu hantes, je te dirais qui tu es. »



    Le Roy n'est pas propriétaire du Royaume, il en est l'usufruitier. C'est parce qu'il a pour devoir de le transmettre en les meilleures conditions possibles à son successeur que la Souveraineté de la Couronne et l'Unité du Royaume l'engagent. Feu le roy Louis Vonafred a œuvré durant son règne à l'apaisement du Royaume en contractant bonne paix avec ses ennemis dès lors qu'ils ouvraient leur cœur au compromis sans exiger de la France qu'elle-même se compromette. Notre politique en la matière s'inscrira dans la continuité de notre illustre prédécesseur.

    Aussi, en vertu des prérogatives qui sont nôtres, pour avoir été le témoin direct des évènements de la guerre civile qui a déchiré la Guyenne lors du conflit opposant la Couronne aux provinces Ponantaises séditieuses, pour avoir pris bonne connaissance de la demande en réhabilitation du Duc de Guyenne Orandin de Litneg en chambre des Feudataires concernant les belligérants de Guyenne destitués pour nuisance au Suzerain sous agrément des provinces Ponantaises et donc dans le cadre du-dit conflit, pour avoir pris acte de la grâce accordée par le Roy Louis Vonafred aux-dits belligérants concernant les dites actions, pour avoir promis ne pas tenir rigueur aux belligérants concernés par le traité de l'Aventin pour les crimes commis par les administrateurs irresponsables de l'Anjou ayant entraîné la rupture du-dit traité ; prenons la décision de casser le verdict du tribunal héraldique relatif à la destitution des belligérants susdits, daté du 12e de Décembre 1459.

    De fait, demandons à la hérauderie d'enregistrer le retour de monsieur Garzimlebo & madame Isambre en les terres du Duché de Blanquefort et de la Baronnie de Luzech, du sieur Betoval en ses terres du Vicomté de Monbahus, de mademoiselle Asophie en ses terres du Vicomté de Terrides comme il leur avait été octroyé, pour qu'ils en soient les bénéficiaires exclusifs & légitimes. Tout octroi éventuel des dites terres à un autre individu, établi postérieurement à la destitution du 12e de Décembre 1460 est donc rendu par la présente caduc, et demandons par conséquent aux éventuels concernés de contacter la hérauderie de France pour que leur soient octroyées de nouvelles terres d'un rang équivalent.

    En ce qui relève de la destitution de Hull19 pour crime de sang et refus d'obtempérer dans le cadre du-dit conflit actée le 10e jour de Novembre 1459, n'était besoin de raison particulière autre que la volonté du régnant pour lui ôter jouissance de sa seigneurie de mérite. Son cas peut dès lors être réglé rapidement par le feudataire actuel de Guyenne s'il décide de lui en octroyer une sans que la Couronne ne vienne contrevenir au bon droit de son vassal. En conséquence, nous laissons la main au feudataire de Guyenne pour se pencher sur le dit-cas, et l'invitons à le réhabiliter de lui-même si d'aventure il le trouvait toujours méritant.

    Ensuite, en vertu des prérogatives qui sont nôtres, annonçons casser le verdict héraldique du 17e de mai 1460 relatif à la destitution d'Agnès de St-Just du Comté de Lavedan pour félonie à la Couronne. Si félonie fut avérée, grâce royale fut octroyée là aussi par Notre prédécesseur. La faute pardonnée, demandons à la hérauderie royale de France d'acter que Nous levons la sanction que ladite faute a entraîné, et permettons dès lors à Agnès de St Just de recouvrer l'usufruit des terres du Comté de Lavedan, conformément à l'octroi qui lui en avait été fait.

    Enfin, nous réitérons notre désir d'ouvrir d'honnêtes discussions avec le Grand Duché de Bretagne pour l'établissement de relations de confiance et d'estime qui puissent se révéler pérennes dans le temps lors d'une entrevue au Mont St Michel, comme nous assurons aux provinces du Poitou, d'Artois, et du Berry, que conformément à nos engagements tenus lors de notre annonce du 30e de Novembre selon lesquels les fautes de l'Anjou ne seraient pas reportées sur les co-signataires du traité de l'Aventin, nous examinerons prochainement, avec eux, & dans un esprit de justice et de bienveillance, les contentieux héraldiques liés aux troubles de la guerre qui les a opposés à la Couronne de France et aux conséquences qui s'en sont suivies. Ces cas étant moins isolés et plus complexes, nous prendrons le temps de les traiter avec la méticulosité que la noblesse de France mérite, dans un état d'esprit apaisé et résolument tourné vers l'avenir.



Qu'il en soit ainsi et heureusement.

Fait au Louvre le 10 janvier 1461.





Citation :



    Négociations III



De Nous, Jade de Sparte d'Avila,
Régente du Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae,

À Eusaias Blanc Combaz, Roi de France élu par les français,


Sincères Salutations



Veuillez excuser le délai de réponse, Nous attendions celle de la Curie quant au choix de son représentant. Son Éminence le Cardinal de Réaumont Kado'ch a été désigné pour être l'interlocuteur privilégié de l'Église. Connaissant le Cardinal depuis plusieurs années, je entièrement satisfaite pour ma part de ce choix.

La Curie préfère s'en tenir à un nombre restreint d'interlocuteurs et Nous abondons également en ce sens. Ne restant plus qu'à fixer la date et le lieu. Nous pouvons vous proposer le Palais Impérial de Strasbourg ce jeudi 14ème jour de mars si cela vous convient.

Ayant foy en une médiation dans le calme.
Que le Très-Haut soit miséricordieux !


Fait et signé au Palais impérial à Strasbourg, ce 12ème jour de mars MCDLXI,










Citation :




    De nous, Eusaias Blanc Combaz,
    Très aristotélicien et très redouté Roi de France,

    A Jade de Sparte,
    Régente d’Empire.

    Salut et Paix !




    Faites dresser la table, nous arrivons.




    Puisse le Très-Haut guider les Hommes de bonne volonté.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda

avatar

Nombre de messages : 346
Age : 26
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 07/09/2011

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Jeu 4 Avr - 10:17

Citation :
Nous, Amory de Lucas, Prévôt de Paris, à tous ceux qui le présent écrit liront ou se feront lire, salut ;

Attestons que nous avons retenu comme membre du Guet de Paris, Messire albin. . Nous lui souhaitons bonne chance dans sa fonction et c'est avec joie que nous l'accueillons parmi nous.


Nous tenons dès lors à rappeler que la Prévôté de Paris recrute de façon permanente et que les postes à pourvoir sont :


•Membres du Guet Royal : Maréchaux de la cité de Paris

•Geôliers : Gardiens des prisons de la capitale

Aussi, si vous êtes intéressé, n'hésitez pas à me faire parvenir vos candidatures (IG : amory).

Faict à Paris, le 10 Mars de l'an 1461,


Prévôt de Paris




Citation :
De nous Akane Giffard – De Clairval, Duchesse de Cany et de Vernon, Vicomtesse de Bolbec, Vicomtesse douairière de Carentan, Grand Chambellan, à tous ceux qui liront, ou se feront lire, salut.





    En notre qualité de Grand Chambellan de France, nous annonçons ce jour,

    La nomination de Fancho d’Arriglia, au poste de troubadour royal.

    Nous lui souhaitons bonne chance dans sa nouvelle fonction. Nous l’invitons par ailleurs à se rendre au plus vite en les locaux de la Curia Regis.

    Que le Très-Haut veille sur toutes celles et tous ceux qui liront ou entendront la présente annonce.

    Faict et scellé de notre main,
    au Palais du Louvre, le dix septième jour du mois de mars de l’an de grasce mil quatre cent soixante et un.







Citation :

    De nous, Adeline de Courcy, Grande Rectrice de l’Ostel Dieu de Paris,
    A tous ceux qui liront ou se feront lire,

    Nous annonçons qu’une nouvelle session débutera le 1er avril de l’an de grâce 1461 au sein de la Faculté de l’Ostel Dieu de Paris et qu’à cette occasion, toutes personnes désirant suivre le cursus de médecine est invitées à se rendre au secrétariat de la faculté afin d’y retirer et déposer le dossier d’inscription.

    Fait à Paris, le 4ème jour de mars de l’an de grâce MCDLXI



Citation :

    A Clodeweck de Montfort-Toxandrie, primat de Bretagne, prêtre de la Très Sainte l'Eglise Aristotélicienne,
    Au-delà, à l'ensemble des sujets du Royaume de France,


    Il revient à la Très Sainte Église Aristotélicienne de s'organiser, de légiférer et de se comporter dans le cadre de sa réglementation afin de nommer sur terre les ministres du Très-Haut; si l'Assemblée Épiscopale de France a jugé opportun et justifié de renvoyer l'Archevêque de Tours, cela est son droit le plus strict. Dès lors, la Très Noble Assemblée des Pairs de France ne saurait se mêler d'une décision de révocation épiscopale prise par l'assemblée ad hoc, ni même la commenter, car il n'est pas dans ses prérogatives de juger du bien-fondé et de la justesse de ce genre d'arrêt.

    Depuis des semaines, même si cette position n'est en fait en rien inédite, la Très Noble Assemblée des Pairs de France n'a eu de cesse de réaffirmer que Rome se devait de s'en tenir au domaine spirituel et au rôle de pasteur qui lui avait été confié par Christos lors de la fondation de la Très Sainte Église devant ses apôtres; ce n'est pas pour s'arroger soudainement des droits d'intervention et même, d'ingérence, dans ledit domaine.

    S'il plaît au père Clodeweck d'écrire à nouveau à la Très Noble Assemblée des Pairs de France, qu'il le fasse donc mais pas plus que cela n'est le cas ce jour d'hui, icelle ne saurait contester les décisions des autorités romaines en matière d'organisation de son personnel, pas plus qu'elle ne saurait être prise à partie dans des luttes internes qui, elle l'espère, n'affecteront pas les sujets déjà bien éprouvés du royaume de France.


    Donné le dix-septième jour de mars de l'an de grâce MCDLXI.


    Pour la Très Noble Assemblée des Pairs de France,
    Le Primus Inter Pares.




    Pairs de France s'étant prononcés sur la saisine concernée : Actarius d'Euphor, Thibaud-Xavier de Lugdarès, Marie Alice de Meyrieux, Pierre du Val de Loire, Datan l'Épervier, Dotch d'Appérault de Cassel, Bourguignon de Sorel, Angelyque de la Mirandole, Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg, Keridil d'Amahir-Euphor, Lexhor d'Amahir, Anthémios de Déliancourt, Ztneik du Ried, Bess Saincte-Merveille.

--Dom_courtin a écrit:
Citation :


Province de Tours


De la tentative de dictature Romaine.

Du Père Clodeweck de Montfort-Toxandrie, Cardinal-archevêque de Tours par protection papale, primat de Bretagne, duc de Montfort, seigneur de Boiselle, prélat des Eglises de France et de Bretagne, prêtre dévoué de l'Eglise Aristotélicienne, devant Dieu et sous le regard des hommes.


Aux Pairs de France
A tous ceux qui pourront lire, ou se faire lire.

Notre foy et notre église sont Aristotéliciennes, jamais il n’a été dit qu’elles étaient romaines.
Christos lorsqu’il fonda l’Eglise chargea Titus de la diriger, puis regardant ses autres, apôtres.

" Et vous, regardez-vous, voilà que vous oubliez la vertu et devenez jaloux! Pour faire partie de ma communauté fidèle à Dieu, il faudra tendre à être pur de tout péché. Or je vois bien qu’aucun d’entre vous ne peut prétendre à un tel niveau de vertu. Tournez vous alors vers Dieu, mes frères, car lui est miséricordieux et vous donne l’occasion de vous laver de vos fautes et de suivre le chemin que je trace pour vous.
N’ayez donc pas de peine, car vous serez mes successeurs, vous diffuserez la bonne nouvelle à toutes les nations en aidant Titus à créer mon Eglise. Ainsi, Je fais de vous les guides des fidèles de Dieu. Soyez des modèles pour ceux qui vous écoutent, car un mauvais guide trace une mauvaise route à ceux qui le suivent. Je vous nomme episkopoi (évêques). Vous aurez à charge le Salut de vos ouailles. "


Nous voyons bien qu’aujourd’hui la Curie et ceux qui la suivent se perdent dans d’acédie , loin de la vertu.

Soyez des modèles pour ceux qui vous écoutent, car un mauvais guide trace une mauvaise route à ceux qui le suivent.

Trois cardinaux français avides de pouvoir guident ceux qui les suivent à la perte de l’Eglise.
- Est-ce vertueux que de vouloir imposer aux rois de ce monde ?
- Est-ce vertueux que d’appeler les peuples à la guerre ?
- Est-ce vertueux que de préférer l’oisiveté et la politique de parti à la charge de prêtre ?
- Est-ce vertueux de négliger les fidèles, de laisser traîner les procès, de ne plus partager le pain, de ne pas répondre à leur demandes, à leur courriers, de ne pas les baptiser, de laisser durer des pastorales durant des lustres, de na pas baptiser ou marier, de laisser les paroisses vides et les diocèses sans berger. Au lieu de cela réagir dans la journée pour excommunier au lieu de rassembler, de châtier au lieu de pardonner, de décider sans dialoguer, de tuer au lieu de comprendre et de lancer les peuples dans la guerre pour assouvir un besoin de pouvoir ?
- Est-ce vertueux de vouloir tenir la noblesse en asservissement sous menace d’une excommunication sans pardon ?
- Est-ce vertueux de mentir pour cacher les fautes de l’Eglise ?
- Est-ce vertueux d’écrire tant de textes contradictoires pour noyer la parole de Dieu ?
- Est-ce vertueux de forcer les fidèles à suivre un droit canon écrit par les hommes pour eux même au lieu de suivre la parole de Dieu.
- Est-ce vertueux de faire sienne la parole de celui qu’on ne doit pas nommer « le fort doit dominer le faible » ?
- Car la Curie Romaine ne fait pas autre chose.

Je le dis aujourd’hui, à chaque clerc, chaque noble, chaque gouvernant, chaque enfant du Très Haut, la Curie s’est perdue et ceux qui la suivent ou la suivront se perdent avec.
Je dis à tous les hommes de bonne volonté écoutez la parole de Dieu, ne suivez plus des prélats pervertis et menteurs.

Aaron, soit disant cardinal, qui ne pense qu’à sa carrière, absent six mois sur douze, se contredisant au gré des circonstances, mentant pour protéger son siège , ne s’occupant même pas d’un diocèse, et négligeant autant que méprisant les fidèles.

Rehael, vipère cachée derrière les sainctes armées, distillant son fiel sans jamais se mettre en avant. Qui a usé de sorcellerie pour faire tomber feu Vonafred, et qui une fois découvert invente un mensonge repris en chœur par tous les péteux, les couards, les peureux et les lâches qui n’osent pas le contredire et les suceurs de braies qui veulent grandir dans l’ombre de ses titres et de son pouvoir sur les princes.

Diftain, âne mitré, qui n’a jamais rien fait que de s’attribuer le travail des autres, qui excommunie à tour de bras sans comprendre ce qu’il fait puis disparaît dans sa petitesse et ce cache comme un rat apeuré.

Voilà mes frères, ce sont là les trois personnes qui bien à l’abri derrière les murailles de Rome, que personne ne prendra, s’entraident pour gagner le pouvoir de commander aux princes et aux rois.
Est-ce ça le berger que Christos donna aux hommes ?

NON, la foi ne leur appartient pas, elle n’est pas leur propriété elle n’est plus pour eux qu’un outils de pouvoir.

Pour ma part j’ai dit en Novembre que je m’opposerais à l’Eglise de la Haine, le résultat ne se fit pas attendre. Cependant je ne reconnais plus à une Curie dévoyée la moindre autorité sur les fidèles ou sur les clercs.
Pas plus que je ne reconnais à une assemblée dont je ne fait plus partie depuis longtemps, le droit de décider à ma place de ce qui est bon pour la foy ou pour les fidéles.

- L’assemblée des évêques de France
- Est elle capable de nommer de bons évêques partout ? Non !
- Ces évêques sont ils capables de nommer des curés dans toutes les cures ? Non !
Quel exemple de conscience !
En quoi serait elle fondée a donner des conseils sur ce qu’elle est incapable de faire ?
En quoi serait elle fondée de décider quoi que ce soit dans un domaine où elle se rélève un abîme de nullité ?

Ajoutant à cela, que la Curie comme l’AEF désobéissent au pape ouvertement et s’en ventent.

Pour ces raisons, je le redis, je ne reconnais plus aucune autorité ni à la Curie, ni à l’AEF, j’espère que sa Sainteté le pape saura faire le ménage dans cette nasse de crabes, car il y va de sa propre crédibilité.

Je le dis donc à tous les régnants, Pairs, Ducs et Comtes, vous avez le pouvoir de choisir aujourd’hui les bergers de vos peuples, n’ayez plus peur, ne soyez plus obligés de ces messieurs de Rome.

Ceux de la haute noblesse qui ont été excommuniés ou menacés d'excommunication n'ont pas à avoir peur, j'ai levé, je le rappelle, ces excommunications comme j'en avait le droit, prenant le parti de ceux qui œuvrent contre Rome qui triche.

Je me permettrais d'autres missives, avec votre permission, portant la preuve des mensonges de Rome.

Fait à Tours ce 12ème jour du mois de Mars de l’an de Grâce MCDXI



Citation :

    De nous, Cleopatre dePayns, Chef du Cabinet des Provinces du Sud au Secrétariat d'Etat
    Au nom de Sa Grasce Anne-Blanche Cornedrue d'Ambroise-Culan, Premier Secrétaire d'Etat
    A tout ceux qui le présent écrit liront ou se feront lire,

    Salutations,


    Qu'il soit su que Son Excellence Theodore du Lourdou, en charge du secrétariat royal aux affaires guyennoises, a présenté sa démission et que nous avons consenti à l'accepter. C'est avec regret que nous voyons un officier royal dévoué rendre sa charge. Qu'il soit assuré de la reconnaissance du Premier Secrétaire et de celle de ses pairs pour son engagement au service de la France son investissement au sein de notre institution.

    Annonçons l'ouverture, dès ce jour, des candidatures pour la charge de Secrétaire d'Etat près le Duché de Guyenne. Qu'il soit su que de par sa nature, le Secrétaire d'Etat est une personne qui est l'intermédiaire entre le Conseil et certaines Autorités Royales, qu'il faut que le Regnant puisse lui faire confiance; que tout citoyen résidant en la Province de Guyenne peut faire acte de candidature. Les sujets guyennois désireux de servir la Couronne de France et de défendre ses intérêts, peuvent adresser leur candidature au Premier Secrétaire d'Etat
    [Ig : Anne_blanche].


Faict à Millau,
Le dix-neuvième jour du mois de Mars MCDLXI,

Cleopatre dePayns.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda

avatar

Nombre de messages : 346
Age : 26
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 07/09/2011

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Jeu 11 Avr - 12:06

Citation :

    NOMINATION AU SEIN DE LA MAISON ECCLESIASTIQUE DU ROY

    Nous, Daniel Marques Henriques, Grand Aumônier de France, déclarons:

    Nommer Dame Hélène Blackney d'Acoma à la charge de Chef de Choeur de la Chapelle Royale.

    A ce titre, elle aura en charge de former un choeur de qualité afin de rendre à l'institution ses lettres de noblesse.
    Nous lui souhaitons courage et force et sommes persuadés qu'elle saura mettre son talent en valeur au sein de la Maison Ecclésiastique du Roy.

    Fait le 20 Mars 1461 à Paris,



    Daniel Marques Henriques
    Grand Aumônier de France


Citation :

    COMPTE-RENDU HEBDOMADAIRE DE LA TRES NOBLE ASSEMBLEE DES PAIRS DE FRANCE
    Du 25 février au 17 mars 1461.


    Travaux


    Discussions en cours :


    • Éclaircissements autour de la régence

    • Éclaircissements autour de la grâce royale

    • Point sur différentes provinces vassales : Artois, Anjou, Bourgogne, Flandres, Rouergue.

    • Travaux préparatoires sur le déroulement de la guerre d'Anjou : rédaction des chroniques de guerre.

    • Renforcement du lien entre la Pairie et la Curia Regis

    • Inventaire des lois royales : consultation des Grands Officiers

    • Suivi de la situation avec la Curie romaine et de la croisade

    • Discussion sur la réintégration des Pairs Emérites

    • Demande de l'Université de Belrupt

    • Projet de relance de discussion avec le Grand Duché de Bretagne en compagnie du Grand Ambassadeur pour le compte de la Couronne.




    Discussions closes :


    • Courrier de Clodeweck de Montfort-Toxandrie, primat de Bretagne, prêtre de la Très Sainte l'Eglise Aristotélicienne - Réponse de la Très Noble Assemblée en date du dix-sept mars 1641

    • Éclaircissements autour des candidatures à l'entrée de la Pairie refusées

    • Candidature à la Pairie : Dossier de Sa Grasce Akane transmis au Roy suite au vote de la Pairie le seize mars 1461



    Positionnement sur la croisade :


    • De la Réalité de la Croisade



    Le saviez-vous?

      Selon la Charte Fondamentale du Royaume de France, la Très Noble Assemblée des Pairs de France prête « conseil au Monarque en politique générale pour la gouvernance du Royaume ».

      Ce rôle de conseil a été défini de plusieurs manières à travers le temps. La première allusion date de la Charte du Royaume de France prise le dix août mille quatre cent cinquante-trois. La prérogative y est indirectement évoquée. Le Monarque avait alors la possibilité de nommer un ou plusieurs Pairs dans un Conseil Privé pour un mandat de deux mois renouvelable. Le Monarque pouvait "autoriser certaines pairs du royaume à gouverner en son nom". L'évocation de ce devoir se précise dans un édit royal du vingt-cinq août mille quatre cent cinquante-six. Le Roi Levan III y explique que l'élargissement de la Pairie est notamment positive en ce qu'elle offre "des talents plus variés dans les conseils à nous donnés". C'est l'affirmation légale d'un rôle qu'ont rapidement embrassé les Pairs dans les faits, mais qui ne figurait toujours pas formellement dans les Statuts du Royaume de France promulgués le vingt-deux mille quatre cent cinquante-quatre.

      Il faut attendre la Charte Fondamentale du Royaume de France adoptée le cinq février mille quatre cent soixante pour voir cette prérogative être définie clairement en tant que telle. Plusieurs facteurs expliquent cette formalisation d'un rôle qu'au final les Pairs ont toujours rempli. Le premier, le plus évident, est précisément que ce rôle était implicite. Le second est que ce rôle a pris de l'importance avec la multiplication des changements de Monarque et donc de lignes politiques. Dans un Royaume où les Monarques peuvent adopter des positions radicalement différentes dans leur gestion, les Pairs se sont affirmés de par leur expérience, leur longévité et leurs connaissances comme des conseillers dont le point de vue a souvent permis à la gouvernance du Royaume de ne pas partir dans tous les extrêmes et de garder une forme d'équilibre.

      Dans les faits, cette prérogative prend la forme suivante: il est de coutume que les Monarques présentent durant leur règne différents projets à l'Assemblée des Pairs de France. Ceux-ci sont analysés, critiqués, leurs implications sont mesurées et les Pairs font part librement de leur point de vue au Monarque. Le Monarque suit ces avis ou non à l'envi. Les conseils délivrés lui permettent en tous les cas, ainsi que l'a signifié le Roi Levan III, de pouvoir bénéficié d'avis variés et donc par la même de décider en toute connaissance de cause. A la condition bien évidemment qu'il ait pris la peine de consulter l'Assemblée, chose qui n'est pas systématique.


    Le portrait de la semaine

      Anthemios de Déliancourt dict "Lekaiser", Baron de Massy et de Lalinde, Pair de France depuis le vingt-troisième jour d’octobre de l’an de grâce mille quatre cent soixante ; par Bourguignon de Sorel, Duc de Beaugency.

      * Lekaiser est un militaire dans l'âme, déjà avant notre rencontre il s'était investi au sein de la COPA, l'armée périgourdine, gravissant toutes les marches de la hierarchie militaire. Du simple soldat jusqu'au poste de Capitaine qu'il occupa plusieurs mois. Ses talents de meneur d'hommes et sa capacité à gérer les armées le conduisirent ensuite à devenir le premier Capitaine de Feue l'Alliance du Centre, un poste sur mesure où il brilla par sa participation à de nombreuses batailles.

      C'est fort de ces expériences qu'il rejoignit la Connétablie de France en tant que Maréchal de France pour le pays d'Oïl. Après quasiment un an de service il fut nommé Connétable de France et s'est à cet instant que notre collaboration commença. Travailleur acharné il entreprit une réforme de fond au sein de son Office, lui permettant une meilleure réactivité mais son travail ne se limita pas à cela, il dut gérer de nombreux conflits et mis tout son génie militaire au service de la Couronne que se soit durant sa fonction de Grand Officier ou plus récemment en tant que vassal du Roy. Si la Couronne a pu obtenir de précieuses victoires c'est en partie grâce à ses talents de stratège.

      Toutes ces années de service auprès de la Couronne lui ont permis d'acquérir un regard avisé sur nos institutions, ceci est un atout indéniable. Le baron est un Royaliste de la première heure et un soutien indéfectible de la Couronne.

      * Domaines de compétences : Gestion et commandement d'armées, Stratège militaire, Gestion d’un Grand Office.

      * De la Très Noble Assemblée des Pairs de France, le baron a dit : " La plume est l'arme du Pair ce que l'épée est celle du Soldat. A cela, l'une comme l'autre, maniée avec dextérité, est redoutable d'efficacité. "



    Donné le vingtième jour de mars de l'an de grâce MCDLX.


    Pour la Très Noble Assemblée des Pairs de France,
    En l'absence du Primus inter Pares

    Bourguignon de Sorel


Citation :
    OFFICE DES HUISSIERS DE FRANCE, PARIS :


    A tous ceux qui la présente liront,
    De nous, Lanfeust de Troy, Premier Huissier de France.
    Salutations et providence,



    Par la présente, portons à la connaissance de tous la nomination de messire Pline de Lusignan au poste d'Huissier Royal. Puisse la réussite l'épauler dans la tâche qui l'incombe désormais.


    Que le Très-haut vous garde !
    Afin que nul ne puisse contester la validité de cette présente, apposons ici notre sceau.
    Rédigée au Louvre le XXII de mars de l'an de Grâce MCDLXI.






Citation :
À tous ceux qui lieront, entendront ou se feront lire cette présente sachent que,

Nous, Florentin,
Premier Maître d'Hôtel du Roy,

Annonçons la nomination de dame Léanor de Sennely au statut de fournisseur royal de Cotignac qui est une gelée de coing traditionnellement fabriquée en Orléans et produite sur ses terres de SEnnely.

L'exclusivité de cette spécialité culinaire de dame Leanor est donc réservée à Sa Majesté, et portera désormais l'estampille des fournisseurs royaux

Fait au Palais Royal du Louvre,
Le 22 mars 1456

Citation :

Nous Heloise Victoire de Troy, Chambellan de la Maison Privée Royale,

A tout ceux qui liront,

Annonçons par la presente la nomination de Dame Helène Backney , Baronne de Forbach, Dame de Bouillon sur mer, au poste de Demoiselle de Compagnie au sein de la Maison Privée Royale.

Nous lui souhaitons bonne chance pour sa nouvelle fonction.

Fait a Paris ce 20ème jour de Mars de l'An de Grasce 1461




Citation :
Nous, Sa Majesté Agnès de Saint Just, Reyne consort de France,
Nous Heloise Victoire de Troy Chambellan de la Maison Privée Royale;

A tous ceux qui liront, ou se feront lire la présente, salut.

Annonçons ce jour un appel à candidatures pour le poste de Maitre d'Arme de son Altesse Lionel Parfait de Blanc Combaz

Nous invitons les personnes désireuses de postuler à nous présenter leur motivation pour la charge accompagnée de leur vision de celle-ci ainsi que d'eventuels projets. Ces candidatures seront envoyées sous huitaine à compter de ce jour, à notre attention*.

S’ensuivra un entretien afin de juger les aptitudes de chaque candidat aux côtés de Sa Majesté Agnes Saint Just, Reyne Consort de France..

Pour information et aide, voici les prérogatives liées au poste demandé :


- Savoir du maniement des armes exigés.
- Savoir inculquer a sa Jeune Altesse les principes de base des armes, du combat.
- Sérieux dans son service et réputation sans tâche souhaitée.



Faict et scellé de notre main, au Palais du Louvre,
Le 21 ème jour de mars de l’an de grasce mil quatre cent soixante et un.











(*Nom IG : Heloise.Victoire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda

avatar

Nombre de messages : 346
Age : 26
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 07/09/2011

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Jeu 11 Avr - 12:07

Citation :



Par la présente, Nous,
Maelia Du Bivoac&Vlaanderen, Vicomtesse de Sablé sur Sarthe et de Touvoie, Grand Archiviste de France,


    Annonçons les nominations de :

    • Dame Lafee à la charge d'Archiviste Judiciaire pour le Comté du Poitou.

      Nous lui souhaitons bon courage dans la tâche qui lui incombe désormais.



    Annonçons que nous acceptons les démissions de:

    • Sieur Hull19, Archiviste Politique pour le Duché de Guyenne.
    • Dame Edwin., Archiviste Politique pour le Comté de Rouergue.

      Nous tenons à les remercier pour leur travail effectué et leur souhaitons bon courage pour la suite.


    Annonçons aussi la révocation de :

    • Dame Enduril, qui était formée à la charge d'Archiviste Politique pour le Comté du Languedoc.
    • Dame Leandana, du poste de Chef du Région du Domaine Royal.




Fait aux Archives Royales,
Le XXIVième jour du Mois de Mars de l'An de Grâce MCDLXI.




Citation :

Nous, Stéphandra Dandolo du Moutier, Grand Prévôt de France, et Pattricia La Canéda, Capitaine de la Garde Royale

A tous ceux qui le présent écrit liront ou se feront lire,

Salutations,

Nommons ce jour, Tolanhdruth de Sars, Seigneur de Saint Léger du Houley , Lieutenant du Roy.

Il dirigera la Commanderie du Centre, alors qu'il occupe officieusement depuis quelques temps déjà le poste d'Adjoint du Capitaine de la Garde Royale.

De part son expérience, de son investissement et du respect de ses compagnons de la garde, nous ne doutons pas qu'il mènera de la meilleure manière qui soit les missions qui lui seront confiées, nous lui souhaitons réussites dans ses nouvelles fonctions.

Faict à Paris le 23 jour du mois de mars de l'an de grâce 1461






Stéphandra Dandolo du Moutier
Grand Prévôt de France








Pattricia La Canéda
Capitaine de la Garde Royale








Citation :

Nous, Stéphandra Dandolo du Moutier, Grand Prévôt de France, et Pattricia La Canéda, Capitaine de la Garde Royale

A tous ceux qui le présent écrit liront ou se feront lire,

Salutations,

Nommons ce jour, Ricco, Seigneur de Saint Laurent du Buisson , Lieutenant du Roy.

Il dirigera la Commanderie du Ponant, alors qu'il est de grand et bon conseil auprès du Capitaine de la Garde Royale, et ce, depuis son arrivée au sein de notre noble institution.

De part son expérience, de son investissement et du respect de ses compagnons de la garde, nous ne doutons pas qu'il mènera de la meilleure manière qui soit les missions qui lui seront confiées, nous lui souhaitons réussites dans ses nouvelles fonctions.

Faict à Paris le 23 jour du mois de mars de l'an de grâce 1461






Stéphandra Dandolo du Moutier
Grand Prévôt de France








Pattricia La Canéda
Capitaine de la Garde Royale






Citation :

    Vous avez envie de vous investir dans un Corps d’Elite au service de Sa Majesté, pour sa sauvegarde.
    Vous avez envie d'être actif et acteur en participant aux événements.
    Vous avez envie de vous investir pour la Pérennité du Royaume de France, de sa Justice et de ses institutions, alors rejoignez la Garde Royale.





    La Garde Royale recrute





    La Garde Royale

    1- Son rôle et ses attributions

    La Garde Royale est le corps d'élite de Sa Majesté le Roy ou la Reyne de France. Commandée par le Capitaine de la Garde, elle est composée d'hommes et de femmes volontaires et souhaitant servir la Couronne et a pour mission première d'assurer la protection de la famille royale en tous temps, tous lieux, et toutes conditions.

    Elle se doit d'assurer les intérêts du Royaume de France et sa souveraineté dans toute son étendue, et ne se limite donc pas au seul Domaine Royal. Elle se doit d'être le corps d'armes privilégié de la Grande Prévôté pour faire valoir la Justice Royale, et a également pour mission d'appliquer les lettres de cachets.

    Une part de l’effectif de la Garde Royale est détachée sous les ordres du Prévôt de Paris afin d’assurer la protection des membres de la famille Royale de France, ainsi que de la sécurité de la ville. Si le besoin s'en fait ressentir le Prévôt de Paris peut à tout moment réquisitionner des membres supplémentaires.

    Pour assurer sa mission dans tout le royaume, la Garde Royale est chargée :
    • d’appliquer les décisions du pouvoir Royal en matière judiciaire ou militaire,
    • d’arrêter les personnes portant atteinte à l’intégrité du Royaume de France,
    • de protéger les biens appartenant au Royaume de France,
    • d’aider à la protection des Duchés et Comtés du royaume,
    • de chasser les brigands sur le territoire de France.

    En temps de mobilisation, la Garde Royale peut former une armée dirigée par son Capitaine, et placée alors sous les ordres de la Connétablie de France, ou encore former des lances intégrées à d'autres armées de l'Ost Royal.

    Pour avoir une efficacité optimale la Garde se doit de compter au maximum deux nobles par province Françoise.


    2. Le Capitaine de la Garde Royale

    Il est nommé par le Grand Prévôt de France pour diriger la Garde Royale.

    Sa mission première est de protéger la famille royale, ainsi que le Royaume de France dans toute sa superficie. Il établit avec le Grand Prévôt la liste des hommes réquisitionnés pour les différentes missions de la Garde Royale.


    3. Les Lieutenants

    Les Lieutenants de la Garde Royale sont nommés par le Capitaine de la Garde Royale après avis du Grand Prévôt de France. Ils doivent être issus de la noblesse de mérite Françoise et à ce titre ont la fonction d’officier. Ils ont pour mission de gérer la commanderie régionale à laquelle ils sont attachés, d'assister le capitaine dans l'organisation et la coordination des missions et de gérer les recrutements régionaux.


    4. Les Gardes du Corps

    Le Gardes du Corps de la Garde Royale sont issus de la noblesse de mérite Françoise et, à ce titre, ont la fonction d’officier. Ils sont rattachés à la commanderie de leur région, et peuvent prétendre au grade de Lieutenant. Seuls les officiers sont habilités à en porter les ornements officiels de la Garde Royale.


    5. Les Gardes Royaux

    Le poste de Garde Royal est accessible à tous Françoys marquant la volonté de servir la Garde Royale et la Couronne de France. Ils sont rattachés à la Commanderie de leur région.



    Avant tout vous vous engagez auprès du Roy, rien ne compte plus aux yeux des membres de la Garde Royale que la sécurité du Roy. Vous devez pouvoir partir sur les routes du jour au lendemain dès que le Capitaine le demande.



    Vous pouvez envoyer votre Dossier de Candidature
    A : Messire Argawaen Dehuit de Malemort, Seigneur de Cosnac et de Lugan
    A : Messire Tolanhdruth de Sars, Seigneur de Sant Léger sur Houley

    Ils étudieront avec attention votre candidature

    Les Entretiens se dérouleront au Louvre ( ici )



    "Mon Corps pour le Roy", telle est notre Devise !


    Pattricia La Canéda, Dame de La Force
    Capitaine de la Garde Royale









    [b]Stéphandra Dandolo du Moutier
    Grand Prévôt de France




    http://curiarr.forumactif.org/forum.htm
[/quote]


Citation :
De nous, Lexhor d'Amahir, Grand Maître de France,
A tous ceux qui liront ou orront,

Salut en notre seigneur.

Actons ce jour de la démission de sa grâce Akane Giffard – De Clairval de sa charge de Grand Chambellan de France. Nous la remercions pour le travail effectué durant la longue période pendant laquelle elle a dirigé cet office et lui souhaitons la réussite de ses projets futurs.

En conséquence, ouvrons ce jour les candidatures pour le poste de Grand Chambellan de France.

Recevrons à partir de ce jour, et jusqu'au dixième jour du prochain mois d'avril les motivations et projets de tous ceux et de toutes celles qui désirent se présenter à ladite charge.

Le prochain Grand Chambellan de France sera nommé suite à l'étude attentive des candidatures reçues.

Que le Très-Haut vous ait en sa Sainte Garde et qu'Aristote guide vos pas.

Ce fut faict et scellé en double queue sur cire jaune, à Paris, le vingt-cinquième de mars de l'an de grâce mille quatre cent soixante et un.

Lexhor d'Amahir,
Grand maître de France.





Citation :
De Nous, Leda, Surintendant des Finances,

A tout ceux qui liront ou se feont lire,

Par la présente, annonçons les décisions suivantes:
-Révocation de Messire Kimi32 de son poste d'Intendant au prestige.
-Révocation de Dame Cinzia de son poste de Sous Intendant aux Provinces du Sud.
-Révocation de Messire Abraxas de son poste Sous Intendant aux Provinces du Nord.
-Révocation de Messire Amory de son poste d'Intendant attaché à la levée de ban.

Annonçons que la candidature de Messire Fradou au poste de Sous Intendant aux Provinces du Centre ne peut être retenu du fait de sa domiciliation en dehors de ces dites provinces mais l'invitons néanmoins à voir s'il ne peut trouver un intérêt dans la suite de cette annonce.

Annonçons donc par la même l'ouverture des postes suivants:
-Sous Intendant au prestige
-Sous Intendant aux Provinces du Nord
-Sous Intendant attaché à la levée de ban.

Et le maintien de l'ouverture de celle ci:
-Sous Intendant aux Provinces du Centre

Faict à Paris le 27 Mars 1461,
Leda,
Surintendant des Finances



Citation :

    De nous, Cleopatre dePayns, Chef du Cabinet des Provinces du Sud au Secrétariat d'Etat
    Au nom de Sa Grasce Anne-Blanche Cornedrue d'Ambroise-Culan, Premier Secrétaire d'Etat
    A tout ceux qui le présent écrit liront ou se feront lire,

    Salutations,


    Qu'il soit su que Son Excellence Urbano, en charge du secrétariat royal aux affaires Tourangelles, a rejoint le Très Haut. C'est avec regret que nous voyons un officier royal dévoué disparaitre ainsi. Qu'il soit assuré de la reconnaissance du Premier Secrétaire et de celle de ses pairs pour son engagement au service de la France son investissement au sein de notre institution.

    Annonçons l'ouverture, dès ce jour, des candidatures pour la charge de Secrétaire d'Etat près le Duché de Touraine. Qu'il soit su que de par sa nature, le Secrétaire d'Etat est une personne qui est l'intermédiaire entre le Conseil et certaines Autorités Royales, qu'il faut que le Regnant puisse lui faire confiance; que tout citoyen résidant en la Province de Touraine peut faire acte de candidature. Les sujets tourangeaux désireux de servir la Couronne de France et de défendre ses intérêts, peuvent adresser leur candidature au Premier Secrétaire d'Etat
    [Ig : Anne_blanche].


Faict à Millau,
Le XXXe jour du mois de Mars MCDLXI,

Cleopatre dePayns.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda

avatar

Nombre de messages : 346
Age : 26
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 07/09/2011

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Jeu 11 Avr - 12:09

Citation :
De nous, Anne-Blanche Cornedrue d'Ambroise-Culan, Premier Secrétaire d’Etat,
Au nom de Sa Majesté Eusaias,
A tous ceux qui liront ou se feront lire,

Salutations,

Qu’il soit su que nous nommons :

    Messire Nightmare au poste de Secrétaire d’Etat près la Guyenne.

Sa présence, sa motivation ainsi que son sens de la communication sont mis au service de tout habitant de Guyenne afin de répondre au mieux aux interrogations.

Faict à Troyes,

Le troisiesme d'avril MCDLXI,



Citation :
De nous, Anne-Blanche Cornedrue d'Ambroise-Culan, Premier Secrétaire d’Etat,
Au nom de Sa Majesté Eusaias,
A tous ceux qui liront ou se feront lire,

Salutations,

Qu’il soit su que nous nommons :

    Messire Jacquet au poste de Secrétaire d’Etat près la Gascogne.

Sa présence, sa motivation ainsi que son sens de la communication sont mis au service de tout habitant de Gascogne afin de répondre au mieux aux interrogations.

Faict à Troyes,

Le troisiesme d'avril MCDLXI,




Citation :
De nous, Anne-Blanche Cornedrue d'Ambroise-Culan, Premier Secrétaire d’Etat,
Au nom de Sa Majesté Eusaias,
A tous ceux qui liront ou se feront lire,

Salutations,

Qu’il soit su que nous nommons :

    Dame Florelanne au poste de Secrétaire d’Etat près l'Armagnac et les Comminges.

Sa présence, sa motivation ainsi que son sens de la communication sont mis au service de tout habitant d'Armagnac et des Comminges afin de répondre au mieux aux interrogations.

Faict à Troyes,

Le troisiesme d'avril MCDLXI,



Citation :


            Eusaias Blanc-Combaz, Par la Grâce de Dieu, Roi de France


        À tous ceux qui liront ou se feront lire,
        Salut et paix.


    Nous avons le terrible regret de vous annoncer, à vous nos détracteurs et ennemis, que notre Majestueuse personne se porte à merveille.

    Ce matin après notre prière nous avons pris un repas fort copieux. Puis nous rappelant que nous sommes avant tout un homme, « mais quel homme ! » me direz vous, nous sommes allé à la selle. Préférant de loin l’air pur de l’extérieur nous sommes allés échanger quelques passes d’armes avec nos terribles chevaliers.

    Ce n’est que vers la mi-journée que nous avons appris de nos vassaux et officiers que nous étions mort selon la Kap.

    Qui aurait pu croire pareille bêtise ? Nous assassiner nous ? Qui donc pourrait ? Nous sommes aimé de tous de l'Anjou jusqu’en Empire, en passant par Rome évidemment. Nous assassiner nous ? Il faudrait au moins 100 hommes d’armes pour cela.

    Il est toujours sur le trône le divin monarque, riez hautbois et résonnez musettes.

    Rédigée au Louvre le 2 avril 1461.






Citation :


    De nous, Eusaias Blanc Combaz,
    Très aristotélicien et très redouté Roi de France,

    Aux fidèles sujets de Champagne,
    À tous ceux qui la présente liront ou se feront lire,

    Salut et Paix !


      Administrer le Domaine Royal implique une fidélité intégrale aux intérêts de la Couronne de France, incarnée en et unifiée autour de la personne du Roy. Par là même, dans le cadre du Domaine Royal, la fidélité à la Couronne passe avant les intérêts claniques des régnants ou les allégeances que l'on formule auprès de Rome.

      Lors du mandat du Duc sortant, Arman Von Frayner d'Azayes d'Apperault dict Tristan., époux de la Duchesse Jezabel d'Appérault Von Frayner d'Azayes dicte Siva, de nombreuses anomalies dans la gouvernance du Duché de Champagne ont été déplorées, telles que:

      • Refus de communiquer avec le Surintendant des Finances sur le sujet du prestige ducal.
      • Dédain des demandes de rapports sur l'état des défenses champenoises.
      • Absence totale & volontaire de communication avec les officiers royaux de la Connétablie.

      Fin Février, le Duc Tristan lève une armée sans recevoir autorisation de la Connétablie de France dont dépendent les armées Royales en temps de levée de ban. Il lui a été demandé à de nombreuses reprises de baisser son étendard, ce qu'il a toujours refusé de faire, malgré de nombreux rappels.

      En dépit de ces fâcheux incidents, c'est avec une confiance intacte que Nous avons accepté l'hommage de Jezabel d'Appérault Von Frayner d'Azayes lorsqu'elle nous a été envoyée par Nos fidèles sujets de Champagne pour les représenter. Ce jour-là, avions-Nous décidé de ne point tenir grande rigueur de ses promesses électorales de sa liste qui prônaient la défense des Sanctes Armées quand Nous même les combattions devant Dijon. De même lui avons laissé le bénéfice du doute quand elle ne se cachait point, avant d'être portée sur le trône ducal de Champagne, de ne point Nous reconnaitre Roy, pour ce qu'elle est venue devant la Couronne prester hommage. Nous avons donc renouvelé en personne à la Duchesse Siva, en Conseil du Domaine Royal l'ordre de faire démobiliser l'armée de son époux. Plutôt que de se ranger aux consignes royales, elle a préféré l'intégrer et a continuer à refuser même après de nombreux rappels de la loi par le Connétable de France et par le Roy en personne.

      Hélas, une semaine plus tard, Nous n'avons pu que prendre note de la volonté de la Duchesse de Champagne de se fourvoyer dans la voie de l'insolence et de l'insubordination et de conforter par son comportement les craintes que de nombreux éminents Champenois formulaient à son sujet. Par ses outrages répétés, Nous nous sommes vu d'abord contraint de faire démanteler par les armées royales l'armée du Duc Tristan, composée de la Duchesse Siva et des membres du conseil ducal champenois. Nous avons ensuite appris que, non contente d'obliger la Couronne a se défaire en son sein des éléments qui menaçaient de la destabiliser, la Duchesse Siva a alors pris contact avec l'Artois pour lui mander agrément militaire pour l'armée dissidente de Gwenhwyvar, Duchesse de Brie, et a par la même tenté d'entrainer l'Artois dans une guerre contre la Couronne.

      Qu'il soit su & entendu que le Roy ne pose pas de questions.
      Pas plus qu'Il ne s'en laisse poser.
      Nous savons quand une partie est perdue.
      Et Nous savons quand un vassal n'est plus sûr.

      Nous nous voyons donc en ce jour obligé de la relever de ses fonctions pour ce qu'elle n'est de toute évidence plus digne d'assumer les devoirs qu'elle doit tant à la Couronne qu'à Nos fidèles sujets de Champagne. Déclarons alors ipso facto félons à la Couronne de France Arman Von Frayner d'Azayes d'Apperault dict Tristan. et Jezabel d'Appérault Von Frayner d'Azayes dicte Siva.

      Nous assurons à Nos sujets qu'une telle décision est une extrémité à laquelle il nous déplaît à chaque fois de nous rendre, mais que la responsabilité qui nous échoit toujours justifie. Une fois encore, les circonstances Nous imposent une régence en Notre Domaine, mais il appartient à Notre bon droit et à Notre devoir de défendre les fils de France face à la duperie et l'usurpation dont ils peuvent faire l'objet. Profitons également de la présente pour déplorer l'extrême mauvaise gestion du conseil démis qui a installé durablement la ruine du Duché de Champagne en dépit de leur qualité de Champenois.

      Nous remercions nos féaux et courageux sujets Champenois d'avoir démontré à tous ce que loyauté, honneur et amour de son duché peut bien vouloir dire dans les faits, et pas seulement dans les mots. À dater de ce jour et jusqu'à la tenue de prochaines élections en Champagne, Nous reconnaissons de facto le conseil de régence installé ce jourd'hui en le château ducal de Reims puisqu'il y a été placé à notre demande et confions la gestion du Duché à Sa Grasce Maltea di Favara.


      Puisse le conseil de régence contribuer à ramener Notre Champagne sur le chemin de la Grandeur qu'elle n'aurait jamais du quitter.
      Qu'il en soit ainsi et heureusement,


    Fait au Louvre le 2 avril 1461






Citation :


            Eusaias Blanc-Combaz, Par la Grâce de Dieu, Roi de France


        À tous ceux qui liront ou se feront lire,
        Salut et paix.


    À la noble assemblée des Pairs,
    Au bon peuple de France,
    À tous ceux qui liront ou se feront lire,
    Salut et paix.

    Nous, Eusaias Blanc Combaz, Roy de France par la volonté du Très-Haut, annonçons la nomination de Sa Seigneurie Ztneik du Reid, duc de Trun et Pair de France, au titre de Pair de France émérite. Sa Seigneurie n'étant en effet plus en mesure d'assumer pleinement son rôle de conseiller du Roy au sein de la Pairie, nous tenons à lui témoigner de notre estime et gratitude en lui accordant ce titre prestigieux.

    Car la grandeur d'un Royaume se mesure aussi à la valeur de son élite.

    Rédigé et scellé à Reims ce premier jour d'avril 1461.

    Eusaias Blanc Combaz
    Roy de France






Citation :
De Nous, Leda, Surintendant des Finances,

A tout ceux qui liront ou se feont lire,

Par la présente, annonçons accepter à regret la démission de notre Chef de Cabinet Ztneik. Que la santé lui revienne rapidement pour qu'il puisse pleinement profiter de son temps à nouveau. Son remplacement est dans un premier temps envisager en interne.

Annonçons la prise de fonction d'Ereon en tant que bibliothécaire et responsable de formation au sein du cabinet. De ce fait la charge d'intendant vacante, nous assurerons la formation de Messire Islington nous même en prenant lieu et place d'Ereon. Sur ces faits, demandons donc à l'Orléans de nous ouvrir leurs portes.

Les positions suivantes sont toujours ouvertes à candidature et ceux jusqu'au 15 avril 1461:
-Sous Intendant au prestige
-Sous Intendant aux Provinces du Nord
-Sous Intendant attaché à la levée de ban.
-Sous Intendant aux Provinces du Centre

Faict à Paris le 3 Avril 1461,
Leda,
Surintendant des Finances


Citation :
Nous, Deedlitt de Cassel d'Ailhaud, Grand Ambassadeur de France,

A tous ceux qui liront, salut et paix!


Qu'il soit su qu'en vertu de nos prérogatives, attributions et qualités, après discussion et délibération, déclarons ici et attestons que:
Son Excellence Alexandre Giffard dict Mihawk a été désigné par nos soins pour représenter la France en tant qu'Ambassadeur Royal auprès du Royaume d'Ecosse.

Portons ce fait à la connaissance de tous qu'il lui soit conféré tout le respect et la dignité liés à cette charge.


Fait le 4 Avril 1461, à Paris.

Deedlitt de Cassel d'Ailhaud

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda

avatar

Nombre de messages : 346
Age : 26
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 07/09/2011

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Jeu 11 Avr - 12:11

Citation :

    Nous, Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg, Roi d'Armes de France, et ainsi connue sous le nom de Montjoie,

      Savoir faisons à tous présents et à venir que nous annulons incontinent le blanc-seing que nous avions décrété et accordé au collège des maréchaux le quinze mars dernier.


      En foi de quoi, afin que ce soit chose stable et ferme à toujours, nous avons signé de notre main et fait mettre et apposer notre sceau à cette présente annonce par nous faite et passée et donnée le troisième jour d'avril de l'an de grâce MCDLXI.




Citation :

    Nous, Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg, Roi d'Armes de France, et ainsi connue sous le nom de Montjoie,

      Savoir faisons à tous présents et à venir que eu égard à son investissement régulier tant en sa marche que sur les questions générales abordées au sein du collège héraldique et eu égard à ses qualités d'officier héraldique, nous levons la tutelle imposée depuis sa nomination le cinq octobre dernier par dame Eleïce de Valten, hérauts d'armes royal connu sous le nom de Phylogène.


      En foi de quoi, afin que ce soit chose stable et ferme à toujours, nous avons signé de notre main et fait mettre et apposer notre sceau à cette présente annonce par nous faite et passée et donnée le troisième jour d'avril de l'an de grâce MCDLXI.




Citation :

    Nous, Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg, Roi d'Armes de France, et ainsi connue sous le nom de Montjoie,

    • Savoir faisons à tous présents et à venir que les Hérauts et Maréchaux d'Armes royaux de France, réunis en collège, ont étudié les questionnaires envoyés suite à l'ouverte à candidatures des marches vacantes de la Hérauderie de France et ont débattu de ceux-ci, les auteurs desdits questionnaires ayant vu leur identité occultée dans le but que l'examen mené soit objectif et complet; que suite à cette étude, vote a été lancé afin que de départager les différents postulants et qu'après discussions et votations collectives, nous avons été amenée à réfléchir et à faire des choix; en voici le résultat.

      Sont nommés Hérauts d'Armes royaux :


      • Dame Erwelyn Corleone pour la marche Maine [Erwelyn]
      • Messire Jean de Cetzes pour la marche Toulouse [Jean.de.Cetzes]
      • Dame Neyco Casaviecchi pour la marche Astrée [Neyco]
      • Messire Grégoire d'Ailhaud pour la marche Dicé [Thegregterror]

      Sont nommés Hérauts d'Armes royaux sous tutelle stricte :

      • Dame Sindanarie de Carsenac pour la marche Mnémosyne, sous supervision conjointe de Blanche et de nous-même [Sindanarie]
      • Messire Guillaume de Jeneffe pour la marche Licorne, sous supervision de Saint-Jean [Guillaume_de_Jeneffe]

      Cela en précisant que les nommés ne pourront se prémunir des prérogatives liées à leur nouvelle charge qu'après avoir dûment prêté serment devant nous, la cérémonie d'intronisation devant se tenir en l'Hôtel Saint-Paul le vendredi cinq avril de l'année courante, après l'office des vêpres;


    • Savoir faisons que les marches Anjou, Artois, Béarn, Berry, Comminges, Normandie et Sépulcre demeureront vacantes, faute de candidats;


    • Savoir faisons que les marches Alençon, Angoulême, Dauphiné, Gascogne et Marche demeureront vacantes, faute de copies retournées dans les délais;


    • Savoir faisons que les marches Bourgogne et Poitou demeureront vacantes faute de candidats possédant le niveau de connaissances requis : les postulants sont encouragés à persévérer et sont invités à demander auprès de nous une correction détaillée;


    • Savoir faisons que discussions et réflexion seront menées en vue d'une nouvelle ouverture à candidatures des marches restées vacantes : tous ceux désireux de s'investir dans les marches en questions sont invités à joindre les maréchaux d'armes royaux concernés et que marches vacantes ne signifient pas marches abandonnées en ce que plénipotentiaires et maréchaux sont présents pour assurer aide et assistance auprès des noblesses provinciales;


    • Concluons en rappelant que seules les personnes notées aux registres de la Hérauderie de France sont officiers héraldiques royaux reconnus et légitimes et que toutes les autres se réclamant d'une charge dont ils ne sont pas les titulaires sont des usurpateurs : à cette fin, lesdits registres sont régulièrement mis à jour et consultables par tous en chapelle Saint-Antoine-le-Petit et en antichambre du Louvre.


      Que le Très-Haut garde la féale et loyale noblesse du Royaume de France et qu'Il guide ceux qui en sont les gardiens dévoués.



      En foi de quoi, afin que ce soit chose stable et ferme à toujours, nous avons signé de notre main et fait mettre et apposer notre sceau à cette présente annonce par nous faite et passée et donnée le troisième jour d'avril de l'an de grâce MCDLXI.




Citation :
De nous, Lexhor d'Amahir, Grand Maître de France,
A tous ceux qui liront ou orront,

Salut en notre seigneur.

Faisons part ce jour de notre grande inquiétude quant à la disparition de sa grâce Gabriel Von Wittelsbach, Grand Chancelier de France dont nous sommes sans nouvelles depuis de nombreux jours maintenant. Bien que nous espérons que sa vie ne soient pas en danger, nous ne pouvons attendre encore et laisser plus longtemps la Chancellerie de France sans Grand Officier à sa tête.

En conséquence, ouvrons ce jour les candidatures pour le poste de Grand Chancelier de France.

Recevrons à partir de ce jour, et jusqu'au vingtième de ce mois d'avril les motivations et projets de tous ceux et de toutes celles qui désirent se présenter à ladite charge.

Le prochain Grand Chancelier de France sera nommé suite à l'étude attentive des candidatures reçues.

Que le Très-Haut vous ait en sa Sainte Garde et qu'Aristote guide vos pas.

Ce fut faict et scellé en double queue sur cire jaune, à Paris, le sixième d'avril de l'an de grâce mille quatre cent soixante et un.

Lexhor d'Amahir,
Grand maître de France.





Citation :
De Nous, Leda, Surintendant des Finances,

A tout ceux qui liront ou se feont lire,

Par la présente, annonçons la nomination de Dame Yunab au poste de Chef de Cabinet Royal des Finances. Celle ci reste jusqu'à annonce contraire également l'Intendante attachée à la Champagne

Faict à Paris le 7 Avril 1461,
Leda,
Surintendant des Finances

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda

avatar

Nombre de messages : 346
Age : 26
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 07/09/2011

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Jeu 11 Avr - 12:12

Citation :
De nous, Lexhor d'Amahir, Grand Maître de France,
A tous ceux qui liront ou orront,

Salut en notre seigneur.

Actons ce jour de la démission de sa grâce Anne-Blanche Cornedrue de Culan de sa charge de Premier Secrétaire d'Etat. Nous la remercions pour le travail effectué durant la longue période pendant laquelle elle a dirigé cet office et lui souhaitons la réussite de ses projets futurs.

En conséquence, ouvrons ce jour les candidatures pour le poste de Premier Secrétaire d'Etat.

Recevrons à partir de ce jour, et jusqu'au vingt-deuxième de ce mois d'avril les motivations et projets de tous ceux et de toutes celles qui désirent se présenter à ladite charge.

Le prochain Premier Secrétaire d'Etat sera nommé suite à l'étude attentive des candidatures reçues.

Que le Très-Haut vous ait en sa Sainte Garde et qu'Aristote guide vos pas.

Ce fut faict et scellé en double queue sur cire jaune, à Paris, le neuvième d'avril de l'an de grâce mille quatre cent soixante et un.

Lexhor d'Amahir,
Grand maître de France.





Citation :


            Eusaias Blanc-Combaz, Par la Grâce de Dieu, Roi de France


        À tous ceux qui liront ou se feront lire,
        Salut et paix.


    À tous les sujets du Comté d'Artois,
    Au bon peuple de France,
    À tous ceux qui liront ou se feront lire,
    Salut et paix.


      Nous, Eusaias Blanc Combaz, Roy de France par la volonté du Très-Haut,

      Faisons savoir aux chiens de guerre et autres agités du bulbe que leur manœuvre désespérée consistant à jeter les brandons de la discorde entre la Couronne et le Comté Artésien ne saurait trouver en Nous le moindre écho. Comment esquiver le scandale de la félonie des lames d'Enorig ? En faisant de la bouffonnerie INP un drame national. Nous l'identifions comme la méthode Siva-Tristan. Nous n'usons et n'avons usé de la force toujours qu'en dernier recours, comme en atteste notre patience à l'égard du couple félon et de leurs complices qui se complaisent aujourd'hui dans l'esquive de leurs turpitudes pour mieux les faire assumer par d'autres.

      Or, qu'il soit su et admis que les reprises de discussions entre la Couronne et le Comté d'Artois constituent à Nos yeux un motif d'espoir et de satisfaction totalement incompatible avec l'irresponsable exaltation d'un bellicisme quelconque.

      Aussi, dans le but de préserver les germes fertiles d'une telle collaboration, annonçons solennellement que les armées présentes en Domaine Royal ont pour seul et unique objectif de défendre l'intégrité du territoire du Domaine Royal et non de piétiner les pousses fragiles d'une entente naissante.
      .



    Rédigé et scellé à Reims le septième jour d'avril 1461.

    Eusaias Blanc Combaz
    Roy de France







Citation :

    COMPTE-RENDU HEBDOMADAIRE DE LA TRES NOBLE ASSEMBLEE DES PAIRS DE FRANCE
    Du 1er au 7 avril.



      Travaux

      Discussions en cours :


      • Travaux sur les lois royales – Grands Offices & législation liée

      • Élections impériales

      • Point sur les provinces vassales : Artois, Flandre, Gascogne

      • Situation en Domaine Royal : Champagne




      Discussions closes :


        /




      Positionnement sur la croisade :


      • De la Très Noble Assemblée des Pairs de France et de la Vraie Foi

      • Un jour pour une croisade





    Donné le septième jour d'avril de l'an de grâce MCDLXI.


    Pour la Très Noble Assemblée des Pairs de France,
    Le Primus Inter Pares.




[rp]
Citation :
Nous, Deedlitt de Cassel d'Ailhaud, Grand Ambassadeur de France,

A tous ceux qui liront, salut et paix!


Qu'il soit su qu'en vertu de nos prérogatives, attributions et qualités, après discussion et délibération, déclarons ici et attestons que:
Son Excellence Puigaubert a été désigné par nos soins pour représenter la France en tant qu'Ambassadeur Royal auprès la Couronne d'Aragon.

Portons ce fait à la connaissance de tous qu'il lui soit conféré tout le respect et la dignité liés à cette charge.


Fait le 10 Avril 1461, à Paris.

Deedlitt de Cassel d'Ailhaud

[/rp]

Citation :


            Eusaias Blanc-Combaz, Par la Grâce de Dieu, Roi de France


        À tous ceux qui liront ou se feront lire,
        Salut et paix.


    À tous les sujets du Duché de Gascogne,
    Au bon peuple de France,
    À tous ceux qui liront ou se feront lire,
    Salut et paix.


      Nous, Eusaias Blanc Combaz, Roy de France par la volonté du Très-Haut,

      Avons porté le feu sur la terre belliciste d'Anjou.
      Avons porté le fer sur les spadassins prétendument croisés en Bourgogne sous agrément de Fenthick le fat,
      Avons pris Craon, La Flêche, Saumur ;
      Avons fait tomber Angers ;
      Avons libéré Dijon et Nevers ;

      Que Dieu et la France en soient témoins, Nous avons vu de Nos propres yeux tout le sang que coûte un triomphe.
      Le sang de nos ennemis est toujours le sang des Hommes, et parfois même le sang du Royaume.
      La vraie gloire d'un Roy est toujours de l'épargner et c'est ce que nous escomptons dans le dialogue que nous menons avec l'Artois.

      En ces heures pourtant, où une ferme volonté de paix, d'harmonie, et de prospérité habitent Nos pensées, Nos humbles sentiments de piété se portent au chevet de la Gascogne où bon nombre de sujets féaux à la France y sont méprisés, injuriés, et salis dans un présomptueux sentiment d'impunité qui Nous répugne. Par la présente, Nous tenons à affirmer que Nous soutenons par la plume et par le cœur Nos valeureux sujets Gascons demeurant fidèles à Notre autorité, qui subissent le joug infâme de la compagnie dite « Memento Mori ». Nous sentons toutefois que cela ne suffit plus et que Nous devons envisager de le faire par les armes et de prompts renforts, si la raison ne revient pas rapidement du côté de Nos provinces du Sud. Que ceux qui espèrent une indifférence du Roy face à la félonie du Midi continuent de penser que notre désintérêt à leur endroit est total, ils n'en seront que plus meurtris en leur chair à l'heure de rendre des comptes à leur Monarque. Par la présente, invitons les conseils élus du Poitou, de Guyenne et de Toulouse à prendre garde et de se préparer à intervenir.

      Nous avons toujours su trier le bon grain de l'ivraie et jamais ne mettrons tous les Gascons, Béarnais, Armagnacais & Commingeois dans le même sac ; nombre d'entre eux ayant su Nous conserver intacte leur fidélité. Désormais que le félon Namaycush a fait prendre au nom du Béarn le conseil légitimement élu de Gascogne pour y placer à sa tête une Béarnaise déchue et ait fait irruption sur le territoire de Guyenne pour y semer ses agents, il n'est plus d'entente possible ni de concorde imaginable avant que son corps damné ne s'agite mollement au bout d'une cordelette de chanvre et que la Duchesse Azilize soit châtiée pour son affront.

      Pour eux, il est déjà trop tard.
      Pour les autres, il est encore temps de faire le choix des Justes.

      Notre soutien le plus vif s'exprime ici aux listes loyalistes qui se montent en Armagnac & Comminges et qui demain se monteront en Béarn et en Gascogne pour mettre fin au pathétique épisode de la Navarre qui n'aura enfanté que du chaos dans des provinces fragiles qui ont avant tout besoin de paix pour assurer leur développement. Aux résistants royalistes de ces contrées maintenues dans la peur, Notre respect et Notre bienveillance s'expriment.



    Rédigé et scellé à Paris, au Louvre, le septième jour d'avril 1461.

    Eusaias Blanc Combaz
    Roy de France





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda

avatar

Nombre de messages : 346
Age : 26
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 07/09/2011

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Mer 24 Avr - 17:02

Citation :


            Eusaias Blanc-Combaz, Par la Grâce de Dieu, Roi de France


        À tous ceux qui liront ou se feront lire,
        Salut et paix.


    À tous les sujets du Comté du Maine,
    A la noblesse mainoise,
    Au bon peuple de France,
    À tous ceux qui liront ou se feront lire,
    Salut et paix.


      Nous, Eusaias Blanc Combaz, Roy de France par la volonté du Très-Haut,

      Par la présente, après mûre réflexion et compte tenu des plaintes que nous avons reçues de la part de nos vassaux mainois et des conclusions de l'enquête diligentée par la Prévôté Royale, annonçons que nous refusons l'accès à un fief de retraite en terres mainoises à Messire Altaiir da Firenze à l'issue de son mandat de comte du Maine.
      Il s'avère que messire Altaiir a gravement manqué à son devoir de comte par ses absences et son inactivité, abandonnant la gestion de la provinces aux autres conseillers, laissés sans consignes ni directives.
      Nous pouvons également déplorer son absence récurrente et préjudiciable au sein du Conseil du Domaine Royal et du Conseil des Grands Feudataires.

      Notre décision est exceptionnelle mais justifiée et irrévocable.


      Rédigé et scellé à Paris, au Louvre, le XXII jour d'avril 1461.

      Eusaias Blanc Combaz
      Roy de France





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda

avatar

Nombre de messages : 346
Age : 26
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 07/09/2011

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Jeu 2 Mai - 14:06

Citation :




            Eusaias Blanc-Combaz, Par la Grâce de Dieu, très redouté et très puissant Roi aristotélicien de France

        Aux loyaux sujets de France,
        A l'universalité des fidèles,
        Aux Aristotéliciens de France,
        Aux victimes de Rome,
        Aux proches de Quarion,
        Salut et paix.



    De Notre Glorieux et Triomphant Sacre !





      Nous, Eusaias Blanc Combaz, Très redouté et Très puissant roi aristotélicien de France, ne pouvons constater en ce jour, le cœur dévasté par une infinie tristesse que le Camerlingue Quarion, qui souhaitait tant diriger Rome, l’Empire et visiblement la France a sombré comme le Saint-Père dans les obscures abîmes de la sénilité. Déjà hélas, Nous rapporte-t-on que ses proches envisagent de le faire souper en tenant eux même la cuillère après lui avoir amarré un bavoir, afin qu’il ne tâche pas ses beaux vêtements, ainsi que de l’accompagner sur sa chaise percée pour être certains qu’il lèvera bien sa robe avant de s’asseoir.

      Nous ne voulions dans un premier temps pas croire en ces rumeurs infamantes, car sans bornes est Notre naïveté en ce qui concerne l'espoir que nous plaçons le genre Romain, mais sa dernière annonce ne saurait malheureusement que les attester.

      Avant toute chose, Nous tenons à bien rappeler que Nous ne voulons plus rien avoir à faire avec Rome la nauséabonde. Aussi, lire
      « Nous annonçons que la parodie de sacre orchestré par Eusaias en la cathédrale de Reims ne saurait être reconnue comme valide aux yeux de l’Église Aristotélicienne et Romaine » ne saurait aucunement Nous affliger ; et du temps où l'infortuné Quarion avait encore sa tête sur les épaules, le pauvre le savait également.

      Nous nous permettons de rappeler modestement aux fidèles que le sacre n’a pas toujours été affaire du Pape et que le sacre à Reims est affaire Française, puisque Reims se trouve en Notre belle France.

      De plus, lorsque Nous lisons
      « Toute personne qui y participerait pécherait » avec en conclusion : « Fait et scellé à Rome, le IX jour du IV mois de l'an de grâce MCDLXI de notre Seigneur ». Nous nous interrogeons, car Nous ne pouvons voir de quel futur sacre il est question, puisque le notre fut célébré fin Mars. Confondre passé et futur est signe de démence. Vous, proches de Quarion surveillez bien qu’il ne commence pas à jouer avec ses excréments.

      Nous nous sommes également inquiété en lisant :
      « L'Eglise rappelle, pour apaiser d'éventuelles inquiétudes de la part des aristotéliciens, que le Saint Chrême utilisé depuis des siècles pour les sacres des véritables Roys de France est sous bonne garde ». Tout le monde sait que le Saint Chrême est confectionné par les évêques et sert au baptême, la confirmation, etc. Alors sans doute que le « Cardinal Camerlingue, Chancelier de la Congrégation des Affaires du Siècle, Archevêque de Pise » dans un autre accès de folie aura confondu Saint Chrême et Sainte Ampoule.

      Nous rassurons d’ailleurs Nos sujets fidèles Aristotéliciens sur le fait que la Sainte Ampoule n’est pas nécessaire pour un sacre puisque Clovis, le premier de nos rois, ne l’a eu car le Saint Chrême n’était prêt. Nous avons donc préféré « ce qui aurait du être » plutôt que « ce qui fut utilisé pour rattraper ».

      Nous rappelons que la démence offre une réalité bien faussée et nous comprenons donc que Quarion parle de massacre de pauvres champenois. En fait, et ceci est la seule réalité, la seule escarmouche qu’il y a eu en Champagne fut produite lorsque quelques spadassins à la solde de l’Église, après avoir mis à sac les coffres de la Champagne, ont voulu tendre une embuscade à notre épouse et également massacrer les hardis gens d’armes de Notre Domaine qui n'aspiraient qu'à rentrer chez eux. Encore une fois, Dieu se rangea de notre côté et les stipendiés Romains furent sans surprise vaincus par Nos braves.

      Nous rappelons, afin de disperser tout doute, qu’un évêque est un homme de foi à la tête d’un évêché et Nous nous félicitons de ne pas avoir laissé entre les mains d'un homme sénile frappé de démence la conduite des aristotéliciens de France. C'eût été grave péché.


      Nous adressons cependant tous Nos vœux de soutien à la famille du désormais sénile et dément Quarion et lui souhaitons bien évidemment un prompt rétablissement, ainsi qu'au Très Saint Père. Puisse le Très Haut leur pardonner.



      Ainsi nous rassurons.




    Fait et scellé au Louvre, le Xeme jour du IVeme mois de l'an de grâce MCDLXI de notre Seigneur.








Citation :
De nous, Anne-Blanche Cornedrue d'Ambroise-Culan, Premier Secrétaire d’Etat,
Au nom de Sa Majesté Eusaias,
A tous ceux qui liront ou se feront lire,

Salutations,

Qu’il soit su que nous nommons :

    Dame Johane au poste de Secrétaire d’Etat près la Normandie.

Sa présence, sa motivation ainsi que son sens de la communication sont mis au service de tout habitant de Normandie afin de répondre au mieux aux interrogations.

Faict à Troyes,

Le treiziesme d'avril MCDLXI,



Citation :
De nous, Lexhor d'Amahir, Grand Maître de France,
A tous ceux qui liront ou orront,

Salut en notre seigneur.

Actons ce jour de la démission de sa grandeur Enguerrand de Lazare de sa charge de Grand Écuyer de France. Nous le remercions pour le travail effectué durant la période pendant laquelle il a dirigé cet office et lui souhaitons la réussite de ses projets futurs.

En conséquence, ouvrons ce jour les candidatures pour le poste de Grand Écuyer de France.

Recevrons à partir de ce jour, et jusqu'au vingt-cinquième de ce mois d'avril les motivations et projets des chevaliers qui désirent se présenter à ladite charge.

Le prochain Grand Écuyer de France sera nommé suite à l'étude attentive des candidatures reçues.

Que le Très-Haut vous ait en sa Sainte Garde et qu'Aristote guide vos pas.

Ce fut faict et scellé en double queue sur cire jaune, à Paris, le douxième d'avril de l'an de grâce mille quatre cent soixante et un.

Lexhor d'Amahir,
Grand Maître de France.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda

avatar

Nombre de messages : 346
Age : 26
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 07/09/2011

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Jeu 2 Mai - 14:07

Citation :
    ACTE DE DEMISSION - Collège St Louis de France.


Moi, Charlemagne de Castelmaure-Frayner, en ma qualité de Grand Chambellan de France,

Prends acte de la démission de Gérault de Gaudemar, jusqu'alors Recteur du Collège St Louis.
Les candidatures à sa succession ne sont pas ouvertes.

Qu'ainsi il soit dit, pour la gloire du Royaume de France.

Donné en Paris, le XVI avril MCDLXI.


Citation :
De Nous, Leda, Surintendant des Finances,

A tout ceux qui liront ou se feront lire,

Annonçons les nominations suivantes:

- Ghost d'Izard au poste de Sous Intendant chargé du Commerce Extérieur.
- Aeglos d'Orkney-Bressey au poste de Sous Intendant chargé de la levée de Ban
- Angelique de Lostebarne au poste de Sous Intendante chargée du Prestige

Les nouveaux sous intendants sont priés de prendre contact par courrier auprès du Surintendant des Finances, Leda.

Les positions suivantes sont toujours ouvertes à candidature et ce jusqu'au 30 avril 1461:
-Sous Intendant aux Provinces du Nord
-Sous Intendant aux Provinces du Centre

Faict à Paris le 16 Avril 1461,
Leda,
Surintendant des Finances



Citation :

    Nous, Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg, Roi d'Armes de France, et ainsi connue sous le nom de Montjoie,

      Savoir faisons à tous présents et à venir que nous réintégrons dame Isabeau Anne « Enduril » de Noùmerchat, connue sous le nom de Languedoc, au sein de la Hérauderie de France. La suspension de ladite Languedoc s'achève donc et clés de la salle des caducées lui sont restituées. La sanction évoquée lors de la suspension datée du huit mars dernier sera quant à elle annoncée dans les jours à venir, après entretien avec la même Languedoc.


      En foi de quoi, afin que ce soit chose stable et ferme à toujours, nous avons signé de notre main et fait mettre et apposer notre sceau à cette présente annonce par nous faite et passée et donnée le quatorzième jour d'avril de l'an de grâce MCDLXI.




Citation :

    Nous, Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg, Roi d'Armes de France, et ainsi connue sous le nom de Montjoie,

      Savoir faisons que nous confirmons que dame Maltea di Favara, dite Champagne, Maréchal d'Armes royal, en vertu des lois héraldiques royales, a été suspendue de ses fonctions héraldiques du fait de sa reconnaissance en tant que régente de Champagne; toutes les questions relatives aux marches qu'elle gère doivent nous être adressées le temps de la fin de la mandature champenoise. Qu'il soit également su que nous conchions les pauvres idiots et autres esprits chagrins bien prompts à se plaindre de ce que la suspension, vieille de plusieurs jours, n'ait pas été officialisée incontinent et que nous invitons ces stupides et aigris personnages à œuvrer pour la Champagne plutôt que de venir nous faire la leçon, et encore, même pas en face, preuve du courage infini qui animent ces pitoyables imbéciles.


      En foi de quoi, afin que ce soit chose stable et ferme à toujours, nous avons signé de notre main et fait mettre et apposer notre sceau à cette présente annonce par nous faite et passée et donnée le quatorzième jour d'avril de l'an de grâce MCDLXI.




Citation :



    Des postes d'Archivistes Politique et Judiciaire sont à pourvoir :

      Voici, pour rappel, les postes vacants :

        Archives Nord
          Comté d'Artois : Vacant (Politique) &Vacant (Judiciaire)
          Comté de Flandres : Vacant (Politique) &Vacant (Judiciaire)


        Archives Domaine Royal :
          Duché de Champagne : Vacant (Judiciaire)
          Duché de Normandie : Vacant (Politique)


        Archives Centre :
          Duché de Berry : Vacant (Politique) & Vacant (Judiciaire)
          Comtés du Limousin et de la Marche : Vacant (Judiciaire)


        Archives Ouest :
          Duché d'Anjou : Vacant (Politique) & Vacant (Judiciaire)
          Duché de Guyenne : Vacant (Politique) & Vacant (Judiciaire)
          Comté du Périgord-Angoumois : Vacant (Politique) & Vacant (Judiciaire)
          Comté du Poitou : Vacant (Politique)
          Duché de Touraine : Vacant (Politique) & Vacant(Judiciaire)


        Archives Sud :
          Comté de Béarn : Vacant (Politique) & Vacant(Judiciaire)
          Duché de Gascogne : Vacant (Judiciaire)
          Comté du Languedoc : Vacant (Politique) & Vacant(Judiciaire)
          Duché du Lyonnais-Dauphiné :Vacant (Judiciaire)






Adressez vous aux Archives de France pour déposer votre candidature.

Fait aux Archives Royales,
Le XVIieme jour du Mois de Avril de l'An de Grâce MCDLXI.



[rp]
Citation :
Nous, Deedlitt de Cassel d'Ailhaud, Grand Ambassadeur de France,

A tous ceux qui liront, salut et paix!


Qu'il soit su qu'en vertu de nos prérogatives, attributions et qualités, après discussion et délibération, déclarons ici et attestons que:
Son Excellence Chadada a été désigné par nos soins pour représenter la France en tant qu'Ambassadeur Royal adjoint auprès de l'Irlande.

Portons ce fait à la connaissance de tous qu'il lui soit conféré tout le respect et la dignité liés à cette charge.


Fait le 16 Avril 1461, à Paris.

Deedlitt de Cassel d'Ailhaud


[/rp]

[rp]
Citation :
Nous Deedlitt de Cassel d'Ailhaud, Grand Ambassadeur Royal de France.

À tous ceux qui liront ou se feront lire,

Salut et Paix,

Annoncons ce jour la révocation des sieurs Islington, Debba_1er et Jipdoly des ambassades royales .

Ces révocations faisant suites à un absentéisme sans justification et à un cruel manque d'assiduité.

Faict à Paris, 16 Avril 1461


[/rp]

Citation :
De Nous, Anne-Blanche Cornedrue d'Ambroise-Culan, Premier Secrétaire d'Etat,
Au nom du Roy de France
A tous ceux qui le présent écrit liront ou se feront lire,

Salutations,

Qu'il soit su que Maître Aymeri Bisac, Secrétaire d'Etat près la Bourgogne, assurera désormais les fonctions de chef de cabinet pour la zone hors domaine royal nord, avec tous les droits et devoirs afférant à la charge.

Fait à Troyes
ce dix-huictiesme d'avril MCDLXI



Citation :
    ACTE DE RECRUTEMENT - Office des Cérémonies.


        Moi, Charlemagne de Castelmaure-Frayner, en ma qualité de Grand Chambellan de France,

        Déclare les postes de Grand Maître des Cérémonies de France & de Maître des Cérémonies de France ouverts à candidatures.

        Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 25 avril 1461, & à adresser au Grand Chambellan de France [Charlemagne_vf] endéans les délais requis.


Citation :
De la fonction de Grand Maître des Cérémonies de France

Il est chargé de l’organisation des cérémonies royales, c'est-à-dire des événements de la vie publique du Roi comme présentés:

- les baptêmes, mariages, funérailles du Roi et de la Famille royale
- les sacres et couronnements
- les festins royaux
- les réceptions officielles d'ambassadeurs extraordinaires
- les allégeances des Grands Feudataires et des serments solennels
- les lits de justice et des Etats Généraux
- les processions et cortèges lors des déplacements du Roi et de sa Cour.

Des moyens sont mis à sa disposition pour la menée de ces tâches et il est ainsi responsable de l'argenterie et de tout le matériel nécessaire à la réalisation des projets lui étant confiés ainsi que des ouvriers et artisans dévolus à la concrétisation de ses décisions.

Il a l'obligation de tenir un registre des cérémonies destiné à établir les règles et usages et à constituer ainsi une jurisprudence utile pour l'organisation de cérémonies ultérieures.

Il est appelé à veiller au respect de la préséance et de la bienséance en toute occasion et est amené à conseiller toute personne ou tout office sur les questions cérémoniales et protocolaires.

Le Grand Maître des Cérémonies arbore, dans le cadre de son office, un caducée recouvert de velours noir, sommé d'une couronne d'or et chaussé d'un hémisphère d'or cannelé.

D'un point de vue héraldique, le Grand Maître porte les caducées posés en sautoir derrière son blason.

De la fonction de Maître des Cérémonies de France

Véritable assistant de son Grand Maître, le Maître des Cérémonies suit l'élaboration d'un événement de ses prémices à sa conclusion, en passant par son déroulement et se voit confié par le Grand Maître des tâches particulières.

Le Maître des Cérémonies arbore, dans le cadre de son office, un caducée recouvert de velours noir, sommé d'une couronne d'or et chaussé d'une base cylindrique ornée de deux tores d'or.

D'un point de vue héraldique, le Maître des Cérémonies porte le caducée posé en sautoir derrière son blason.


Qu'ainsi il soit dit, pour la gloire du Royaume de France.

Donné en Paris, le XVIII avril MCDLXI.


Citation :
    ACTE DE RÉVOCATION & APPEL AUX CANDIDATURES - Maréchalat des Logis du Roi.


      Moi, Charlemagne de Castelmaure-Frayner, en ma qualité de Grand Chambellan de France,

      Décide la révocation de Monseigneur Fabien de la Fléchère-Marigny, jusqu'alors Grand Maréchal des Logis du Roi. L'absence injustifiée & prolongée d'un officier royal n'est pas tolérable, en tant qu'elle constitue une absence de respect pour la charge dont Sa Majesté le Roi de France gratifie son détenteur, par le truchement d'un Grand Officier.

      Par conséquent, est déclarée ouverte aux candidatures ladite charge de Grand Maréchal des Logis du Roi.

      Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 27 avril 1461, & à adresser au Grand Chambellan de France [Charlemagne_vf] endéans les délais requis.


Citation :
De la fonction de Grand Maréchal des Logis

Le Grand Maréchal des Logis est la référence de la Chambre Royale pour tout ce qui relève du logement dans les Demeures Royales, ainsi que lors des déplacements du Roi ou de la Reine et de sa Cour.

Le Grand Maréchal des Logis est chargé de recenser les Demeures Royales et les bâtiments institutionnels, de gérer l'acquisition ou la construction de nouvelles Demeures Royales avec l'accord du Grand Chambellan et de gérer l'attribution de ces Demeures Royales.

Le Grand Maréchal des Logis est également chargé du logement du Roy, de la Reine et de la Cour Royale lors des déplacements.

Pour marquer sa charge, le Grand Maréchal des Logis porte deux marteaux d'armes d'argent.


Qu'ainsi il soit dit, pour la gloire du Royaume de France.

Donné en Paris, le XX avril MCDLXI.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda

avatar

Nombre de messages : 346
Age : 26
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 07/09/2011

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Jeu 2 Mai - 14:08

Citation :
    Acte de dissolution du Collège St Louis de France.


S.A.R. Charlemagne de Castelmaure-Frayner, en sa qualité de Grand Chambellan de France.

Vu l'absence d'activité du Collège St Louis de France,
Vu l'absence d'effectif actif,
Vu l'absence d'étudiants,
Vu l'absence d'efficacité & de reconnaissance de cette institution,
Vu l'incapacité pour le Collège St Louis de prouver le bien fondé de son existence,

Déclare, après consultation & consentement de la Curia Regis & de Sa Majesté le Roi de France, Eusaias de Blanc-Combaz la fermeture dudit Collège St Louis de France, sis en l'Hôtel de Cluny qui, de facto, revient à la Couronne de France pour usage discrétionnaire de Sa Majesté par le truchement du Maréchalat des Logis ;

Abroge par conséquent l'intégralité des statuts & règlements dudit Collège.

Qu'ainsi il soit dit, pour la gloire du Royaume de France.

Donné à Paris, le XXI avril MCDLXI.


Citation :

    COMPTE-RENDU HEBDOMADAIRE DE LA TRES NOBLE ASSEMBLEE DES PAIRS DE FRANCE
    Du 15 au 21 avril.



      Travaux

      Discussions en cours :


      • Travaux sur la grâce royale – phase finale

      • Discussions internes sur le fonctionnement de la Pairie

      • Suivi de la situation avec Rome

      • Point sur les provinces vassales : Armagnac et Comminges, Béarn, Bourgogne, Gascogne, Poitou

      • Évocation de la ligne diplomatique à tenir face au Saint-Empire

      • Travaux sur les lois royales – point interne




      Discussions closes :

      • Candidature à la Pairie : Signification du refus à la duchesse Akane Giffard

      • Statut de Percius, duc de Gascogne renversé

      • Travaux sur les lois royales – fin des discussions avec les Grands Officiers





    Donné le vingt-deuxième jour d'avril de l'an de grâce MCDLXI.


    Pour la Très Noble Assemblée des Pairs de France,
    Le Primus Inter Pares.




Citation :
De nous, Fred de Castelviray, Vicomte de Rémalard, de Chateauneuf-en-Thymerais et Baron d'Authon du Perche, Connétable de France

A tous ceux qui liront,se feront lire,

Salutations et prospérité,


Qu'il soit su de tous et toutes qu'en ce qui concerne les récents combats opposant les armées toulousaines "Qui s'y frotte s'y pique" et "Estrella de Sul", la Couronne n'a jamais ordonné pareille manoeuvre. et qu'en aucun cas, elle n'entrera dans des règlements de comptes internes au Comté de Toulouse.

Qu'il soit su également que l'armée "Estrella de Sul" est l'armée d'une compagnie qui collabore avec la Couronne. Cette armée n'est pas une Armée Royale.



Daté à Dax, le 23 du mois d’avril de l'an de Grâce MCDLXI.

Qu'il en soit ainsi, heureusement.




Citation :
De nous, Fred de Castelviray, Vicomte de Rémalard, de Chateauneuf-en-Thymerais et Baron d'Authon du Perche, Connétable de France

A tous ceux qui liront,se feront lire,

Salutations et prospérité,


Nous souhaitons par cette annonce signifier la révocation de Messire Fayom de son poste de Lieutenant Royal pour l'Anjou

Nous le remercions tout de même pour le travail qu'il aura effectué à ce poste.



Daté à Dax, le 23 du mois d’avril de l'an de Grâce MCDLXI.

Qu'il en soit ainsi, heureusement.





Citation :


            Eusaias Blanc-Combaz, Par la Grâce de Dieu, Roi de France


      A Asti de St Aubin Routot, Duc de Normandie,
      A Anya Giffard de Puycharic, Duchesse d'Arques-en-Aure, Dame de Longueville-au-Mont,
      A tous les sujets du Duché de Normandie,
      A tous ceux qui liront ou se feront lire,

      Salut et paix.


    Puisqu'il Nous revient d'accorder bonne justice à nos vassaux,
    Puisqu'il est des affaires qui pourraient être simplement réglées mais qu'il semble que Notre arbitrage s'impose,

    Concernant l'affrontement qu'il y eut aux abords de Honfleur au matin du 15e jour de mars de cette année entre l'armée Grand Pavois menée par le Sieur Aegidius qui y œuvrait seul et la Duchesse Anya de Puycharic accompagnée de ses deux gardes, et aux vues des divers éléments en Notre possession, déclarons :

    • Que le sieur Aegidius a agi de son propre chef.
    • Que le sieur Aegidius a renoncé à son statut de noble, qu'il n'est pas membre de l'Ost de Normandie et que revenu à la roture, personne ne lui a demandé de démanteler son armée qui a continué de se tenir à disposition de la défense des terres normande, il doit donc répondre de ses actes au cour d'un procès en justice pénale locale.
    • Que le Sieur Aegidius a été gravement blessé durant l'affrontement et que son armée a été détruite.

    • Que Sa Grâce Anya refuse de porter plainte selon les procédures habituelles, refusant que sa plainte au Duc de Normandie soit déposée en procure normande.
    • Que Sa Grâce Anya a refusé toute compensation proposée par le Duc de Normandie pour les dommages subis.
    • Que Sa Grâce Anya a explicitement demandé à pouvoir assurer son devoir de ban hors des terres normandes et que cela lui a été accordée.
    • Que Sa Grâce Anya a sollicité à moult reprises Nos avis et arbitrage sur la question.

    • Que Sa Grâce Asti, Duc de Normandie, nous a fait part de sa gêne à faire ouvrir procès sur la foi d'une plainte qui doit rester secrète et qui ne peut donc ni suivre enquête de prévôté ni être saisie par la procure.

      Cette affaire continuant à susciter un émoi profond en Normandie, Nous décidons de lui apporter conclusion, puisque Sa Grace Anya de Puycharic est aussi notre directe vassale et que Nous avons à coeur le devoir de bonne justice dû par le Suzerain à ses vassaux.

      Car l'honneur nous impose de cesser de frapper un ennemi déjà au sol, rendons le verdict qui suit.

      Nous considérons que le Sieur Aegidius a effectivement fauté en portant atteinte à une noble de Normandie mais que justice a été d'ores et déjà rendue par ordalie, en ce que le Sieur Aegidius a été durement blessé durant l'affrontement et que la plaignante refuse toute compensation et plainte officielle.


      Aussi un procès en justice pénale locale n'apporterai rien que l'accusé n'aurait pas déjà perdu et que la plaignante n'aurait pas déjà refusé, si ce n'est encombrer la Cour de Justice Normande.


      Enfin, puisque la nomination du Sieur Aegidius par le Duc de Normandie à la charge de responsable des ports et affaires maritimes de Normandie fait couler plus de salive qu'un appétissant banquet, Nous nous voyons contraint d'apporter nécessaires précisions.

      Sa Grace Asti est Duc de Normandie et a sollicité au préalable notre avis sur cette nomination urgente et nécessaire.
      Le Roy n'est pas la nourrice des régnants des Provinces du Domaine Royal.
      le Duc de Normandie fait dont ce qu'il lui semble bon quant à la gestion des terres qui lui sont confiées, dans les limites de notre volonté.
      Son action s'établit dans ce périmètre et Nous n'y contreviendrons donc pas.

      Maintenant, si d'aventure le Sieur Aegidius devait mettre en danger la Couronne ou la Normandie par quelque action que ce soit, il en répondra devant la justice du Roy et le Duc de Normandie avec lui.

      Car il ne sera pas dit que Nous ne savons offrir une seconde chance à ceux qui un jour ont fauté.

      Qu'il en soit ainsi et heureusement !



    Rédigé et scellé à Paris, au Louvre, le XXII jour d'avril 1461.

    Eusaias Blanc Combaz
    Roy de France






Citation :


            Eusaias Blanc-Combaz, Par la Grâce de Dieu, Roi de France


        À tous ceux qui liront ou se feront lire,
        Salut et paix.


    À tous les sujets du Comté du Maine,
    A la noblesse mainoise,
    Au bon peuple de France,
    À tous ceux qui liront ou se feront lire,
    Salut et paix.


      Nous, Eusaias Blanc Combaz, Roy de France par la volonté du Très-Haut,

      Par la présente, après mûre réflexion et compte tenu des plaintes que nous avons reçues de la part de nos vassaux mainois et des conclusions de l'enquête diligentée par la Prévôté Royale, annonçons que nous refusons l'accès à un fief de retraite en terres mainoises à Messire Altaiir da Firenze à l'issue de son mandat de comte du Maine.
      Il s'avère que messire Altaiir a gravement manqué à son devoir de comte par ses absences et son inactivité, abandonnant la gestion de la provinces aux autres conseillers, laissés sans consignes ni directives.
      Nous pouvons également déplorer son absence récurrente et préjudiciable au sein du Conseil du Domaine Royal et du Conseil des Grands Feudataires.

      Notre décision est exceptionnelle mais justifiée et irrévocable.


      Rédigé et scellé à Paris, au Louvre, le XXII jour d'avril 1461.

      Eusaias Blanc Combaz
      Roy de France






Citation :
    De nous, Ysa de Lucas d'Airain, Chef du Cabinet pour les provinces du Domaine Royal au Secrétariat d'Etat,
    Au nom de Sa Grasce Anne-Blanche Cornedrue d'Ambroise-Culan, Premier Secrétaire d'Etat
    A tout ceux qui le présent écrit liront ou se feront lire,

    Salutations,


    Qu'il soit su que Son Excellence Islington, en charge du secrétariat royal aux affaires orléanaises, a présenté sa démission et que nous avons consenti à l'accepter. Qu'il soit assuré de la reconnaissance du Premier Secrétaire et de celle de ses pairs pour son engagement au service de la France et son investissement au sein de notre institution.

    Nous annonçons donc l'ouverture les candidatures pour la charge de Secrétaire d'Etat auprès du Duché d'Orléans.

    Les sujets orléanais désireux de servir la Couronne de France et de défendre ses intérêts, peuvent adresser leur candidature au Premier Secrétaire d'Etat [Ig : Anne_blanche].

    Les conditions pour être candidats sont d'avoir un casier judiciaire vierge et de résider en Orléanais.

    Toute candidature motivée sera étudiée et donnera cours à un entretien privé afin de prendre connaissance des motivations et des connaissances de la fonction.


Faict à Reims, le vingt cinquième jour du mois d'avril 1461.

Ysa de Lucas d'Airain,
Pour le Premier Secrétaire d'Etat.

Citation :
De nous, Lexhor d'Amahir, Grand Maître de France,
Au Grand Duc de Bretagne, sa Noblesse et son Peuple,
Au Comte du Poitou, sa Noblesse et son peuple,
A tous ceux qui liront ou orront,

Salut en notre seigneur.

Recevons ce jour avec joie l'annonce en provenance du Grand Duché de Bretagne quant à son intention d'envoyer de l'aide au Comté du Poitou, vassal de sa Majesté le Roy, pour le soutenir dans la terrible épreuve qu'il traverse actuellement.
Les forces françaises et bretonne combattront ensemble contre l'engeance brigande afin de délivrer le Poitou et lui rendre ce qui lui appartient.
Remercions donc le Grand Duché de Bretagne, au nom de sa Majesté et en le notre et lui assurons que son appui est apprécié au plus haut point.

Que le Très-Haut vous ait en sa Sainte Garde et qu'Aristote guide vos pas.

Ce fut faict et scellé en double queue sur cire jaune, à Paris, le vingt-quatrième d'avril de l'an de grâce mille quatre cent soixante et un.

Lexhor d'Amahir,
Grand Maître de France.






Citation :
De nous, Lexhor d'Amahir, Grand Maître de France,
A tous ceux qui liront ou orront,

Salut en notre seigneur.

Annonçons par la présente, au nom de sa Majesté le Roy Eusaias Blanc-Combaz, la nomination de messire Drahomir Sergueï Vadikra au poste de Grand Chancelier de France.
Nous lui souhaitons bon courage pour ses nouvelles fonctions.

Nous remercions les personnes ayant porté leur candidature de valeur à cette charge.
Nous invitons les candidats non retenus à prendre contact avec le nouveau Grand Chancelier de France s'ils désirent travailler au sein de son Office.

Que le Très-Haut vous ait en sa Sainte Garde et qu'Aristote guide vos pas.

Ce fut faict et scellé en double queue sur cire jaune, à Paris, le vingt-sixième d'avril de l'an de grâce mille quatre cent soixante et un.

Lexhor d'Amahir,
Grand Maître de France.





Citation :
De nous, Lexhor d'Amahir, Grand Maître de France,
A tous ceux qui liront ou orront,

Salut en notre seigneur.

Annonçons par la présente, au nom de sa Majesté le Roy Eusaias Blanc-Combaz, la nomination de son Altesse Marie Alice de Meyrieux au poste de Grand Ecuyer de France.
Nous lui souhaitons bon courage pour ses nouvelles fonctions pour lesquelles nous lui faisons entièrement confiance..

Que le Très-Haut vous ait en sa Sainte Garde et qu'Aristote guide vos pas.

Ce fut faict et scellé en double queue sur cire jaune, à Paris, vingt-sixième d'avril de l'an de grâce mille quatre cent soixante et un.

Lexhor d'Amahir,
Grand Maître de France.





Citation :
De nous, Anne-Blanche Cornedrue d'Ambroise-Culan, Premier Secrétaire d’Etat,
Au nom de Sa Majesté Eusaias,
A tous ceux qui liront ou se feront lire,

Salutations,

Qu’il soit su que nous nommons :
Messire Pierre Louis de Villefort au poste de Secrétaire d’Etat près la Touraine.

Sa présence, sa motivation ainsi que son sens de la communication sont mis au service de tout habitant de Touraine afin de répondre au mieux aux interrogations.

Faict à Gien,

Le vingt-sixiesme d'avril MCDLXI,



Citation :
De Nous, Leda, Surintendant des Finances,

A tout ceux qui liront ou se feront lire,

Annonçons que les postes suivants sont toujours vacants et ouvert à candidature et ce, désormais, jusqu'au 5 Mai 1461:
-Sous Intendant aux Provinces du Nord
-Sous Intendant aux Provinces du Centre

De plus, annonçons l'appel à candidature des postes suivants et ce jusqu'à la date du 5 Mai 1461:
-Sous intendant attaché à la Champagne
-Sous intendant attaché à l'Orléans

Les candidatures sont à déposer auprès du Surintendant des Finances, Leda.

Faict à Paris le 25 Avril 1461,
Leda,
Surintendant des Finances


Citation :
Nous, Drahomir Sergueï Vadika, Chancelier de France, Baron de Sept-Forges.


    Annonçons,

    Au sujet de l'instruction ouverte à l'encontre de Gueldnard de Saint Viance depuis de nombreux mois en haute cour de Justice;

  • Que la Grande Chancellerie reconnait ses torts quant à l'indécente durée de cette audience, et qu'elle est unique fautive en l'espèce de par les absences et remplacements à profusion des présidents de séance.
  • Que poursuivre cette audience serait faire montre d'un entêtement malvenu, et jetterait un peu plus l'opprobre sur notre institution.
  • Que la Grande Chancellerie présente toutes ses excuses aux divers intervenants lors de la procédures, qu'ils soient pairs, officiers, témoins, prévenu, avocats.

    En conséquence, annonçons que le procès sus-nommé est désormais clos de par notre volonté, et ne donnera plus lieu à poursuites sur les faits le concernant.



Parlement de Paris, le 28 Juin 1461.

D.S.V




Citation :
A Jacquet

A Antonia de Rocheclaire-Tartasse, Comtesse de Chambéret, Dame de Sannat ,Dame de Saint Solve , Dame d’Alleyrat

Au Chancelier Drahomir Vadikra, Baron des sept forges

A la Très Noble Assemblée des Pairs de France,

A tous ceux qui la présente liront ou se feront lire,

Salutation et connaissance de vérité,

A la suite de la plainte déposée par messire Jacquet à l'encontre d'Antonia de Rocheclaire-Tartasse, Comtesse de Chambéret, Dame de Sannat ,Dame de Saint Solve , Dame d’Alleyrat.

Enquête a été menée par la Grande Prévôté de France, par nos soins et ceux de plusieurs enquêteurs, au sein de la Grande Prévôté de France.
A la suite de cette enquête, nous adressons nos conclusions et demande au Grand Chancelier de France, conformément aux statuts de la Haute Cour de Justice :

Citation :
Art. 221-31-5 : De la fin de l’instruction

L’enquête terminée, la Grande Prévôté transmet le dossier d’instruction ainsi qu’un avis d’enquête au Chancelier de France.

Le dossier d’instruction, l’avis d’enquête de la Grande Prévôté de France et l’avis du Chancelier de France sont transmis à la Chambre des Pairs via le Primus inter Pares. Un vote de quatre jours est ouvert afin de décider s’il y a lieu de poursuivre ou non la procédure en Haute Cour de Justice, ou de poursuivre l’enquête pour complément. La réponse sera transmise par le Primus inter Pares au Chancelier de France.

Dans le cas particulier d’un appel d’une décision d’une instance royale pour non respect du droit, le Chancelier peut proposer directement une décision.

Le Chancelier de France acte la décision. En cas de fermeture du dossier, l’affaire est classée sans suite.


Cet avis est soumis au Chancelier de France,Drahomir Vadikra, seul compétent, en concertation avec la Pairie, à prendre la décision d'une instruction auprès de la Haute Cour de Justice. Elle sera alors libre de suivre ou non l'avis exprimé ici et d'instruire un procès.


Il s’agit d’une plainte pour manquement à ses devoirs de régente et usurpation des sceaux.
Voici les lois concernées

Citation :
Du Comté du Limousin et de la Marche

Article 1 : Le Comté du Limousin & de la Marche reconnait le Roy de France comme son légitime suzerain, et Roy.

Article 2 : Le Comté du Limousin & de la Marche est un et indivisible. Le Comte est le garant de son intégrité. Le Comté est constitué des municipalités de Guéret et Bourganeuf, qui forment la Marche, et des municipalités de Ventadour, Tulle, Rochechouart et Limoges, qui composent le Limousin. Limoges, la capitale, constitue le centre culturel et institutionnel. Les frontières sont celles actées par les traités frontaliers.

Article 3 : Le Comté du Limousin & de la Marche reconnaît la religion aristotélicienne comme unique et seule source de vraie foi. La pratique d’autres cultes est acceptée, dans une enceinte privée.

Article 4 : Le Comté porte les armes unies du Limousin et de la Marche, à savoir : parti, en 1 d’hermine à la bordure de gueule, qui est du Limousin, en 2 d'azur semé de fleurs de lys d'or, à la bande de gueules chargé de trois lionceaux d'argent qui est de la Marche.


Des lois fondamentales du Royaume de France:
Citation :

Des Régents

Est appelé Régent toute personne dirigeant une province Françoise sans bénéficier de la légitimité de comte ou duc régulièrement élu par les habitants de ladite province. Par extension est appelé conseil de régence toute équipe administrant une province Françoise sans bénéficier de la légitimité accordée par une élection valide par les habitants de la province, ainsi que tout conseil ducal ou comtal dès lors qu’il est dirigé par un régent. La Régence nécessite validation par la chambre des Pairs de France et dure jusqu’à la tenue de nouvelles élections comtales/ducales.


Une régence peut-être mise en place notamment dans les cas suivants :

- Suite à vacance du pouvoir (décès, absence, démission du comte/duc légitime)
- Invalidation des résultats de l’élection comtale/ducale par la pairie
- Défaut d’allégeance au Roy de France
- Allégeance refusée par le Roy de France
- Prise de pouvoir par révolte ou par la force armée

Elle est soumise dans tous les cas à l'approbation de l'assemblée des Pairs du Royaume de France.


Un Régent/conseil de régence a pour mission d’administrer sa province « en bon père de famille » pour en assurer la stabilité en attendant la tenue d’élections comtales/ducales régulières. Il dirige en conséquence les institutions de sa province.

Toute décision ou mesure prise par un régent/conseil de régence ne peut avoir de portée que sur la durée de son mandat.

Un Régent/conseil de Régence ne peut en aucun cas modifier les orientations de la politique de sa province, réformer ses institutions, ennoblir, engager sa province dans une guerre - attendu qu'au contraire de la défense et de la riposte, l'attaque n'est pas de son pouvoir - céder ou acquérir terres de ou pour sa province.

Un Régent n'étant pas feudataire en titre, et ne pouvant engager sa province sur la durée, il ne peut en aucun cas utiliser les scels officiels de sa province pour sceller et signer quelque document que ce soit. Si le régent n'est pas d'extraction noble, une dérogation peut être accordée par édit scellé du Roy d'Armes de France.

Pour être habilité à administrer sa province, le Régent doit prêter allégeance au Monarque. Il indique ainsi respecter les lois royales, connaître ses prérogatives et devoirs et s'y plier.

Une fois l'allégeance acceptée par le Monarque ou l'un de ses représentants, le Régent est invité à accéder au conseil des Grands Feudataires. Il n'y dispose en revanche pas du vote de sa province, n'étant pas feudataire en titre.

Lois Héraldique
Chapitre IV – Droits et devoirs des nobles

Citation :


5 - Du cas particulier du Régent/Intendant d’une Province

Au contraire du Régnant, une Régence n’est point une charge liés à des droits de noblesse. Dès lors, à l’exception des décisions prises à l’encontre du fief de retraite de son prédécesseur, un Régent n’a aucun des droits précisés pour un Régnant. Il ne peut donc anoblir ou destituer, et donc pas demander de destitution si une dérogeance est relevée. De même qu’il ne peut utiliser les armes de la Province ou son scel, entre autres choses.
Ses obligations relèvent du serment de fidélité qu’il est tenu de présenter à Sa Majesté pour légitimer sa Régence.

Il a cependant le droit à un fief de retraite s’il entre dans les conditions liées à celui-ci.


Les faits sont les suivants:


Suite à la démission du Comte du Comté le 13 décembre dernier, il y a eu une demande de régence déposée au bureau de la Pairie le dix-sept du même mois. Le dix-neuf décembre, le Primus Inter Pares rendait un avis positif.
La régente ne serait pas venue prêter allégeance à Notre Souverain et aurait utilisé les sceaux de la Province sans en avoir le droit.


Ce que l'enquête a établi

Malgré le courrier reçu du Premier Secrétaire d'Etat, la régente Antonia de Rocheclaire-Tartasse, Comtesse de Chambéret, Dame de Sannat ,Dame de Saint Solve , Dame d’Alleyrat ne s'est jamais présentée en salle du trône.
Elle a bien utilisé les sceaux de la Province, alors qu'elle n'aurait pas dû.
Nous signifions également que malgré nos différents courriers envoyés pour recevoir son témoignage, 'Antonia de Rocheclaire-Tartasse, Comtesse de Chambéret, Dame de Sannat ,Dame de Saint Solve , Dame d’Alleyrat n'a jamais répondu à aucun d'entre eux.

Pour conclure, il y a selon nous motif à poursuivre Antonia de Rocheclaire-Tartasse, Comtesse de Chambéret, Dame de Sannat ,Dame de Saint Solve , Dame d’Alleyrat pour les chefs d'accusations énoncés dans ce dossier.
Nous restons à la disposition des parties pour fournir l'ensemble des éléments du dossier si nécessaire.
Nous considérons à présent l'enquête close en ce qui concerne la Grande Prévôté de France.

Ce vingt-septième jour du quatrième mois de l'an grace MCDLXI

Stéphandra Dandolo du Moutier,
Grand Prévôt de France

Citation :
Nous, Drahomir Sergueï Vadikra, Chancelier de France, Baron de Sept-Forges,

    Annonçons,

    Statuer sur la Poursuite de l'Enquête concernant, Sa Seigneurie Argael Devirieux, Pair de France, Marquis de Senlis, Comte de Menin, Vicomte de Monestier de Briançon, Baron de la Tour du Pin, Seigneur de Saint Giraud, de Gavre et de Vinderhoute;

    En vertu de l’article 221-31-4, de l’intérêt de poursuivre l’instruction, des Statuts de la Haute Cour de Justice ;

    Attendu la plainte déposée par Rotule Baccard, alors Duc du Lyonnais Dauphiné, contre sa Seigneurie sous les motifs de Trouble à l'ordre public est Trahison.

    Attendu l'Enquête préliminaire menée par la Grande Prévôté de France, en cela représentée par le Grand Prévôt de France, Stéphandre de Moutier, Baronne d'Ouillie.

    Attendu que la plainte fut trop peu fournie d'élément à Charge, et semble relevée plus d'une guerre clanique intestine que d'une véritable bravade du droit Provincial ou Royal.

    Actons la fermeture du dossier sans autre forme de procédure judiciaire.


Parlement de Paris, le 29 Avril 1461.

D.S.V



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vittoria Farnezze

avatar

Nombre de messages : 655
Age : 27
Date d'inscription : 07/06/2012

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Mar 2 Juil - 20:20

Citation :
------------------------------------------------Eusaias Blanc-Combaz, Par la Grâce de Dieu, Roi de France


      À nos officiers et feudataires,
      À nos sujets & à son peuple,
      À tous ceux qui parmi eux, la présente liront ou se feront lire,
      Salut.



    Les peuples doivent voir clair dans leur système de gouvernement. C'est pourquoi, en accord avec le bon sens, jugeons-Nous bon par la présente de préciser les coutumes du Royaume de France initialement esquissées par nos prédécesseurs d’illustre mémoire, et proclamons :

    De la grâce

    • De sa nature et de ses effets

      La grâce est une réhabilitation partielle ou totale des droits d’une personne et n’est applicable qu’après le rendu d’un verdict de culpabilité. Le droit de grâce est une prérogative accordée à toute personne source du pouvoir judiciaire dans les limites de la juridiction concernée. En d’autres termes, il s’agit d’un droit à l’oubli.

      La réhabilitation dans le domaine héraldique entraîne la levée des sanctions héraldiques découlant du verdict de trahison ou de haute trahison concerné par la grâce. Elle autorise le gracié à retrouver ses droits et privilèges préexistants dans le respect des lois héraldiques.

      La réhabilitation dans le domaine pénal entraîne la suppression des peines qui n’ont pas été pleinement accomplies, id est que ladite réhabilitation n’accorde pas le remboursement ou le dédommagement des peines déjà appliquées. Elle autorise le gracié à retrouver ses droits et privilèges locaux sans aucune discrimination en lien avec le verdict ciblé par la grâce.

    • De la grâce royale

      La grâce accordée par Sa Majesté le Roy de France - aussi appelée grâce royale - autorise une réhabilitation totale des droits du condamné, id est qu’elle est applicable dans le domaine pénal et dans le domaine héraldique.

      Sa Majesté le Roy de France, source de tout pouvoir judiciaire en le Royaume de France, peut accorder grâce à un condamné pour tout verdict de culpabilité rendu dans un juridiction sise en le Royaume de France.

      Le Domaine Royal est propriété directe de Sa Majesté, et qu'ainsi, la justice y est rendue en son nom propre. Seule Sa Majesté peut donc prononcer la grâce d'un individu dans le Domaine Royal.

      En cas de sanctions prises par le tribunal héraldique, seule la grâce royale peut amener à une réhabilitation héraldique et à la levée des dites sanctions, levée également possible en cassant le verdict. Rappelons qu'en vertu des lois royales héraldiques, en particulier des possibilités d'appel de la justice héraldique directe et collégiale, un contreseing héraldique ne peut être cassé que par Sa Majesté le Roy de France, ou par délégation via la Haute Cour de Justice.

    • De la grâce provinciale

      La grâce accordée par un Régnant d’une province vassale de la Couronne de France - aussi appelée grâce provinciale - autorise une réhabilitation partielle des droits du condamné, id est qu’elle est uniquement applicable dans le domaine pénal.

      La justice locale et la justice héraldique sont en effet entités distinctes et dissociées. Dès lors, si un Régnant d'une province vassale de la Couronne de France dispose du droit de grâce sur la justice prononcée en son nom, elle ne s'applique qu'à celle-ci. La grâce provinciale ne saurait donc accorder aucune réhabilitation sur les sanctions prises dans le domaine héraldique.

      La grâce provinciale n'efface donc point les fautes commises. Elle réhabilite cependant le condamné en matière pénale, en particulier dans ses droits et ses privilèges locaux, incluant le droit d’être anobli en la dite province. De fait, il ne fait aucun sens que la Couronne de France au travers de sa Hérauderie maintienne rancune et grief d'une offense pardonnée par la province vassale qui en a été victime. La grâce royale ne saurait donc être un liminaire obligatoire en vue de l'anoblissement d'un individu déjà gracié par la province vassale l'ayant condamné.

    • Des cas particuliers

      Un verdict de trahison ou de haute trahison rendu dans une province vassale n'entraîne pas de facto pour le condamné une impossibilité de devenir feudataire d'une autre province vassale si celui-ci n'a pas été gracié.

      Un verdict de trahison ou de haute trahison rendu dans une province vassale ne saurait entraîner de facto des sanctions héraldiques sur les fiefs de France ayant été octroyés au-dit condamné dont l'allégeance est rattachée à d'autres provinces vassales ou à la Couronne de France, et au Souverain qui la porte.

      Un condamné pour trahison ou pour haute trahison élu régnant de sa province et dont l'allégeance serait acceptée et scellée par Sa Majesté le Roy de France se verrait ainsi gracié implicitement.

      Une grâce provinciale ne saurait être prononcée si le procès de prime instance fait l'objet d'une révision par la Cour d'Appel. Si la Cour d'Appel infirme le verdict de prime instance et prononce la relaxe, celle-ci tenant lieu de verdict d'innocence, la grâce provinciale prononcée n'aurait alors aucun sens.

      En cas de poursuites près le tribunal héraldique découlant d'un verdict de trahison ou de haute trahison pour lequel il y aurait eu grâce provinciale, et pour lesquelles aucun verdict n’a encore été rendu, un non-lieu doit être prononcé.


    De la relaxe

    • De sa nature et de ses effets

      La relaxe est un verdict d’innocence. Aucune culpabilité ne saurait être retenue à l’encontre du relaxé et son casier judiciaire restera vierge des poursuites judiciaires idoines. La relaxe peut être rendu par toute personne ayant l’autorité et la légitimité de rendre justice, que ce soit en qualité de source ou de dépositaire du pouvoir judiciaire.

    • Des cas particuliers

      Une relaxe, au titre de verdict, ne peut donner suite à un second verdict pour les mêmes faits par une instance de même degré, mais reste susceptible d’une interjection en appel dans le respect des procédures ad hoc.


    Parce qu'il Nous appartient de réaffirmer la responsabilité de nos sujets quant à ceux qu'ils élisent & la responsabilité de nos vassaux quant à l'usage qu'ils feront de la grâce, Nous avons donc pris le parti au travers d'icelle de leur bailler notre pleine confiance pour les affaires qui directement les concernent, en ce qu'il ne soit pas nécessaire que la Grâce Royale vienne en toute circonstance garantir des prérogatives qu'ils possèdent déjà dès lors que le bon sens s'applique

    Pour que la clarté s'impose, proclamons enfin que la présente ordonnance remplace et annule les annonces suivantes:

    - « Des grâces provinciales et de la cour d'appel » de la Reyne Béatrice du 3 de Février 1459
    - L'annonce de la Reyne Nebisa et du Chancelier de France Terwagne Méricourt du 14e de Janvier 1460
    - Les arrêts de la Grande Chancellerie relatifs à la grâce, datées du 16e de Mai 1457 et du 29e de Septembre 1458
    - L'arrêt de la grande Chancellerie relatif à la relaxe, daté du 25e de Juillet 1458


    Rédigée au Louvre le XXVe d'avril 1461.





Citation :
------------------------------------------------Eusaias Blanc-Combaz, Par la Grâce de Dieu, Roi de France


        À nos clercs loyalistes,
        Aux esprits féaux du Royaume de France,
        À l'ensemble de Nos sujets,
        À tous ceux qui la présente liront ou se feront lire.





L'Après Rome - Premières Fondations


Introduction - Aristotélicisme : critiques, mérites, et Église Aristotélicienne de France.

    Nous, Sa Majesté Eusaias de Blanc-Combaz, Roy de France et Souverain en son royaume tant par la Grâce du Tout-Puissant que par l'approbation de ses peuples,

    Attestons de la modération de nos principes au travers de la présente institution, qui nous vaudra toujours pour les uns d'être trop empli de religion, et pour les autres, jamais assez. Par delà Notre mort, certainement nombreux seront ceux qui à la suite de petites manœuvres de cardinaux menant à notre mise à l'index, se plairont à voir en Nous l'impie ou l'athée et en définitive, l'âme la moins religieuse qui soit, mais plus nombreux encore seront ceux qui chercheront à défendre l'Aristotélicisme du Roy Eusaias. Car aveuglé par la malveillance est celui qui ne saurait apercevoir en arrière-fond de Nos actes et de Notre pensée, la primauté que Nous avons toujours accordé à la tradition Aristotélicienne dans l'absolu de son humanisme, nous dirigeant toujours vers plus de bienveillance et de sympathie envers la religion dont Nous sommes pénétrés, comme en témoignent les suivantes dispositions & clarifications:


    De très nombreuses fois la religion Aristotélicienne s'est retrouvée sous le feu des critiques, mais Nous attestons que la France a toujours tout fait pour essayer, en parallèle, d'en dégager les mérites. C'est faire fort malhonnête procès contre la religion, que de rassembler dans un vaste ouvrage la longue énumération des méfaits que sur la France elle a indubitablement produit, si l'on ne s'efforce pas de faire de même pour les bienfaits dont elle l'a gratifiée. De la même manière, jugeons nous que c'est fort mal raisonner que d'affirmer qu'il incombe à Sa Majesté le Roy de faire croire en la religion, quand il lui appartient au contraire de la relativiser en un objet de connaissance et de la convertir en un système Aristotélicien qui émerge parmi d'autres systèmes religieux. C'est cette identité qui conjointement avec les clercs Aristotéliciens restés fidèles au Royaume, est et sera ici développée, définie, et établie, que certains esprits chagrins trouveront originale, mais qui s'inscrit dans la tradition de France et qui ne saurait désormais que marquer Notre temps. Il faut prendre au sérieux Notre volonté de remettre bon ordre à toute chose, car nous affirmons la nécessité d'écrire en politique lorsque nous voulons de la religion traiter en général, et de l'Aristotélicisme Romain en particulier. Cette attitude qui est Nôtre s'accompagne d'un regard qui ne vise à considérer que les rapports de l'Aristotélicisme à la société, à n’examiner les liens et les frontières entre les deux souverainetés, celle de l’Église et celle de l’État, que sous la perspective de l’utilité sociale, soit à l’aune du bien que l’on en tire dans l’état civil. C'est sur cette seule base que toutes les critiques que nous adressons à l'Aristotélicisme prennent sens, si l’on considère qu’elles participent des nombreux débats qui ont lieu en ce siècle sur des incompréhensions qui engagent les rapports entre l’Église et l’État tels que : la main-mise sur les édifices religieux, le célibat des prêtres, la nomination des archevêques et des évêques, les assemblées d'évêques, la noblesse et les biens du Clergé, la puissance coactive (temporelle & spirituelle) de l’Église, le mariage des réformés, la tolérance civile, etc. Faute d'avoir su les anticiper, le pouvoir Royal qu'aujourd'hui Nous incarnons, entend y répondre. Au travers de petites touches sensibles -car les Cardinaux le sont tant- voulons-Nous instaurer ici un système d'Église subtil qui ne saurait se réduire ni à la suprématie du politique sur la religion, ni à la supériorité du Concile de Nos évêques sur le Pape, qui nous est même, politiquement parlant, infiniment utile. Car, que deviendrions-nous dans cette nation turbulente, où il n’y a aucun évêque qui pense comme son voisin, s'il n'y avait un personnage central référent en matière spirituelle ?

    Enfin Nous reconnaissons de bon gré à l'Aristotélicisme d’avoir adouci la nature humaine et d’être opposée au despotisme dans son essence. Si la religion Aristotélicienne est éloignée de la pure tyrannie, c’est que la douceur étant si recommandée dans l’Écriture, elle s’oppose de façon méritoire à la colère illimitée avec laquelle le Seigneur se ferait justice et exercerait ses cruautés. Nous soulignons également son apport dans le domaine du droit, du gouvernement, et dans la guerre, car nous devons à l'Aristotélicisme un certain droit des gens, que la nature humaine ne saurait par elle-même assez reconnaître. Il n'y a dès lors aucune raison pour que de véritables Aristotéliciens ne puissent former ensemble un État viable. Les Hommes profondément pieux ont toujours été des sujets infiniment éclairés sur leurs devoirs, et qui ont très grand zèle de les remplir. Ils sont parfaitement à même de comprendre les droits de la défense naturelle de l'autorité de l’État, car plus ils croient devoir à la religion, plus ils pensent devoir à la patrie. Nous affirmons avec une inébranlable conviction que les principes de l'Aristotélicisme bien gravés dans le cœur, seront toujours infiniment plus fort que le faux honneur des monarchies dévoyées, que les fades vertus humaines des républiques, que les sacrements forcés ou contractés par intérêt, que la seule crainte qu'inspirent les États à l'autorité illégitime et despotique.

    La foy au coeur, ainsi Nous parlons.





    Ainsi, Nous, Eusaias de Blanc Combaz, Roy de France,
    Nous, clercs aristotéliciens, dans notre volonté de donner au Royaume de France un aristotélicisme fidèle aux préceptes divins et de donner aux français une spiritualité adaptée à leurs besoins, statuons:



I - Le Roy, le Royaume, la Religion.

    Le très Aristotélicien Roi de France, est Souverain par la grâce du Divin. Il est source de tous les Pouvoirs. Il puise son autorité du Créateur, tirant exemple de la vie des prophètes Aristote, Christos, des Archanges, et des Saints. Le Roy est garant de l'unité du royaume devant le Très Haut, et de par sa qualité de Lieutenant de Dieu, il lui plaît de considérer comme officielle & légitime la religion Aristotélicienne Universelle, Une et Indivisible, représentée dans le Royaume par l’Église Aristotélicienne de France. Elle seule dispose du droit de prosélytisme sans autre restriction que le respect des juridictions locales et royales, afin de répandre la bonne parole.


II - L'Église Aristotélicienne de France: présentation.

    Farouche est notre volonté de maintenir le Royaume de France à l'écart de toute ingérence politique voire disciplinaire du Pape de Rome représenté par la Curie Romaine, cette dernière tenant à se comporter avant tout comme un souverain étranger, et par conséquent suspectée d'aspirer à un pouvoir trop absolu et en tout cas rival de celui du Roy. Pour mettre ferme frein au danger que constituerait la soumission du Royaume de France à une autorité illégitime qui s'arrogerait sa Souveraineté ainsi qu'à l'instrumentalisation du serment de baptême des fidèles à des fins de conquêtes séculières, déclarons instituer présentement l’Église Aristotélicienne de France chargée de représenter le clergé de France et sa légitimité spirituelle au travers de son Assemblée, réunissant les clercs du Royaume :

    Elle recouvre plus spécifiquement:

    • - Les évêques du Concile général.
    • - Les prêtres des cures qui en dépendent.
    • - Le personnel des hôpitaux de l'Église de France.
    • - Le personnel des Universités de l'Église de France.



      a) Fonctionnement général


    Respectueuse de la papauté, l'Église Aristotélicienne de France dont le Souverain Roy de France est le chef incontesté, pose néanmoins certaines limites à la puissance du Souverain pontife en ce que le pouvoir de ses évêques réunis en Concile est plus grand que celui du Pape pour ce qui relève des affaires spirituelles du Royaume. Aussi, un cardinal romain ne peut prétendre à une charge Diocésaine ou Archidiocésaine sur le territoire du Domaine Royal et ne pourra intégrer le concile de l'Église Aristotélicienne de France au titre d'une telle charge occupée en France sur le territoire de nos provinces vassales. Au Concile de l’Église Aristotélicienne de France revient la charge de nommer les évêques du Royaume de France par le biais d'un vote, au terme duquel le Roy aura trois jours pour faire valoir, ou non, son droit de veto. Auquel cas, un nouveau vote sera relancé avec les candidats restants jusqu'à ce que la nomination soit effective ou que faute de candidats, la place demeure vacante. L'évêque nommé accepte alors de servir l’Église Aristotélicienne de France dans l'acceptation des termes de la présente institution. En échange de leur dévouement au Royaume et de la bonne tenue de leur mission spirituelle, Sa Majesté le Roy leur baille par Sa propre entremise ou celle de Ses vassaux, Sa protection afin d'assurer leur sécurité au sein de leur évêché afin qu'ils ne soient démis abusivement. Faute de quoi, leur protection dépend uniquement du bon vouloir des seigneurs.


      b) L'archevêque de Reims


    L'archevêque de Reims est, après le Monarque, le chef permanent de l'Église Aristotélicienne de France et de la communion des fidèles de France. Nommé par l'Assemblée des Evêques, il forme avec le souverain la tête bicéphale de l'Église Aristotélicienne de France comme solide garantie de stabilité. C'est à lui que revient le droit & le devoir de sacrer les Souverains du Royaume de France, légitimés par les urnes.


      c) Le Grand Aumônier de France


    La Grande Aumônerie de France est un Grand Office Royal, occupé par un ecclésiastique de l'Église de France d'un rang d'évêque ou d'archevêque. Il ne saurait en aucun cas être Cardinal. Le Grand Aumônier est le représentant du Roy auprès de tous clercs de l'Église Aristotélicienne. Son rôle est de faire la liaison entre Paris et les composantes ecclésiastiques du Royaume et d'ailleurs.

    Il dispose donc du droit de siéger au sein de la Curia Regis, du Conseil du Domaine Royal, du Conseil des Grands Feudataires, et de fait, du Concile Général de France. Le Grand Aumônier peut proposer un amendement sur toute décision du Concile Général de France en son nom ou au nom de l’administration royale. De part ses doubles devoirs, tant temporels que spirituels, le Grand Aumônier n’est pas soumis à la hiérarchie de l’église pour ses fonctions de Grand Aumônier. Il reste soumis à l'Assemblée des Evêques concernant son diocèse. Ces restrictions s’appliquent aussi aux membres de la Chapelle Royale.

    Pour le bon fonctionnement des institutions royales, des locaux seront ouverts à Paris selon les besoins, et les deux parties, à savoir les administrations de l'Église Aristotélicienne de France, des Églises Aristotéliciennes extérieures et l’administration royale s’engagent à participer activement aux travaux en vue de faire du royaume très aristotélicien de France un royaume juste, et de servir le Roi légitimement sacré de droit divin par l’Église Aristotélicienne de France.



      d) Le devoir de charité


    L'Église Aristotélicienne de France se donne pour mission première d’aider les plus démunis. Dans ce cadre, ses représentants devront autant que possible et de manière active participer aux actions de charité et coordonner leurs efforts avec les autorités municipales et provinciales pour aider les sujets du Royaume à accéder à la propriété, qui leur apportera le socle indispensable de respectabilité et d'autonomie à toute fondation d'une bonne famille de France à l’œil vif et à la joue dodue.


      e) Le devoir d'instruction et d'édification


    L'Église Aristotélicienne de France se donne pour mission secondaire de participer le plus activement possible à l’instruction du peuple en matière religieuse et par conséquent, de favoriser autant que faire se peut la vie religieuse au cœur de nos cités et de nos villages, car c'est sur la base trop souvent négligée des fidèles que se fonde une Église forte, d'amitié, de loyauté, et d'amour, et non sur le petit orgueil de ses sommités.


      f) Le devoir de funérailles.


    L'Église Aristotélicienne de France, enfin, s'attribue le devoir d'enterrer les corps des Françoys dans les cimetières de nos cités ou autres cimetières annexes, lorsque ceux-ci sont laissés à l'abandon ou lorsque les proches le lui demandent. Les clercs de l'Église Aristotélicienne de France le font, sans égard aucun à la réputation ou au statut des malheureux qu'ils enterrent. Pour chaque sujet du Royaume, les derniers sacrements sont un dû, afin qu'en paix et dans la dignité, ils soient remis au libre jugement de Dieu qui dans l'autre monde, scellera leur sort.



III - Des libertés de l’Église Aristotélicienne de France.

    Face à l'incapacité de l’Église de se réformer pour garantir le bien des peuples, Nous entendons ici fonder et définir les libertés de l’Église Aristotélicienne de France. Nous sommes parfaitement conscients de la dépendance politique que suppose pour l’Église l'application de ces libertés et du degré de servitude qu'elles impliquent pour l'Église Aristotélicienne de France puisque ces libertés sont exercées dans le but de maintenir l'autorité du Roy contre la juridiction ecclésiastique et ôter au Pape la force d'user abusivement de cette dernière, en ôtant aux ecclésiastiques le droit qu’ils ont sur les grands magistrats et les rois mêmes, en qualité de fidèles ; mais nous estimons que les clercs et la communauté des fidèles de France seraient bien plus asservis encore s'ils devaient être contraints d'accepter comme des lois toutes les collections d'abus et d'ingérences qui ont été placées sous l'autorité du droit canon et appliquées non comme l’Église l'entend, mais comme quelques uns l'ambitionnent via le caractère de totale irresponsabilité qui les a si souvent animés. Un Roy a des comptes à rendre à ses sujets ; quand un Cardinal estime n'avoir de compte à rendre à personne, tel est le fossé qui sépare nos visions respectives. Aussi, nous préférons sans conteste fonder ces libertés sur le droit naturel et en particulier sur le droit des gens, qui veut qu’une nation se gouverne par ses lois et n’ayant pas à être subjuguée, ne soit point soumise ni à l’égard du temporel, à une puissance étrangère ; ni, à l’égard du spirituel, tant sur la raison que sur droit divin, qui veut que l'Assemblée des Evêques de France soit au-dessus du Pape et donc de la Curie, puisqu'il n’est point de corps qui n’ait plus d’autorité tout entier que divisé.
    Devant les abus de pouvoir que nous avons constaté, devant les abus de l'utilisation de l'excommunication qui sert aujourd'hui de menace à tous les fidèles et de force de persuasion pour les Cardinaux, nous affirmons les six libertés fondamentales de l'Église Aristotélicienne de France :



    • - Récusons la légitimité des guerres temporelles que livre le Pape contre les Monarchies de Droit Divin.
    • - Validons la nécessité des combats royaux et nationaux contre toute agression de Rome.
    • - Annulons la validité de toute excommunication pontificale.
    • - Proclamons la supériorité de l'Assemblée des Evêques de France sur la papauté.
    • - Refusons au pouvoir pontifical la revendication d'une quelconque origine divine.
    • - Revendiquons le droit inaliénable pour le Roy de France de décider si l'organisation de l’Église dans le Royaume est conforme aux règles canoniques, en concertation avec l'Archevêque de Reims et le Grand Aumônier de France.


IV - Des privilèges de l’Église Aristotélicienne de France .

    Nous ne sommes point entêté des privilèges ecclésiastiques, mais nous tenons à ce qu’aucune forme d'injustice ne soit faite aux clercs de l’ Église Aristotélicienne de France en Notre royaume. Nous voulons leur marquer pour une fois les termes de leur juridiction, à condition qu'ils soient réciproques, et que nul dans le Royaume ne promulgue des lois contre eux comme ils ne promulgueront pas de lois contre Nous ; sans cela, il faudra bien que cette juridiction s’anéantisse, car de nouveaux arrêts signés de Notre main la retrancheront toujours.

    Nous avons recherché une forme d'Église de France modérée qui ne conduise pas inéluctablement à la subordination de l’Église à l’État. Il faut pour ce faire résoudre la délicate équation d’un maintien de l’union des intérêts des deux souverainetés sur la base d’une distinction fondamentale entre le domaine temporel et la puissance spirituelle. Roy de France par la grâce de Dieu, Nous n’avons jamais prétendu faire céder les intérêts de la religion aux intérêts politiques, mais les unir : or pour les unir, il faut que chacun les connaisse et s'en imprègne. La religion Aristotélicienne, qui ordonne aux hommes de s’aimer, ne peut que désirer que chaque peuple ait les meilleures lois politiques et les meilleures lois civiles, en ce qu’elles sont, après les Écritures, le plus grand bien que les hommes puissent donner et recevoir. L'alliance de l’Église et de l’État, tel est le but. Cette complémentarité des domaines ne signifie pas leur indétermination, bien au contraire. Mais elle suppose leur délimitation. Cette grande distinction est la base sur laquelle repose la tranquillité des peuples, qui est fondée non seulement sur la Religion, mais également sur la raison et la nature, qui veulent que des choses réellement séparées, tel le temporel et le spirituel, et qui ne peuvent subsister que séparées, ne soient ainsi jamais confondues.



      a) De la Justice.

    Les évêques de l'Assemblée de France sont considérés comme les princes de l’Église de France, et par ce statut sont exempts de la justice ordinaire. Seule la Haute Cour de Justice peut juger les Évêques de l'Assemblée concernant les infractions dictes temporelles. Les Cardinaux, en tant que représentants étrangers, seront désormais soumis comme tout individu à nos justices locales en cas d'accusation pesant sur eux.


      b) De l'Armée.

    Toute armée déclarant agir pour une puissance étrangère sur le territoire du Royaume de France sans qu'elle ne soit autorisée par la Couronne à y pénétrer est considérée comme ennemies de la Couronne, y compris celles mandatées par Rome.

    Toute armée de l' Église Aristotélicienne de France est régie par un Grand Commandeur chargé d'en coordonner les forces armées. Seules les Vidamies de France sont autorisées au sein du royaume et doivent rendre compte de leurs effectifs et de leurs activités à l'Archevêque de Reims. Les Vidames de France sont sous l'autorité exclusive de leur archevêque de France tel que l'impose le découpage géographique ecclésiastique et peuvent disposer sous leur commandement d'autant de soldats qu'ils le désirent. Il relève du rôle de l'Archevêque de Reims de s'assurer de la collaboration de ses Vidames avec leur Archevêque respectif afin qu'ils travaillent de concert avec lui et répondre du mieux possible à ses demandes dans le domaine de la sécurité et du militaire. A l'inverse, l'Archevêque de Reims s'assure que les Archevêques collaborent avec leur Vidame respectif, et le laissent agir concernant les domaines qui lui sont dévolus. En cas de manquement constaté du Vidame, l' Archevêque de Reims est habilité à prendre des sanctions. En cas de manquement constaté de l'Archevêque, l' Archevêque de Reims s'en doit référer au Roy de France.

    Une Vidamie de France peut ériger une place forte par province mais comme toute organisation militaire reconnue, elle sera soumise aux lois royales et locales en la matière. Seuls les Ordres Militaires Religieux reconnaissant l'Église Aristotélicienne de France par les présents termes pourront être reconnus par le Grand Écuyer de France. Il seront dès lors autorisés sur le territoire du Domaine Royal mais ne seront en aucun cas habilités à entreprendre une quelconque action contre les intérêts de la Couronne. La construction de places fortes pour les ordres religieux armés sera soumise à l’autorisation ducale ou comtale.

    Chaque évêque de France en ce qu'il est le représentant de l'alliance de la foi et du roy de France reçoit lors de son intronisation des mains du Monarque ou de son substitut, l'épée de Saphir et d'Améthyste, dont il est autorisé à user dans le seul cadre de la défense du Royaume et de ses sujets.



      c) Des sacrements

    Les mariages Aristotéliciens célébrés par l’Église Aristotélicienne de France sont reconnus par Nos institutions comme valides en toute circonstance. Les mariages Aristotéliciens célébrés par l’administration Romaine sont reconnus comme valides par Nos institutions pour peu qu'ils n'aient pas été célébrés par des traîtres à la Couronne ou par des ennemis de la France dont les noms sont flétris à jamais, sans que l'invalidité des sacrements ne subisse d'effet rétro-actif à compter de la prononciation de la sentence. L'Église Aristotélicienne dans son ensemble est donc responsable de la bonne tenue de ses registres. La rupture des liens conjugaux répond aux mêmes critères d'habilitation.


      d) De la noblesse & de la transmission.

    Évêque de France devient une charge anoblissante. La charge d'évêque donne droit à l'octroi d'une Vicomté rattachée au plus proche de la capitale de l'évêché. La charge d'archevêque donne droit à l'octroi d'un Comté ou d'un Duché au plus proche de la capitale de l'archevêché. Ces octrois sont conditionnés à la charge. Qui abandonne la charge abandonne les terres, dont jouira son successeur.

    Pour ce qui est des terres octroyées sur le Royaume de France à des clercs, seule la noblesse du clergé Aristotélicien de France est reconnue. Ainsi, nul ne saurait avoir été ordonné et se revendiquer noble du Royaume sans appartenir à l’Église Aristotélicienne de France. Le Roy déconseille aux clercs du clergé Aristotélicien de France de se marier, mais ne prendra aucune mesure de rétorsion si jamais ils décidaient de fonder une famille légitime. Toute transmission de fief et biens nobiliaires leur est cependant prohibée.



      e) De l'appui financier.

    Les artisans désireux de suivre des études en voie de l’Église pour venir renforcer les rangs de l'Église Aristotélicienne de France sont en droit de demander aux provinces du Domaine Royal des prêts sans intérêt afin de pouvoir financer leurs coûteuses études théologiques (passage niveau 3). Ce prêt sera garanti par le pouvoir royal et par l'évêque qui le recommande. Les termes du contrat qui sera passé entre le prêteur et l’emprunteur seront fixés par écrit. Ils engageront le bénéficiaire pour une durée minimale de 3 mois, après la fin du remboursement, à remplir ses devoirs pour la paroisse d’affectation en tant que curé, ou pour le diocèse en tant que Évêque ou archevêque. En cas d’empêchement exceptionnel l'Archevêque de Reims devra veiller à faire rembourser le prêt quitte à aller camper sur les routes pour faire l'aumône, armé d'un bon gourdin pour attester de la vigueur de sa conviction.


      f) Du mariage.

    Sur ce point également Nos réflexions ne portent que sur la trop grande exclusion du célibat, et non sur le célibat même. Nous conseillons aux prêtres Aristotéliciens de France le célibat, mais n'en feront pas jamais un précepte qui implique des lois pour le faire observer. Car ce fut avec très grande raison que les papes firent tant d’efforts pour établir le célibat des prêtres. Sans cela, jamais leur puissance ne serait montée si haut, et jamais elle n’aurait duré si chaque prêtre avait tenu à une famille et s’ils y avaient tenu eux-mêmes. Mais nous avons pu voir que cet État clérical qui les distingue du reste de la société ne les empêche nullement de se mêler des affaires séculières. Nous nous étonnons donc que dans l’Église Aristotélicienne Romaine, où l’on a défendu le mariage aux prêtres afin qu’ils ne se mêlent pas des affaires séculières, ils s’en mêlent plus encore que toute autre religion qui l'autorise. Ainsi, serons-Nous à l'égard des prêtres Aristotéliciens de France mariés toujours suspicieux, mais à jamais cléments.



V - Aristotélicisme et politique.

    Le rapport entre l'Aristotélicisme et la politique ne saurait jamais être direct, mais analogique et complémentaire. Il implique ainsi tout à la fois une séparation entre les deux sphères autonomes, la spirituelle et la temporelle, et une concordance vers un but social à triple facette:

    • La paix
    • Le bien commun
    • L’amour de la patrie


    L'Aristotélicisme ne doit pas avoir de force coactive. Il faut à tout prix éviter les lois pénales en faits de religion. Nous insistons fortement sur la différence entre les préceptes propres aux lois humaines et les conseils propres aux religions. On ne doit point statuer par les lois divines ce qui doit l’être par les lois humaines, ni régler par les lois humaines ce qui doit l’être par les lois divines. Presque tous les reproches que nous formulons à l'égard de l'Aristotélicisme contiennent une dénonciation de la confusion entre la puissance ecclésiastique et l’autorité séculière. C’est précisément lorsque la religion est utilisée comme prétexte par des intérêts humains qu’elle enfante, selon Nous, les plus grands maux, car toute maxime de religion devient très pernicieuse dès lors qu'on la fait entrer dans la politique humaine. C'est la raison pour laquelle tout acte d’apostasie d’un sujet quel qu'il soit, noble ou roturier, ou une éventuelle sentence d'excommunication prononcée à l'encontre de l'un d'entre eux, ne saurait suffire à le frapper en matière pénale ou héraldique. C'est également la raison pour laquelle nul ne saurait dénier à Sa Majesté le Roy le bon et libre droit de recevoir les allégeances des élus que lui mandate Son peuple sans que Ses convictions religieuses ne servent de coercition infâme à la fatalité de sa révocation. Les pairs de France, les Grands Officiers, le Dauphin, les Altesses Royales, de part leur titre, tout comme la famille du Roy de France, ne pourront être excommuniés que par le consentement du Roy et du Saint Père lui-même. Le Roy de France reconnaît les Concordats signés avec l’Église Romaine comme des Traités et laisse libre les provinces du Royaume de les faire appliquer localement, mais jamais la Couronne et les Institutions n'en reconnaîtront les modalités ayant prise sur le temporel, et notamment celles concernant la déclaration d'inéligibilité d'un sujet ne croyant "pas comme il faut". Peuple qui élit par les urnes un Homme inéligible, illégitime de fait non l'Homme, mais l'article de la loi qui l'a ainsi sanctionné.

    Symptôme par excellence de la confusion du temporel et du spirituel, le prétexte de dévotion est une maladie du corps qui donne à l’âme une folie dont le caractère est d’être la plus incurable de toutes. C’est ce prétexte qui, par un malentendu venimeux, justifie la politique des seigneurs et presque tous les vices qu’ils veulent, comme l’avarice, l’orgueil, la soif du bien d’autrui, l’attrition, la vengeance : il ne leur en coûte presque rien pourvu qu'ils se revendiquent dévots, prêts à toutes les extrémités démoniaques au nom du Rome, de la Foy, de Dieu, de la Vérité, de la Justice, des Anges, ou de Notre cul sur la commode. De même, affirmons qu'il est particulièrement dangereux qu’un seigneur mette les affaires de son État entre les mains de son confesseur. On sait combien la France a eu à trembler face aux Cardinaux qui excellent dans la confusion des affaires du siècle et des devoirs de la conscience. Les seigneurs qui en font leurs confesseurs font bien mal : car en croyant bien faire, ils répandent un esprit de servitude dans la nation. D’ailleurs, chacun des corps constitués ayant des intérêts particuliers à faire valoir, la confession, où les confesseurs traitent toujours entre le seigneur et eux, leur donne la commodité d’être délateurs et de perdre qui ils veulent, sans que le repenti ne puisse se défendre.


    Le crime de scepticisme en religion et d'athéisme est reconnu comme trouble à l’ordre public, car constitue un crime de lèse-majesté divine et humaine, une atteinte portée contre les fondations du pouvoir royal. Il sera jugé par un tribunal religieux qui pourra appliquer différentes punitions propres aux tribunaux religieux aristotéliciens. En cas de récidive, le fautif sera passible de jugement au-devant de l'autorité temporelle. A charge pour les athées d’agir de manière à ne pas enfreindre la dite tolérance royale. Le seul crime d’Hérésie en revanche ne saurait plus être reconnu à lui seul comme trouble à l’ordre public, mais peut toujours être jugé par un tribunal mandaté par l'Assemblée des Evêques du moment qu'elle s'abstient de toute application pénale. En cas de refus d'appliquer la peine décidée par le tribunal ecclésiastique de l'Église de France, le condamné pourra être déclaré hérétique à la religion d’État.


VI - La Réforme aristotélicienne religion infidèle, mais religion amie du royaume.

    Nous comprenons la nette préférence de certains de Nos sujets pour la religion Aristotélicienne Réformée, qui a toujours su se montrer plus favorable au développement de la société, au commerce, aux manufactures, à l’agriculture et au peuplement que l'Aristotélicisme de tradition Romaine qui encourage l’idéal d’une vie tranquille, la méditation, et le célibat de ses prêtres, pendant que ses cardinaux font main basse sur les leviers de l'autorité séculière de la nation. Nous osons le dire: dans l’état présent où nous avons trouvé la France, il n'était pas possible que la religion Aristotélicienne Romaine y subsiste cinq ans de plus si nous n'avions su prendre les mesures destinées à protéger le Royaume des insupportables outrances d'une hiérarchie qui amenaient autant à sa perte qu'à la nôtre. Nul dans cette disposition, qu'il soit Aristotélicien de France ou Réformé, ne saurait y voir autre chose que la conservation de la dominance de l'Aristotélicisme de France en tant que religion dans la monarchie, puisque de toute façon, nous considérons la religion Aristotélicienne de France comme convenant mieux à une monarchie pour ce qu'elle se trouve dotée d'un chef et la religion Aristotélicienne Réformée mieux adaptée à une république, pour ce qu'elle n'en compte pas. En tant que Roy de France et dans la tradition de nos prédécesseurs, Nous nous engageons à soutenir la religion Aristotélicienne Universelle, Une et Indivisible, autant que nous défendons les libertés par nous accordées à l’Église Aristotélicienne de France qui sont avantageuses pour la France, fille aînée de l’Église. C'est parce que nous avons conscience qu'une domination de la religion réformée sur la France serait fatale à toute confession, que nous nous garderons bien de lui octroyer plus d'avantages que la nécessité de l'harmonie civile ne lui en doit ; mais jamais moins non plus.

    A dater du moment où elle concède que la religion du Roy est la religion de l’État, et parce que son hérésie est limitée, la Réforme Aristotélicienne, est dite religion infidèle mais protégée par le Royaume. Et bien que tolérée par le Roy elle demeure soumise à une législation spécifique développée ici.

    Les Aristotéliciens Réformés ont droit à l'accession de la noblesse comme tout sujet laïc de France, fors les convaincus d'athéisme que nous bannirons de notre sol par tous les moyens de l’État, et en tant que membres d'une religion amie du Royaume, sont autorisés à transmettre leurs titres par le sang, pour peu que leur baptême et leur sacrement soient valides. Pour être valide, le baptême peut avoir été reçu par l'Église Aristotélicienne de France. Autrement, un baptême ou un mariage Aristotélicien Réformé, doit être célébré en présence d'un Secrétaire d’État qui par sa signature, s'en portera témoin et le validera au-devant de nos institutions sans que nulle sanction ne puisse être prise à son encontre. Aucune rupture des liens conjugaux réformés n'est en revanche envisageable du vivant des époux.

    Les prêches des lecteurs ou des pasteurs réformés sont interdits au sein des cités de notre Royaume, mais pourront se tenir en dehors (IG: Hors de la Ville) sans que nul n'y trouve rien à redire. La Réforme Aristotélicienne peut bénéficier de l'octroi de places fortes où la liberté de culte leur est garantie, si le Roy, le Régnant de la province, et le Maire de la Ville, s'entendent pour le lui octroyer. La seule volonté du Roy suffit en revanche à le leur reprendre.

    Les autres mouvements à caractère spirituel (Catharisme, Averroïsme intégral, Spinozisme, Raymond-Barrisme, etc.) peuvent être pratiqués de façon privée et personnelle à partir du moment où ils respectent les valeurs fondamentales aristotéliciennes et ne font pas acte de prosélytisme. Le non respect de ces recommandations sera considéré comme une provocation portant trouble à l'ordre public et pouvant conduire à des poursuites au terme desquelles, si elles aboutissent, pourra être conseillé un internement forcé en Nos hospices de l'Église Aristotélicienne de France pour une rééducation de choc(s).


Signé le vingt-deuxième jour d"avril de l'an quatorze cent soixante et un.




Daniel Marques Henriques


Asphodelle di Césarini



Orcus di Césarini



Clodeweck de Montfort-Toxandrie



Verty de Montfort-Toxandrie



Verhena de Monfort-Toxandrie



Waleran de Monfort-Toxandrie


Eusaias Blanc Combaz,
Très Redouté et très Puissant Roi Aristotélicien de France.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vittoria Farnezze

avatar

Nombre de messages : 655
Age : 27
Date d'inscription : 07/06/2012

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Mar 2 Juil - 20:22

Citation :
------------------------------------------------Eusaias Blanc-Combaz, Par la Grâce de Dieu, Roi de France


      À Nos officiers et feudataires,
      À Nos sujets & à Notre peuple,
      À tous ceux qui parmi eux, la présente liront ou se feront lire,
      Salut.



    Le Roy de France est source de tous les pouvoirs au sein du Royaume de France. Ne pouvant cependant gouverner seul, Nous nous entourons d’officiers royaux qui nous représentent et agissent en notre nom, Nous prenons vassaux pour gouverner Nos terres et les terres de la Couronne de France, Nous prenons conseils auprès de Nos vassaux directs et de Nos conseillers.

    A ce jour, l’évidence Nous conduit à constater que la gouvernance actuelle de notre Royaume est mise à mal par l’inexpérience et la méconnaissance du droit par certains de nos conseillers.

    Particulièrement, les faits Nous ont montrés que le Roy de France ne pouvait compter sur la Chambre des Pairs pour légiférer, ou plus simplement pour Nous aider à l’écriture des Lois. Les Pairs de France ne sont d’ailleurs pas nommés selon leurs connaissances du droit et leurs compétences à le compléter. Pis, certains Pairs de France voient en la Chambre des Pairs un organe d’opposition à Notre personne, en ce que Nous sommes Roy de France, alors qu’un Pair de France est nommé ou maintenu par Nous à sa charge, et par nul autre.

    Nous ne pouvons d’avantage tolérer ce frein à l’écriture des Lois qui empêche l’évolution et la pérennisation du Royaume de France au travers du droit royal. Aussi, Nous décidons et proclamons :

    • La Chambre des Pairs de France perd ce jour toute responsabilité législative et toute responsabilité juridique auprès de Notre Haute Cour de Justice. Elle conserve cependant l’ensemble des autres prérogatives dont elle a la charge, en ce qu’elle reste Notre conseil concernant la gestion des affaires courantes du Royaume de France. Elle continuera à Nous aider et à Nous représenter dans celles-ci, et nul ne pourra les destituer de l’autorité que Nous réaffirmons ce jour sinon Nous, Roy de France. La nature et les motivations de la nomination d’un Pair de France restent ainsi en adéquation avec les responsabilités de la Chambre des Pairs.

    • La Chambre d’Eunomie est une nouvelle institution directement rattaché à la Couronne de France et ne rend compte qu’à Nous seul, Roy de France. Elle aura à charge de légiférer et d’écrire la Loi dans le respect des statuts que nous validons et publions ce jour. Nos représentants en son sein seront nommés exclusivement pour leurs connaissances du droit, ainsi que pour leurs compétences et expériences à l’écrire. Nous attendons d’eux qu’ils Nous représentent dans notre pouvoir législatif et agissent par Nous et pour Nous, et ce uniquement dans le respect de Notre volonté.

    • La Grande Chancellerie de France est dès ce jour seule garante de l’ensemble de notre pouvoir juridique dans le rendu des verdicts par les Cours royales pénales. La Chambre des Pairs n’aura plus à participer à l’élaboration et à la validation des verdicts rendus par Notre Haute Cour de Justice. Le Chancelier de France ne devra plus rendre compte qu’à Nous concernant la tenue et les verdicts de Notre Haute Cour de Justice. Nous espérons ainsi gagner en simplicité dans les procédures de Notre Haute Cour de Justice, et ainsi augmenter la célérité des affaires traitées par elle.

    Nous invitons la Chambre d’Eunomie - une fois constituée - et la Grande Chancellerie à prendre acte de Notre volonté explicitée présentement et à préparer les modification du droit royal en conséquence.

    Rédigé au Louvre le 1er de Mai 1461.





Citation :
    Statuts de la Chambre d’Eunomie

    Section 1 - Dispositions générales

    Art. 10-1 : De la nature de l’institution

    La Chambre d’Eunomie est une institution royale et autonome. Elle exerce ses fonctions en conformité avec les présents statuts, lesquels ont été validés par le Souverain de France.

    Sa gestion est à charge du Magna Legista, représentant du Souverain de France par délégation. Le Magna Legista ne saurait agir qu’en cette qualité.

    Art. 10-2 : Du siège

    La Chambre d’Eunomie siège au Louvre à Paris.

    Section 2 - Chambre d’Eunomie

    Sous-section 1 - Des compétences et fonctions

    Art. 21-1 : De la compétence primaire

    La Chambre d’Eunomie est compétente pour légiférer et compléter le droit royal dans le respect des présents statuts. Ladite chambre n’interprète pas le droit, elle l’écrit.

    Art. 21-2 : De la cohérence du droit royal

    La Chambre d’Eunomie doit assurer la cohérence du droit royal, dans sa structure mais également dans sa substance.

    Art 21-3 : De la conformité au droit royal

    La Chambre d’Eunomie peut demander la révision de tout texte considéré - par elle - comme source de droit, que ce soit à une institution royale ou provinciale, afin de se mettre en conformité avec le droit royal. Ladite demande devra être motivée et faire état de ce qui n’est pas conforme.

    Art 21-4 : Des recours

    Un recours peut être introduit auprès de la Chambre d’Eunomie dans le respect des conditions ci-après énoncées.

    La Pairie peut recourir à la Chambre d’Eunomie afin que le droit royal soit complété sur une question particulière, pour que les coutumes soient explicitées dans le droit pour l’avenir.

    Un Officier de la Couronne de France, ainsi qu’un Grand Feudataire du Royaume de France, peut recourir à la Chambre d’Eunomie afin qu’un avis soit donné sur un texte préalablement à sa publication, concernant sa cohérence et sa conformité vis-à-vis du droit royal.

    La Grande Chancellerie de France peut recourir à la Chambre d’Eunomie afin que la substance d’un arrêt de règlement ou d’une jurisprudence prenne une forme législative, ou qu’un cadre légal soit explicitement défini dans l’application de la Loi.

    Sous-section 2 - Des cas particuliers

    Art 22-1 : Des Lois fondamentales du Royaume de France

    Seul le Souverain a autorité et droit d’acter les Lois fondamentales du Royaume de France.

    Préalablement à la publication des Lois fondamentales du Royaume de France, un avis consultatif sera demandé à la Pairie, à la Curia Regis et au Conseil des Grands Feudataires. Un délai de réflexion d’au moins une quinzaine de jours devra être laissée à ces institutions pour pouvoir fournir un avis motivé et argumenté sur la nouvelle mouture.

    Art 22-2 : Des présents statuts

    Seul le Souverain a autorité et droit d’acter les Statuts de la Chambre d’Eunomie - en ce qu’il est seule source du pouvoir législatif et que ladite chambre ne saurait exercer ses prérogatives que dans le cadre agréé et défini par le Souverain.

    Sous-section 3 - Du corps constituant

    Art. 23-1 : Du Souverain de France

    Le Souverain dispose du droit de siège au sein de la Chambre d’Eunomie en qualité de source législative. Il y détient par essence toute autorité.
      Quod principi placuit legis habet vigorem.
      Ce qui plait au prince a force de loi.

    Le Souverain consort, ainsi que le Dauphin de France, disposent du droit de siège à la Chambre d’Eunomie sans voix délibérative - en ce qu’ils sont au plus proche du Souverain et peuvent l’aider dans la bonne gestion du Royaume de France. Seul le Souverain peut leur retirer ce droit.

    Art. 23-2 : De l’assemblée des Legistae

    L’assemblée des Legistae - composée de l’ensemble des Legistae près la Couronne de France - disposent du droit de siège au sein de la Chambre d’Eunomie avec voix délibérative.

    Art. 23-3 : Du Chancelier de France

    Le Chancelier de France dispose du droit de siège au sein de la Chambre d’Eunomie sans voix délibérative - en ce qu’il est le plus haut représentant juridique du Royaume de France, qu’il interprète le droit royal et qu’il veille à sa bonne application.

    Sous-section 4 - Des procédures internes particulières

    Art. 24-1 : De l’examen d’entrée

    L’entrée dans l’assemblée des Legistae est soumis à la réussite d’un examen. Icelui est constitué et approuvé par le Magna Legista qui fixera le délai imparti à son accomplissement.

    L’objectif de cet examen est de s’assurer de la motivation du candidat - par son expérience réelle - et de ses compétences - tant dans la connaissance du droit que dans son application juridique.

    Art. 24-2 : Des votes

    Les votes sont ouverts par le Souverain, ou par son représentant le Magna Legista, afin de requérir l’avis des membres ayant voix délibérative au sein de la Chambre d’Eunomie.

    La durée d’un vote est comprise entre deux et dix jours et est définie à son ouverture. Par défaut, la durée est fixée à quatre jours.

    Les décisions issues d'un vote sont prises à la majorité des personnes ayant voix délibérative. En cas d’égalité, le Souverain, ou son représentant le Magna Legista, tranchera.

    Le résultat du vote est validé par le Souverain, ou par son représentant le Magna Legista, en ce qu’ils disposent d’un droit de veto à la validation. En toute circonstance, le Souverain a le dernier mot.

    Toute modification de fond concernant une publication, aussi minime soit-elle, nécessitera la réouverture d’un vote afin d’en valider la publication.

    Section 3 - Assemblée des Legistae

    Sous-section 1 - Du Legista près la Couronne de France

    Art. 31-1 : Des droits et devoirs

    Il convient à tout Legista d’assumer - pleinement et sans réserve - les responsabilités dues à sa charge. Les devoirs qui lui incombent relèvent de la présence, de la confidentialité, de la réserve, de la collégialité, de l’impartialité et de l’exemplarité.

    Tout manquement à l'un ou l'autre de ces devoirs est passible de sanction, à la discrétion du Souverain.

    Attendu qu’il personnifie la Loi en qualité de représentant du Souverain, un Legista revêt le droit de commitimus et le droit de préséance au même titre que les Pairs de France et les Grands Officiers de la Couronne de France. Il dispose également du droit d’accès au sein de la salle des Dioscures et au conseil des Grands Feudataires, ainsi que le droit de siège dans le corps magistral de toute Cour judiciaire royale.

    Lors d’une audience devant la Haute Cour de Justice, le devoir d’exemplarité et le droit de commitimus entraîneront de facto la présence de circonstances aggravantes et l’absence de toutes circonstances atténuantes de par la qualité de Legista de l’accusé.

    Le droit de siège au sein d’une Cour n’est applicable que sur demande explicite de ladite Cour, sous réserve d’acceptation du Souverain, ou de son représentant le Magna Legista. Particulièrement, le Souverain, et son représentant le Chancelier de France, peuvent demander l’aide d’un Legista à la tenue et à la présidence d’une audience au sein de la Haute Cour de Justice. Jamais le Legista ne disposera de l’autorité de juger, puisqu’elle reste l’apanage du Souverain, et de son représentant le Chancelier de France.

    Art. 31-2 : De la nomination et de la révocation

    Le Legista est nommé et révoqué par le Souverain, ou son représentant le Magna Legista.

    La nomination est soumise à la réussite de l’examen d’entrée, et sera suivie d’une enquête par la Grande Prévôté de France afin d’assurer l’absence de casier judiciaire du candidat au sein du Royaume de France.

    A la suite de la publication de l’acte de nomination, icelle ne prendra réellement effet qu’après avoir prêté serment au devant du Souverain, ou de son représentant le Magna Legista.

    Le Souverain, et son représentant le Magna Legista, disposent d’un droit de veto à toute nomination.

    La révocation n’est soumise qu’au bon vouloir du Souverain, et de son représentant le Magna Legista.

    Le nombre de Legistae, incluant le Magna Legista, est limité à cinq. Ce nombre définit une limite maximale, et non minimale - en ce que la qualité sera privilégiée à la quantité.

    Art. 31-3 : Des incompatibilités

    La charge de Legista est incompatible avec une charge accordant la légitimité de juger dans le domaine pénal - tant au niveau royal que local -, ainsi qu’avec la charge de Pair de France, en ce qu’il applique le droit dans le cadre des affaires courantes du Royaume de France.

    Sous-section 2 - Du Magna Legista près la Couronne de France

    Art. 32-1: Du rôle particulier

    Le Magna Legista préside la Chambre d’Eunomie pour et au nom du Souverain.

    Le Magna Legista a autorité pour acter tous les textes émis par la Chambre d’Eunomie au nom du Souverain, en ce qu’il est son représentant direct, et dans le respect des présents statuts.

    En accord avec le Souverain, cette autorité peut être exceptionnellement déléguée à un Legista qui aura blancseing pour une durée définie et limitée.

    Art. 32-2 : De la nomination et de la révocation

    Le Magna Legista est nommé et révoqué par le Souverain. Il est idéalement issu de l’assemblée des Legistae, mais le Souverain ne saurait s’y limiter et s’y contraindre.



    Rédigé au Louvre le 1er de Mai 1461.





Citation :
------------------------------------------------Eusaias Blanc-Combaz, Par la Grâce de Dieu, Roi de France


      À Nos officiers et feudataires,
      À Nos sujets & à Notre peuple,
      À tous ceux qui parmi eux, la présente liront ou se feront lire,
      Salut.



    Chaque fois que l'équité Nous le permet, Nous n'accablons pas le délinquant de toute la rigueur de la loi, car un juge impitoyable ne saurait avoir meilleure réputation qu'un juge compatissant. Mais pour avoir bon juge, il faut avant tout avoir bonne loi.
    Ainsi, sur la base de Nos conceptions éthiques en matière de justice et de loi, proclamons :

    • La nomination de Grégoire d'Ailhaud [IG : Thegregterror] à la fonction de Magna Legista.

    Il aura à charge de présider la Chambre d'Eunomie en Notre nom, en conformité avec ses dispositions et statuts. Nous lui confions toute autorité pour acter les textes législatifs émis par la dite Chambre en Notre nom, en tant que représentant direct de Notre personne auprès d'icelle.

    Puisse-t-il se montrer à jamais digne et responsable de la haute confiance que nous lui baillons ce jour,


    Rédigé au Louvre le 1er de Mai 1461.





Citation :
De nous, Lexhor d'Amahir, Grand Maître de France,
A tous ceux qui liront ou orront,

Salut en notre seigneur.

Annonçons par la présente, au nom de sa Majesté le Roy Eusaias Blanc-Combaz, la nomination de messire Heimdal Von Strass au poste de Premier Secrétaire d'Etat.
Nous lui souhaitons bon courage pour ses nouvelles fonctions.

Nous remercions les personnes ayant porté leur candidature de valeur à cette charge.
Nous invitons les candidats non retenus à prendre contact avec le nouveau Premier Secrétaire d'Etat s'ils désirent travailler au sein de son Office.

Que le Très-Haut vous ait en sa Sainte Garde et qu'Aristote guide vos pas.

Ce fut faict et scellé en double queue sur cire jaune, à Paris, le deuxième de mai de l'an de grâce mille quatre cent soixante et un.

Lexhor d'Amahir,
Grand Maître de France.





Citation :
A tous ceux qui liront ou se feront lire,

Nommons ce jour Sara Tancredi Gall Costa au poste du Maitre du Haras des Grandes Ecuries Royale.

Lui souhaitons la bienvenue au sein de celles-ci.

Faict le deuxième jour du mois de mai de l'an 1461 en le royaume de France
Marie Alice de Meyrieux
Grand Ecuyer de France



Kasia
Premier Ecuyer de France

Citation :
De Nous, Drahomir Sergueï Vadikra, en notre Qualité de Chancelier de France.
A Vous, Luaine Von Strass, Duchesse de Courtomer.


    Par la présente, nous exprimons quant à la Saisine déposée à l'attention des Grands Officiers de France et concernant le comportement et le jugement de Prime Instance de Mestre Nicolas de Firenze.

    Dès lors, sachez, que la Curia et plus précisément la Haute cour de Justice n'est pas compétente en l'espèce pour juger de ce genre de cas, l'impétrant n'étant ni feudataire, ni Pair, ni Grand officier.
    Ce genre d'affaire concerne exclusivement la Cour d'Appel. Nous somme conscient que vous doutiez de son impartialité, mais nous pouvons vous assurer que dès à présent, et tout le temps où elle sera placée sous notre joug, cette cour sera modèle de justice et de bon droit.

    Même si il est trop tard pour traiter tel dossier, nous ne serions que vous conseiller de garder un oeil sur l'individu.

    Que le Très haut vous garde.


Parlement de Paris, le 3 Mai 1461






Citation :
Nous, Drahomir Sergueï Vadikra, Chancelier de France, Baron de Sept-Forges.

    Annonçons,

    Révoquer Mestre Jacquet de sa charge de secrétaire auprès de la chancellerie de France.

    Mestre Jean de Cetz saura bien assurer l'office seul pour un temps.

    Car ainsi nous le voulons.


Parlement de Paris, le 3 Mai 1461



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vittoria Farnezze

avatar

Nombre de messages : 655
Age : 27
Date d'inscription : 07/06/2012

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Mar 2 Juil - 20:26

Citation :
De nous, Fred de Castelviray, Vicomte de Rémalard, de Chateauneuf-en-Thymerais et Baron d'Authon du Perche, Connétable de France

A tous ceux qui liront, se feront lire

Salutations et prospérité,


Qu’il soit su,

Que ce jour, nous annonçons avoir bien reçus la demande de démission de Tiffany de Quincy de Belle-Rivière, comtesse de Creissels, dame de Belmont-sur-Rence et de Beauregard de son poste de Maréchale de France.
Qu’il soit su que par cette annonce nous validons celle-ci. Nous n’oublions pas tout ce que la Comtesse a fait pour la Connétablie de France et nous la remercions.

Nous annonçons donc l’ouverture des candidatures à compter d’aujourd’hui.

Les candidatures sont à envoyer à la Connétablie de France jusqu'au 12 Mai.

Nous Tenons encore une fois à saluer le travail acharné que cette Femme a réalisé au sein de la connétablie.


Daté à Dax, le 03 du mois de Mai de l'an de Grâce MCDLXI.

Qu'il en soit ainsi, heureusement.




Citation :

    Aux Bourguignonnes et Bourguignons,
    Au beau Cardinal,
    Aux Grands Feudataires de France,


    Par le présent édit, qu'il soit su et entendu que la Très Noble Assemblée des Pairs de France, conformément à ses prérogatives prévues par les coutumes et lois royales et confirmées par la Charte Fondamentale du Royaume de France datée du douze février mille quatre-cent soixante, valide la demande de Sa Seigneurie le beau Cardinal et reconnaît à icelle, à compter du quatre mai mille quatre cent soixante-et-un, la dignité de régent du duché de Bourgogne et ce, jusqu'à l'élection du prochain régnant.

    En cette période où le duché de Bourgogne se remettant à peine des exactions romaines sur son sol doit à nouveau panser des plaies causées cette fois par la lie brigande et en cette période électorale, la Très Noble Assemblée des Pairs de France espère que le conseil de régence saura rassembler autour de lui afin que le duché de Bourgogne retrouve paix et sérénité.


    Donné le quatrième jour de mai de l'an de grâce MCDLXI.


    Pour la Très Noble Assemblée des Pairs de France,
    Le Primus Inter Pares.






    Pairs de France s'étant prononcés sur la saisine concernée : Keridil d'Amahir-Euphor, Marie Alice de Meyrieux, Angelyque de la Mirandole, Datan l'Épervier, Bourguignon de Sorel, Lexhor d'Amahir, Thibault-Xavier de Lugdarès, Pierre du Val de Loire, Anthémios de Déliancourt, Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg



Cardinal a écrit:
Citation :
Requérant : le beau cardinal, baron de nuits-saint-georges, duc de beaujeu et pair de france

Saisine concernant l'éternelle bourgogne

Pièces du dossier : la présente missive et la parole du beau cardinal

Motif de la saisine : validation d'une régence

Arguments liés à la saisine : l'éternelle bourgogne était tombée aux mains de vils galapiats et brigands qui l'auront souillée et pillée ... le château a été repris par une armée bourguignonne, un nouveau conseil a été mis en place et le beau cardinal a accepté de le diriger jusqu'aux prochaines élections, qui auront lieu dans deux semaines ...


Citation :
Nous, Drahomir Sergueï Vadikra, Chancelier de France, Baron de Sept-Forges.

    Annonçons,

    Que les Statuts de la Haute Cour de Justice ont été amendés suite à la création de la Chambre d'Eunomie.
    Qu'iceux restent tout de même sujet à discussion au sein de notre parlement, pour améliorer, encore, à l'avenir, la performance de la plus haute instance judiciaire de France.


Parlement de Paris le 5 Mai 1461




Citation :
------------------------------------------------Eusaias Blanc-Combaz, Par la Grâce de Dieu, Roi de France


      À Nos officiers et feudataires,
      À Nos sujets & à Notre peuple,
      À tous ceux qui parmi eux, la présente liront ou se feront lire,
      Salut.





    De la France victorieuse à Toulouse.




    La nuit du 22 au 23 avril a vu l'armée Croisée d'Hercule remporter une éclatante et ô combien glorieuse victoire sur une armée... quasiment vide.
    La victoire étant chose peu courante dans les rangs Croisés, ceux-ci se sont mis à la chanter.

    Mais lorsqu'ils ont enfin levé la visière de leur casque et ont pu apercevoir les armées royales approcher, non seulement ils ont fui de Toulouse, mais ils ont aussi traversé l'Armagnac, histoire de mettre un comté de plus entre les armées royales et les leurs.

    Courageux parfois mais jamais téméraires, les Croisés sont en voie de disparition.

    Nous adressons nos plus sincères regrets à Rehael qui, visiblement bien mal informé de la situation, s'est livré au péché d'orgueil et doit se sentir bien idiot en ces jours ou la vérité est mise à nue.


    Puisse Dieu lui pardonner le désastre dans lequel il entraine l'église romaine.


    Ainsi nous apportons la vérité.
    Rédigée au Louvre le 5 de Mai 1461.







Citation :
De nous Heimdal von Strass, Premier Secretaire d'Etat,
A tous ceux qui liront ou se feront lire,

Salutations et prospérité,

Qu'il soit su que suite à notre nomination de Premier Secretaire d'état, nous mettons en candidature le poste de secretaire d'état d'Alençon.

Nous ne soulignerons jamais assez l'importance d'un sens de la communication et du travail de groupe. Les candidatures seront à envoyer à notre personne
jusqu'au douze mai de l'an mil quatre cent soixante et un.

Faict à Courtomer, le cinq mai mil quatre cent soixante et un.




Citation :
    De nous, Aymeri Bisac, Chef du Cabinet pour les provinces zone Nord au Secrétariat d'Etat,
    Au nom de Sa Grasce Heimdal von Strass, Premier Secrétaire d'Etat
    A tout ceux qui le présent écrit liront ou se feront lire,




    Sincères salutations,



    Qu'il soit su que Messire Vanguhsen est relevé de ses fonctions de Secrétaire d'Etat en le duché du Bourbonnais-Auvergne faute d'une présence régulière et d'une assiduité dans l'exercice de sa charge. Nous rappelons ainsi que le devoir d'un Officier Royal ne souffre aucun comportement superficiel et fait systématiquement appel au sens de l'honneur du dit Officier dans la conduite de ses fonctions.

    De faict, la charge de Secrétaire d'Etat en le duché du Bourbonnais-Auvergne est désormais vacante. L'Office du Secrétariat d'Etat recherche donc activement tout individu désireux de servir la Couronne. Les sujets prompts à assurer la représentativité de nôtre Bien-Aimé Roy en Bourbonnais peuvent adresser leur candidature au Premier Secrétaire d'Etat [Ig : Heimdal].

    Les conditions pour être candidat sont d'avoir un casier judiciaire vierge et de résider en Bourbonnais-Auvergne ou à défaut de s'y rendre dans les jours suivants la nomination.

    Toute candidature motivée sera étudiée et donnera cours à un entretien privé afin de prendre connaissance des motivations et des connaissances de la fonction.



    Faict à Nevers, le Cinquième jour de l'an de grasce MCDLXI.
    Pour le Premier Secrétaire d’État,




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vittoria Farnezze

avatar

Nombre de messages : 655
Age : 27
Date d'inscription : 07/06/2012

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Mar 2 Juil - 20:27

Citation :


Par la présente, Nous,
Maelia Du Bivoac&Vlaanderen, Vicomtesse de Sablé sur Sarthe et de Touvoie, Grand Archiviste de France,

    Faisons savoir à votre Province, vos élus locaux et à tous les citoyens de ces belles terres que :

    Citation :
    Sieur Nodo, habitant de Mortagne dans le Duché d'Alençon, est le Maire qui cumule le plus de mandats municipaux non-consécutifs dans une seule et même ville de votre Province avec un total de 17.

    Ci-joint, l'historique de ses mandats recensés dans nos archives :

      Mortagne


        > du 28/02/1457 au 30/05/1457:
          39- M.Nodo (2009-02-28 élu au 1er tour à 51,50%) - 1e mandat
          40- M.Nodo (2009-03-30 élu au 1er tour à 54,80%) - 2e mandat [ ]
          41- M.Nodo (2009-04-29 élu au 1er tour à 100,00%) - 3e mandat
        > du 29-05-1458 au 27-07-1458 :
          54- M.Nodo (2010-05-29 élu au 1er tour avec 100 %) - 4e mandat [ ]
          55- M.Nodo (2010-06-28 élu au 1er tour avec 70 %) - 5e mandat [ ]
        > du 26-10-1458 au 23-01-1459 :
          59- M.Nodo (2010-10-26 élu au 1er tour avec 54.8 %) - 6e mandat [ ]
          60- M.Nodo (2010-11-25 élu au 1er tour avec 100 %) - 7e mandat [ ]
          61- M.Nodo (2010-12-25 élu au 1er tour avec 75,80 %) - 8e mandat [ ]
        > du 24-05-1459 au 23-06-1459 :
          66- M.Nodo (2011-05-24 élu au 1er tour avec 100 %) - 9e mandat [ ]
        > du 21-06-1460 au 16-01-1461 :
          81- M.Nodo (2012-06-21 élu au 1er tour avec 100 %) - 10e mandat [ ]
          82- M.Nodo (2012-07-21 élu au 1er tour avec 100 %) - 11e mandat [ ]
          83- M.Nodo (2012-08-20 élu au 1er tour avec 100 %) - 12e mandat [ ]
          84- M.Nodo (2012-09-19 élu au 1er tour avec 64%) - 13e mandat [ ]
          85- M.Nodo (2012-10-19 élu au 1er tour avec 100 %) - 14e mandat [ ]
          86- M.Nodo (2012-11-18 élu au 1er tour avec 80 %) - 15e mandat [ ]
          87- M.Nodo (2012-12-18 élu au 1er tour avec 73.7 %) - 16e mandat [ ]
        > du 17-04-1461 à aujourd'hui
          91- M.Nodo (2013-04-18 élu au 1er tour avec 100 %) - 17e mandat [ ]



      Que cela soit su et dit!
      Rapport rédigé par Heimdal von Strass, Archiviste Politique en charge du Duché d'Alençon


Avec toutes nos amitiés Aristotéliciennes.
Respectueusement,


Fait aux Archives Royales,
Le IVieme jour du mois de Mai de l'An de Grâce MCDLXI



Citation :


Par la présente, Nous,
Maelia Du Bivoac&Vlaanderen, Vicomtesse de Sablé sur Sarthe et de Touvoie, Grand Archiviste de France,

Faisons savoir à votre Province, vos élus locaux et à tous les citoyens de ces belles terres que :

Citation :
Messire Nodo, habitant de Mortagne dans le Duché d'Alençon, est le Maire qui cumule le plus de mandats municipaux consécutifs dans une seule et même ville de votre Province d'Alençon avec un total de 7.

Ci-joint, l'historique de ses mandats recensés dans nos archives :

    Alençon

      Historique des mandats municipaux de Messire Nodo dans le village de Mortagne

        > du 21-06-1460 au 16-01-1461 :
          81- M.Nodo (2012-06-21 élu au 1er tour avec 100 %) - 10e mandat [+]
          82- M.Nodo (2012-07-21 élu au 1er tour avec 100 %) - 11e mandat [+]
          83- M.Nodo (2012-08-20 élu au 1er tour avec 100 %) - 12e mandat [+]
          84- M.Nodo (2012-09-19 élu au 1er tour avec 64%) - 13e mandat [+]
          85- M.Nodo (2012-10-19 élu au 1er tour avec 100 %) - 14e mandat [+]
          86- M.Nodo (2012-11-18 élu au 1er tour avec 80 %) - 15e mandat [+]
          87- M.Nodo (2012-12-18 élu au 1er tour avec 73.7 %) - 16e mandat [ ]



      Que cela soit su et dit!
      Rapport rédigé par Heimdal von Strass, Archiviste Politique en charge du Duché d'Alençon


Avec toutes nos amitiés Aristotéliciennes.
Respectueusement,


Fait aux Archives Royales,
Le IVieme jour du mois de Mai de l'An de Grâce MCDLXI



Citation :


    Lettre patente, de l'Office du Grand Chambellan de France & du Maréchalat des Logis du Roi.


De par S.A.R. Charlemagne de Castelmaure-Frayner, en sa qualité de Grand Chambellan de France.

Qu'il soit su de tous, en la cité de Paris comme en tout le Royaume de France, que la Couronne met à disposition de bonne grâce & pour honorer son rang & sa charge de Grand Maître de France, à Sa Grâce Lexhor d'Amahir, pair de France, duc d'Alluyes, baron de Château-Landon, d'Auneau, de Yèvres-le-Châtel, seigneur de Pléaux :

  • L'Hôtel de Cluny, sis rue du Palais-des-Thermes*, à Paris.


Ainsi, ledit duc d'Alluyes pourra jouir dudit Hôtel, ainsi que sa famille, parentèle & entourage, & ce jusqu'à trépas, ou saisie déclarée par Sa Majesté le Roi de France.
De même, ledit Hôtel sera transmissible dans l'unique mesure où le Souverain, par truchement du Maréchalat des Logis, ne décide pas du retour de ladite demeure à la Couronne.

Qu'ainsi il soit dit, pour la gloire du Royaume de France.

Donné en Paris, le VI mai MCDLXI.



*Actuelle rue Pierre Sarrazin

Citation :


    Lettre patente, de l'Office du Grand Chambellan de France & du Maréchalat des Logis du Roi.


De par S.A.R. Charlemagne de Castelmaure-Frayner, en sa qualité de Grand Chambellan de France.

Qu'il soit su de tous, en la cité de Paris comme en tout le Royaume de France, que la Couronne met à disposition de bonne grâce & pour honorer son dévouement à Sa Majesté Eusaias de Blanc-Combaz, à Sa Grâce Angelyque de la Mirandole, pair de France, duchesse du Charolais, baronne de Cruzy-le-Chatel :

  • L'Hôtel des Tournelles, sis rue Saint-Antoine, à Paris.


Ainsi, ladite duchesse du Charolais pourra jouir dudit Hôtel, ainsi que sa famille, parentèle & entourage, & ce jusqu'à trépas, ou saisie déclarée par Sa Majesté le Roi de France.
De même, ledit Hôtel sera transmissible dans l'unique mesure où le Souverain, par truchement du Maréchalat des Logis, ne décide pas du retour de ladite demeure à la Couronne.

Qu'ainsi il soit dit, pour la gloire du Royaume de France.

Donné en Paris, le VI mai MCDLXI.




Citation :
De Marie Alice de Meyrieux, Grand Escuyer de France, et Bess Saincte Merveille Rouben, Grand Maître de l'Ordre Royal de la Licorne
A tous ceux qui liront ou se feront lire, portons connaissance :

Que le vingt-sixième jour du mois d'avril 1461 un nouvel Ecuyer de France a été nommé en la personne de Marie Alice de Meyrieux.

Qu'en respect avec les modalités relatives à la nomination d'un nouveau Grand Écuyer de France, audience a eu lieu entre Bess Saincte Merveille Rouben et celui-ci.

Qu’il a été décidé par les deux parties de reconduire la reconnaissance royale de l’Ordre et de conserver en l’état la charte de reconnaissance royale signée et reconduite par nos prédécesseurs le vingt et unième jour de novembre de l'an de grasce 1459.

Pour attester de cette décision, nous, Marie Alice de Meyrieux et Bess Saincte Merveille Rouben, respectivement Grand Escuyer de France et Grand Maitre de l'Ordre Royal de la Licorne, apposons nos sceaux.

Donné en les Bureaux des Écuries Royales de Paris, ce sixième jour du mois de mai 1461.









Grand Maitre de l'Ordre Royal de la Licorne.


Citation :
    OFFICE DES HUISSIERS DE FRANCE, PARIS :


    A tous ceux qui la présente liront,
    De nous, Lanfeust de Troy, Premier Huissier de France.
    Salutations et providence,



    Par la présente, portons à la connaissance de tous les nominations au poste d'Huissier Royal de :

    - Sa Grandeur Vittoria Farnese de Nivellus de Sparte, Comtesse de Château-du-Loir.
    - Messire Péhache d'Adventac.

    Puisse la réussite les épauler dans la tâche qui leur incombe désormais.


    Que le Très-haut vous garde !
    Afin que nul ne puisse contester la validité de cette présente, apposons ici notre sceau.
    Rédigée au Louvre le VII de mai de l'an de Grâce MCDLXI.






Citation :
Nous, Drahomir Sergueï Vadikra, Chancelier de France, Baron de Sept Forges.

    Annonçons,

    Ouvrir candidatures pour le poste de Grand Audiencier de France.
    Que vous pouvez envoyer candidature motivée par courrier à Drahomir Sergueï Vadikra, Grand Chancelier de France[ig Drahomir] jusqu'au 14 Mai 1461.


Parlement de Paris, le 07 Mai 1461.




Citation :


            Eusaias Blanc-Combaz, Par la Grâce de Dieu, Roi de France


        À tous ceux qui liront ou se feront lire,
        Salut et paix.


    Il nous plaît d'exprimer notre entier accord avec la décision de notre hérauderie royale annoncée par le biais de Montjoie en ce qui a trait au non-octroi d'un fief de retraite à Messire Cerberos d'Armantia.

    Nous reconnaissons que Messire d'Armantia nous a apporté son support par le passé et bien que nous ne l'ayons guère oublié, nous ne pouvons ce jour d'hui lui accorder ce qu'il désire.

    Iceluy s'est certes rendu coupable non seulement de négligence vis-à-vis ses devoirs envers son suzerain, ses vassaux et l'ensemble du brave peuple limousin au cours de son mandat à la tête du Limousin et de la Marche, mais aussi d'arrogance en osant venir réclamer justice alors même qu'il était en état de délinquance et d'usurpation de titre.

    Le Très Haut veille sur lui.

    Rédigé au Louvre le 7 mai 1461.







Citation :


            Eusaias Blanc-Combaz, Par la Grâce de Dieu, Roi de France


        A Maltea di Favara, Régente de Champagne,
        Au peuple de Champagne,
        À tous ceux qui liront ou se feront lire,
        Salut et paix.


    Nous, Eusaias Blanc Combaz, Roy de France par la volonté du Très-Haut, après avoir pris connaissance de votre requête concernant les Loys Fondamentales champenoises instaurées par Cerberos d'Armantia, annonçons ce jour abonder en votre sens et vous accorder votre souhait, à savoir, celui de les abroger afin de reprendre votre ancien codex.

    Néanmoins, vous aurez pour mission de remettre au gout du jour cet ouvrage poussiéreux, trop complexe et trop lourd à notre gout, le mettant ainsi en conformité avec les loys Royales.

    Rédigée au Louvre le 7 mai 1461.







Citation :
De nous Heimdal von Strass, Premier Secretaire d'Etat, Duc de Courtomer, Vicomte de Lonlay-L'Abbaye, Seigneur d'Augnax et de Belleville-sur-vie,
A tous ceux qui liront ou se feront lire,

Salutation et prospérité,

Qu'il soit su qu'en ce jour nous nommons au poste de Secrétaire d'Etat la personne suivante:

  • Les Provinces du Sud:
    *Rouergue : Antoineleroy

Nous afficherons d'ici peu, les provinces encore vacantes.

Que le Très Haut protège la France,

Faict à Courtomer, le 9 Mai MCDLXI




Citation :

    Aux Poitevines et aux Poitevins,
    À Baillant de Mauléon-Penthièvre,
    Aux Grands Feudataires de France,


    Par le présent édit, qu'il soit su et entendu que la Très Noble Assemblée des Pairs de France, conformément à ses prérogatives prévues par les coutumes et lois royales et confirmées par la Charte Fondamentale du Royaume de France datée du douze février mille quatre-cent soixante, valide la demande de Sa Grandeur Baillant de Mauléon-Penthièvre et reconnaît à icelle, à compter du neuf mai mille quatre cent soixante-et-un, la dignité de régent du comté du Poitou et ce, jusqu'à l'élection du prochain régnant.

    C'est avec bienveillance et attachement au fier comté poitevin et à ses habitants que la Très Noble Assemblée des Pairs de France dépêche ses vœux de paix et de sérénité au conseil de régence chargé de veiller sur un Poitou blessé par l'attaque ignominieuse et perfide dont il a été victime.


    Donné le neuvième jour de mai de l'an de grâce MCDLXI.


    Pour la Très Noble Assemblée des Pairs de France,
    Le Primus Inter Pares.






    Pairs de France s'étant prononcés sur la saisine concernée : Thibault-Xavier de Lugdarès, Bourguignon de Sorel, Keridil d'Amahir-Euphor, Anthémios de Déliancourt, Marie Alice de Meyrieux, Datan l'Épervier, Bess Sainte-Merveille Rouben, Lexhor d'Amahir, Actarius d'Euphor, Bourguignon de Sorel, Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg



Baillant a écrit:
Citation :
Requérant : Baillant de Mauléon Penthièvre

Saisine concernant le Poitou

Pièces du dossier :
  • Composition du Conseil de Régence Poitevin
  • Demande de reconnaissance de Régence


Motif de la saisine : Reconnaissance de Régence au Poitou

Arguments liés à la saisine :
- Reprise du château poitevin d'entre les mains du brigand Thoros et de son armée.

Citation :
Aux Pairs de France,
A ceux qui présents et à venir liront.

De nous, Baillant de Mauléon Penthièvre,

Faisons savoir à la Pairie que les poitevins ont reprit possession de leur château, chassé Thoros de leurs terres, et éradiqué l'armée Alea Furor VII en fuite - avec le concours d'une armée Guyennoise - à Blaye.

Faisons savoir que nous avons été désigné pour assurer la régence au Poitou jusqu'aux prochaines élections qui se tiendront dans une quinzaine de jours.

En conséquence, comme il semble être de coutume de procéder, nous demandons à la Pairie de reconnaitre cette régence qui se déroulera en pleine coopération avec le Comte légitime du Poitou, messire Choupi, membre du Conseil de régence.


Fait à Poitiers,
Le sept mai mille quatre-cents soixante-et-un.

Baillant de Mauléon Penthièvre,
Comte de Pons & Baron de Mauléon.

Citation :
Conseil de régence :

Baillant (Comte)

Melinora (Connétable)

Jehan_de_proisy (Procureur)

Allydou (Prévôt des maréchaux)

Ryanatwood

Marylene (Capitaine)

Lanie (Bailli)

Lilyena (Porte-parole)

Malone (Juge)

Choupi22 (Commissaire au commerce)

Jennah (Commissaire aux mines)

Bismuth

Citation :
De nous, Fred de Castelviray, Vicomte de Rémalard, de Chateauneuf-en-Thymerais et Baron d'Authon du Perche, Connétable de France

A tous ceux qui liront, se feront lire

Salutations et prospérité,


Qu’il soit su,

Que ce jour, nous annonçons avoir bien reçus la demande de démission de Hersent d'Ar Sparfel, Dame de Maizières et de Vignory de son poste de Capitaine Royal de Champagne
Qu’il soit su que par cette annonce nous validons celle-ci. Nous n’oublions pas tout ce que Dame Hersent a fait pour la Connétablie de France et nous la remercions.

En accord avec la Régente de Champagne nous décidons de nommer au poste de Capitaine Royal de la Champagne Messire maxdph


Daté à Dax, le 10 du mois de Mai de l'an de Grâce MCDLXI.

Qu'il en soit ainsi, heureusement.




Citation :
À tous ceux qui lieront, entendront ou se feront lire cette présente sachent que,

Nous, Florentin,
Premier Maître d'Hôtel du Roy,

Annonçons la nomination de dame Neyco à la fonction de Grand Panetier du Roy afin que notre office profite de son expertise et de ses compétences culinaires.

Par ailleurs, nous lui accordons le droit jusqu'au 15 mai 1456 de nommer sans solliciter notre approbation toute aide nécessaire à l'accomplissement de sa tâche.

Fait au Palais Royal du Louvre,
Le 6 avril 1456.


Citation :
À tous ceux qui lieront, entendront ou se feront lire cette présente sachent que,

Nous, Florentin,
Premier Maître d'Hôtel du Roy,

Annonçons la nomination de dame Léanore de Sennely au statut de fournisseur royal de Cotignac qui est une gelée de coing traditionnellement fabriquée en Orléans et produite sur ses terres de Sennely.

L'exclusivité de cette spécialité culinaire de dame Leanor est donc réservée à Sa Majesté, et portera désormais l'estampille des fournisseurs royaux

Fait au Palais Royal du Louvre, et approuvé par le Grand Chambellan de France.
Le 22 mars 1456.

Citation :

De Nous, Heimdal von Strass, Premier Secrétaire d'Etat
A tout ceux qui le présent écrit liront ou se feront lire,




Sincères salutations,



Qu'il soit su que Messire islington a demandé d'être relevé de ses fonctions de Secrétaire d'Etat en le duché d'Orléans. Nous remercions grandement pour la tâche qu'il a fait au sein de notre office.

De faict, la charge de Secrétaire d'Etat en le duché d'Orléans est désormais vacante. L'Office du Secrétariat d'Etat recherche donc activement tout individu désireux de servir la Couronne. Les sujets prompts à assurer la représentativité de nôtre Bien-Aimé Roy en votre duché peuvent adresser leur candidature au Premier Secrétaire d'Etat [Ig : Heimdal].

Les conditions pour être candidat sont d'avoir un casier judiciaire vierge et de résider en Orléans ou à défaut de s'y rendre dans les jours suivants la nomination.

Toute candidature motivée sera étudiée et donnera cours à un entretien privé afin de prendre connaissance des motivations et des connaissances de la fonction.



Faict à Courtomer, le dixième jour du mois de mai de l'an de grasce MCDLXI.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vittoria Farnezze

avatar

Nombre de messages : 655
Age : 27
Date d'inscription : 07/06/2012

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Mar 2 Juil - 20:30

Citation :
De nous, Fred de Castelviray, Vicomte de Rémalard, de Chateauneuf-en-Thymerais et Baron d'Authon du Perche, Connétable de France

A tous ceux qui liront, se feront lire

Salutations et prospérité,


Qu’il soit su,

Que ce jour, nous annonçons la nomination de deux nouveaux Maréchaux de France.

De fait, nous nommons :

- Flavien de Talleyrand au poste de Maréchal de France. Il aura en charge certaines des Provinces vassales que voici : l’Artois, les Flandres, la Bourgogne, le Berry, le Bourbonnais-Auvergne, le Limousin-Marche, le Périgord-Angoumois, l’Anjou, le Poitou et la Touraine.

- Alix de Vivier, Vicomtesse de Biron, Baronne de Gros Theil, Dame de Amtécoulon, de Maries et du Mont d’Astarac au poste de Maréchal de France. Elle aura en charge certaines des provinces vassales que voici : le Lyonnais-Dauphiné, le Languedoc, Toulouse, le Rouergue, l’Armagnac, la Guyenne, la Gascogne et le Béarn.

Nous leur souhaitons tout le courage nécessaire pour leur nouvelle fonction.
Nous tenons également à remercier les autres personnes qui ont manifesté leur intérêt à la fonction de Maréchal de France et nous les convions à persévérer dans ce domaine ou à postuler à l'une des autres charges de la connétablie de France.


Daté à Auch, le 12 du mois de Mai de l'an de Grâce MCDLXI.

Qu'il en soit ainsi, heureusement.




Citation :


    Lettre patente, de l'Office du Grand Chambellan de France & du Maréchalat des Logis du Roi.


De par S.A.R. Charlemagne de Castelmaure-Frayner, en sa qualité de Grand Chambellan de France.

Qu'il soit su de tous, en la cité de Paris comme en tout le Royaume de France, que, pour saluer sa charge passée de Grand Chambellan de France, la Couronne a, naguère, mis a disposition de Sa Grandeur Actarius d'Euphor, pair de France, comte du Tournel, baron de Florac, seigneur d'Aubemare :

  • L'Hôtel de Clisson, sis rue du Chaume, à Paris.

La présente lettre patente vaut confirmation.

Ainsi, ledit comte du Tournel pourra jouir dudit Hôtel, ainsi que sa famille, parentèle & entourage, & ce jusqu'à trépas, ou saisie déclarée par Sa Majesté le Roi de France.
De même, ledit Hôtel sera transmissible dans l'unique mesure où le Souverain, par truchement du Maréchalat des Logis, ne décide pas du retour de ladite demeure à la Couronne.

Qu'ainsi il soit dit, pour la gloire du Royaume de France.

Donné en Paris, le XI mai MCDLXI.


Citation :
    ACTE DE NOMINATION - Maréchalat des Logis du Roi.


Moi, Charlemagne de Castelmaure-Frayner, en ma qualité de Grand Chambellan de France,

Décide la nomination de Feodor de Talleyrand au poste de Maréchal des Logis du Roi.

Qu'ainsi il soit dit, pour la gloire du Royaume de France.

Donné en Paris, le XII mai MCDLXI.


Citation :
De nous, Fred de Castelviray, Vicomte de Rémalard, de Chateauneuf-en-Thymerais et Baron d'Authon du Perche, Connétable de France

A tous ceux qui liront, se feront lire

Salutations et prospérité,


Qu’il soit su,

Que ce jour, nous annonçons avoir bien reçus la demande de démission de Kali, Marie, Liselotte de Cheroy duchesse du Dunois et de Cheroy, Vicomtesse de Sully, dame d'Allanche et de St Firmin des bois de son poste de Maréchal du Domaine Royal

Qu’il soit su que par cette annonce nous validons celle-ci. Nous n’oublions pas tout ce que Dame Kali a fait pour la Connétablie de France durant plusieurs année, nous la remercions pour cela.

Qu’il soit donc su que nous ouvrons les candidatures au poste de Maréchal du Domaine Royal

Mais nous ouvrons également les Candidatures pour un autre poste de Maréchal de France. Un poste qui se veut particulier car il aura la responsabilité de s’occuper de la communication au sein de la Connétablie de France mais aussi vers l’extérieur. Elle aura également la charge de s’occuper des campagnes de recrutement pour l’Ost Royal.

Les Candidatures sont à remettre à la Connétablie avant le 18 Mai


Daté à Auch, le 12 du mois de Mai de l'an de Grâce MCDLXI.

Qu'il en soit ainsi, heureusement.




Citation :
De nous, Flavien de Talleyrand, Maréchal de France
De nous, Fred de Castelviray, Vicomte de Rémalard, de Chateauneuf-en-Thymerais et Baron d'Authon du Perche, Connétable de France

A tous ceux qui liront ou se feront lire,


Salutations et prospérité,

Qu’il soit su,

Que ce jour, nous annonçons l'ouverture des candidatures pour les charges suivantes :

Lieutenant royal pour la Bourgogne
Lieutenant royal pour le Limousin
Lieutenant royal pour le Périgord-Angoumois
Lieutenant royal pour l'Anjou
Lieutenant royal pour l'Artois
lieutenant royal pour le Berry


Les candidatures sont ouvertes pour une durée de 7 jours à compter de celui-ci et sont à nous faire parvenir.
Nous tenons à rappeler que le Lieutenant royal a pour but de faire le lien entre sa province d'affectation et la connétablie.

Faict à Nevers, le 12 du mois de Mai de l'an de Grâce MCDLXI.

Qu'il en soit ainsi, heureusement.






Citation :
De nous, Fred de Castelviray, Vicomte de Rémalard, de Chateauneuf-en-Thymerais et Baron d'Authon du Perche, Connétable de France

A vous, fier Soldat de la Couronne,

Salut et paix !,


Depuis des jours, des semaines, des mois parfois, vous êtes engagés dans les troupes Royales et vous suivez le mouvement, inlassablement.
Patiemment vous entretenez vos armes et vous vous tenez prêt, vaillamment.

Le Roy est fier de votre engagement à ses côtés. Touché par votre patience et votre motivation. C'est cette fidélité et cette persévérance qui nous permettront de mener à bien la mission royale. Le conflit est long et difficile, car il requiert sagesse et tact. Et pour vous, les hommes de la troupe, il est parfois difficile de ne pas perdre patience, tant l'attente semble longue et inutile. Sa Majesté est conscient de ces contraintes et tient à vous exprimer ses remerciements.

Tenons bon ! Nous ne combattrons pas sans nous donner les moyens de gagner et d'exterminer la carmine vermine et ses alliés. Et chaque jour nous travaillons à renforcer nos effectifs afin de faire face. Mettant à mal la patience de ceux engagés depuis la première heure. Néanmoins, nous ne doutons pas
de pouvoir bientôt - grâce à vous - Valeureux Combattants du Lys - lancer l'offensive finale.

Courage ! Patience et détermination !
Et demain... nous vaincrons !


Daté à Auch, le 13 du mois de Mai de l'an de Grâce MCDLXI.

Qu'il en soit ainsi, heureusement.






Citation :



Par la présente, Nous,
Maelia Du Bivoac&Vlaanderen, Vicomtesse de Sablé sur Sarthe et de Touvoie, Grand Archiviste de France,


    Annonçons la nomination de :

    • Sieur Angelo_rhaenys à la charge d'Archiviste Politique pour le Duché de Normandie.

      Nous lui souhaitons bon courage dans la tâche qui lui incombe désormais.



    Annonçons que nous acceptons la démission de:

    • Sieur Guilllaume, Archiviste Politique pour le Comté du Maine.

      Nous tenons à le remercier pour son travail effectué et lui souhaitons bon courage pour la suite.





Fait aux Archives Royales,
Le XIIIième jour du Mois de Mai de l'An de Grâce MCDLXI.




[rp]
Citation :
Nous, Deedlitt de Cassel d'Ailhaud, Grand Ambassadeur de France,

A tous ceux qui liront, salut et paix!


Qu'il soit su qu'en vertu de nos prérogatives, attributions et qualités, après discussion et délibération, déclarons ici et attestons que:
Son Excellence Tanissa Maria Agata Aleramica Imperiali a été désigné par nos soins pour représenter la France en tant qu'Ambassadeur Royal auprès du Royaume d'Albanie .

Portons ce fait à la connaissance de tous qu'il lui soit conféré tout le respect et la dignité liés à cette charge.


Fait le 13 Mai 1461, à Paris.

Deedlitt de Cassel d'Ailhaud


[/rp]

Citation :
    ACTE DE NOMINATION - Maréchalat des Logis du Roi.


Moi, Charlemagne de Castelmaure-Frayner, en ma qualité de Grand Chambellan de France,

Décide la nomination de Tristan Mac Donald, seigneur de Montchenu, au poste de Maréchal des Logis du Roi.

Qu'ainsi il soit dit, pour la gloire du Royaume de France.

Donné en Paris, le XIII mai MCDLXI.


Citation :
À tous ceux qui lieront, entendront ou se feront lire cette présente sachent que,

Nous, Florentin,
Premier Maître d'Hôtel du Roy,

Annonçons la destitution de dame Garance de Chéroy de la fonction de Grand Échanson du Roy.

Cette décision fait suite à un trop long mutisme et de trop nombreuses absences injustifiés à des rendez-vous importants pour l'office de la Bouche.

Néanmoins, nous reconnaissons sans mal la grande qualité des services qu'a apporter dame Garance et cela avant même notre propre arrivé au sein de l'office. C'est pourquoi cette décision nous désole particulièrement et nous mène au nom de la Bouche et de mes prédécesseurs à lui faire de sincères remerciements.

Fait au Palais Royal du Louvre,
Le 13 mai 1461



Citation :
Nous, Drahomir Sergueï Vadikra, Chancelier de France, Baron de Sept-Forges.



    Statuons sur la plainte déposée par Mestre Jacquet, à l'encontre d''Antonia de Rocheclaire-Tartasse, Comtesse de Chambéret, Dame de Sannat ,Dame de Saint Solve , Dame d’Alleyrat.

    Attendu l'Enquête préliminaire menée par la Grande Prévôté de France, en cela représentée par le Grand Prévôt de France, Stéphandre de Moutier, Baronne d'Ouillie.

    Attendu qu'il s'agit d'une plainte pour Usurpation du scel d'un régnant de prime abord, .

    Attendu qu'il s'agit d'une plainte pour non respect des devoirs de régente de second abord, mais que l'impétrante n'aura pas su faire valider sa légitimité en prêtant hommage à sa majesté, se rendant de facto, coupable des délits d'Usurpation de Titre et de Haute Trahison, comme signifié dans le codex Levan.

    Annonçons que cette plainte ne peut aboutir à un recourt en Haute cour de Justice

    Mais,

    Actons Transmettre le dossier au Tribunal héraldique.


Parlement de Paris le 2 Mai 1461

D.S.V





Citation :


De nous Alix du Vivier, Vicomtesse de Biro, Baronne du Gros theil
De nous, Fred de Castelviray, Vicomte de Rémalard, de Chateauneuf-en-Thymerais et Baron d'Authon du Perche, Connétable de France

    A tous ceux qui liront,se feront lire,

    Salutations et prospérité,

    Nous souhaitons par cette annonce signifier la révocation de Messire Neo et de Messire Boucanier de leur poste de Lieutenant Royal pour Toulouse et Guyenne.

    Nous les remercions tout de même pour le travail qu'ils auront effectué à ce poste.

    D'autre part nous annonçons l'ouverture des candidatures pour les charges suivantes :


    *Lieutenant d'Etat Major Royal pour Toulouse
    *Lieutenant d'Etat Major Royal pour la Guyenne
    *Lieutenant d'Etat Major Royal l'Armagnac et Comminges
    *Lieutenant d'Etat Major Royal pour la Gascogne
    *Lieutenant d'Etat Major Royal pour le Languedoc
    *Lieutenant d'Etat Major Royal pour le Lyonnais-Dauphinés



    Les candidatures sont ouvertes pour une durée de 5 jours à compter de celui-ci et sont à nous faire parvenir.
    Nous tenons à rappeler que le Lieutenant royal a pour but de faire le lien entre sa province d'affectation et la connétablie.

    Daté à Périgueux, le 14 du mois de mai de l'an de Grâce MCDLXI.

    Qu'il en soit ainsi, heureusement.








Citation :

    Nous, Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg, Roi d'Armes de France, et ainsi connue sous le nom de Montjoie,

      Savoir faisons à tous présents et à venir que nous réintégrons dame Isabeau Anne « Enduril » de Noùmerchat, connue sous le nom de Languedoc, au sein de la Hérauderie de France. La suspension de ladite Languedoc s'achève donc et clés de la salle des caducées lui sont restituées. La sanction évoquée lors de la suspension datée du huit mars dernier sera quant à elle annoncée dans les jours à venir, après entretien avec la même Languedoc.


      En foi de quoi, afin que ce soit chose stable et ferme à toujours, nous avons signé de notre main et fait mettre et apposer notre sceau à cette présente annonce par nous faite et passée et donnée le quatorzième jour d'avril de l'an de grâce MCDLXI.




Citation :

    Nous, Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg, Roi d'Armes de France, et ainsi connue sous le nom de Montjoie,

      Savoir faisons que nous confirmons que dame Maltea di Favara, dite Champagne, Maréchal d'Armes royal, en vertu des lois héraldiques royales, a été suspendue de ses fonctions héraldiques du fait de sa reconnaissance en tant que régente de Champagne; toutes les questions relatives aux marches qu'elle gère doivent nous être adressées le temps de la fin de la mandature champenoise. Qu'il soit également su que nous conchions les pauvres idiots et autres esprits chagrins bien prompts à se plaindre de ce que la suspension, vieille de plusieurs jours, n'ait pas été officialisée incontinent et que nous invitons ces stupides et aigris personnages à œuvrer pour la Champagne plutôt que de venir nous faire la leçon, et encore, même pas en face, preuve du courage infini qui animent ces pitoyables imbéciles.


      En foi de quoi, afin que ce soit chose stable et ferme à toujours, nous avons signé de notre main et fait mettre et apposer notre sceau à cette présente annonce par nous faite et passée et donnée le quatorzième jour d'avril de l'an de grâce MCDLXI.






Citation :

    Nous, Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg, Roi d'Armes de France, et ainsi connue sous le nom de Montjoie,

      Savoir faisons à tous présents et à venir que son mandat de régente de Champagne étant désormais achevé et conformément aux us en la matière, nous réintégrons dame Maltea fi Favara, connue sous le nom de Champagne, au sein de la Hérauderie de France. La suspension de ladite Champagne s'achève donc pour son plus grand plaisir et clés de la salle des caducées lui sont incontinent restituées.


      En foi de quoi, afin que ce soit chose stable et ferme à toujours, nous avons signé de notre main et fait mettre et apposer notre sceau à cette présente annonce par nous faite et passée et donnée le quatorzième jour de mai de l'an de grâce MCDLXI.






Citation :
Nous, Drahomir Sergueï Vadikra, Chancelier de France, Baron de Sept-Forges.



    Statuons sur la plainte déposée par Mestre Jacquet, à l'encontre d''Antonia de Rocheclaire-Tartasse, Comtesse de Chambéret, Dame de Sannat ,Dame de Saint Solve , Dame d’Alleyrat.

    Attendu l'Enquête préliminaire menée par la Grande Prévôté de France, en cela représentée par le Grand Prévôt de France, Stéphandre de Moutier, Baronne d'Ouillie.

    Attendu qu'il s'agit d'une plainte pour Usurpation du scel d'un régnant de prime abord, .

    Attendu qu'il s'agit d'une plainte pour non respect des devoirs de régente de second abord, mais que l'impétrante n'aura pas su faire valider sa légitimité en prêtant hommage à sa majesté, se rendant de facto, coupable des délits d'Usurpation de Titre et de Haute Trahison, comme signifié dans le codex Levan.

    Annonçons que cette plainte ne peut aboutir à un recourt en Haute cour de Justice

    Mais,

    Actons Transmettre le dossier au Tribunal héraldique.


Parlement de Paris le 2 Mai 1461

D.S.V



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vittoria Farnezze

avatar

Nombre de messages : 655
Age : 27
Date d'inscription : 07/06/2012

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Mar 2 Juil - 20:32

Citation :
De Nous, Leda, Surintendant des Finances,

A tout ceux qui liront ou se feont lire,

Par la présente, annonçons la décision suivante:
-Révocation de Dame Oceane (IG: Oceane_ktf)de son poste d'Intendante chargé du parc minier.

Faict à Paris le 16 Mai 1461,
Leda,
Surintendant des Finances


Citation :
Nous, Drahomir Sergueï Vadikra, Chancelier de France, Baron de Sept Forges.

    Annonçons,

    La Nomination de son Excellence Quiou Deswaard de Noldor, Vicomtesse de Maldeghem et Dame de Beselare à la charge de Grand Audiencier.

    Lui souhaitons bon courage dans cette tâche qui l'attend, et que nous savons ardue.


Parlement de Paris, le 17 Mai 1461

D.S.V




Citation :

Le Grand Louvetier de France en la personne de Neyco de la Franche Mariemont Casaviecchi,

Recrute!!!!

Recrutement d'un page spécifique par province qui, une fois formation achevée, aura pour titre celui de Lieutenant de Louveterie de sa province de résidence.

Le Lieutenant aura pour but d'organiser chasse bisannuelle sur les terres de sa province en accord avec le Régnant et le Grand Louvetier de France.

Par la même il devra être en relation régulière avec le peuple et les nobles afin de s'assurer de la salubrité des terres du Royaume sous sa responsabilité.

Mercé d'envoyer toutes vos candidatures à Neyco par Missives Privés. Ces dernières comprendront lettre de motivation et expérience détaillées.


Faict le dix septième jour du mois de mai 1461.








Citation :
Organigramme des louvetiers:

Grand Ecuyer de France
=> Grand Veneur de France
=> Grand Louvetier de France
=> Premier Lieutenant de Louveterie
=> Lieutenants de Louveterie Provincial
=> Pages de Louveteries dépendants en prime du Grand Louvetier de France

Charges:

GLF:
- Diriger l'équipe complète, s'assurer les chasses bisanuelles sur le territoire de France, en particulier les terres de Sa Majesté: soit le DR les OR et ses terres personnelles au besoin
- Veiller à ce que les terres vassales soient propres de tout nuisible tout autant deux fois l'an. Chasses seront organisé par les Lieutenants Provinciaux en accord avec le Duc/Comte régnant en place et le GLF.

PLL:
- Travailler de concert avec le GLF, aider et veiller tout autant à ce que les Louvetier provinciaux effectuent le nettoyage. Il fera les déplacements avec le Grand Louvetier et aura parfois la charge de partir seul si une chasse se trouve être en doublon avec celle d'une autre province.

LLP:
- Auront charge de rester en leurs Provinces et veiller à la salubrité de ces dernières. Ainsi que d'entrer et rester en contact avec les régnants de leurs province d'attribution. Ils pourront faire organiser une chasse de nettoyage après accord du Grand Louvetier sur les terres des Nobles de leur province.
- Seront également responsables de l'organisation principale des chasses bisannuelles et veiller à leur bon déroulement.

Page de Louveterie:
- Devront seconder en tout point le Grand Louvetier à chacune de ses demandes. Par la même attribution seront faites à chacun sur les chasses. Rapport de leurs connaissances seront fait régulièrement à la demande du Grand Louvetier.
- Ils n'auront d'ordre direct à recevoir que du Grand Louvetier, du Grand Veneur ou du Grand Ecuyer.


Les chasses de nettoyage sont ouvertes à tous et toutes hommes femmes, nobles ou non.
Seul restrictions: Avoir 16 années minimum reconnu.



Citation :

    À Aegon, Teo., Trixolas,
    A la liste « des Roses et des Épines » dite D.R.E.D.E.,
    Et au-delà, au peuple bourguignon,


    La Très Noble Assemblée des Pairs de France, saisie d'une question de vérification de la conformité d'une élection, s'attache toujours à se prononcer dans le cadre posé par la loi provinciale liée mise en perspective avec la loi royale et ne saurait dès lors se mêler de querelles internes, partisanes et personnelles. Ainsi donc la Très Noble Assemblée des Pairs de France étant composée de personnes pour certaines toujours actives en leur province de résidence et ayant à cœur de se comporter avec objectivité et impartialité sait ce qu'elle a à faire quand un de ses membres se trouve être éventuellement partie à une saisine. Forte de cette volonté de ne s'occuper que de ce qui la concerne, soit ses prérogatives et son propre fonctionnement, la Très Noble Assemblée ose naturellement espérer en retour que les demandeurs n'iront pas se mêler de sa manière d'agir et de procéder, ce qui a pourtant été ici fait en mentionnant la duchesse du Charolais. La Très Noble Assemblée des Pairs de France sait qui siège en son sein et tient donc à faire remarquer aux demandeurs que le duc de Chartres est marié à une noble bourguignonne, que la princesse d'Igny réside en Bourgogne et que la marquise de Dourdan y est également par deux fois fieffée et a été élue duchesse régnante par trois fois sous l'étiquette B.O.U.M., ce qui n'a pas été une seule fois relevé. De la même manière, la Très Noble Assemblée des Pairs de France ne peut que s'étonner de se voir saisie en vue de casser une décision rendue par une institution provinciale au motif du non-respect des législations provinciale et royale et de se voir dans le même temps demander si cela lui est possible, et choisit donc d'une part de renvoyer à la charte fondamentale du Royaume de France datée du douze février mille quatre cent soixante et à son amendement relatif à la chambre des Pairs et d'autre part de faire ce qui est attendu d'elle, à savoir répondre à la saisine relative à l'examen de la conformité de trois déclarations d'inéligibilité.


    Ainsi.

    Sur l'argument selon lequel les demandeurs n'ont pas été informés de l'examen de leur candidature par le Collège de la Noblesse de Bourgogne. La Très Noble Assemblée répond que nul texte de loi ou coutume ne vient étayer ces dires et indique que si cette " charte " a existé et qu'icelle a effectivement stipulé que « possibilité [était] donnée aux invalidés de prendre connaissance d'un examen de leurs candidatures et de se défendre », une possibilité ne signifie en aucun cas que le collège était tenu de communiquer quoi que ce soit.

    Sur l'argument selon lequel l'édit d'Azincourt en ses articles un et deux n'a pas été respecté. La Très Noble Assemblée répond pour commencer que ledit édit ne prévoit nullement que les conditions des deux articles le constituant doivent être remplies en même temps pour le même cas. L'édit prévoit en effet deux types de déclaration d'inéligibilité, donnant la possibilité aux provinces de déterminer elles-mêmes par quel biais elles souhaitent agir en la matière. Ainsi ces provinces peuvent déclarer l'inéligibilité via une loi, ou via un verdict, ou les deux, les deux ne signifiant aucunement en même temps pour la même affaire. Dès lors, l'article second ne peut être opposé en ce que les déclarations d'inéligibilité dénoncées ne sont pas constitutives d'un verdict. De cela découle que l'absence de condamnation de Teo. et de Trixolas par la justice bourguignonne n'est pas un élément suffisant et fondé pour justifier la cassation de l'avis rendu par le Collège de la Noblesse de Bourgogne. Quant à l'article premier, celui-ci ne prévoyant nullement la forme que doit prendre la définition des critères légaux et ne donnant de limites que sur trois points de fond – la durée minimale de résidence, le privilège accordé aux nobles désireux d'être candidat à une élection, la question du baptême aristotélicien romain – et la Bourgogne ayant confirmé à son Collège de la Noblesse le droit coutumier de déclarer tel ou tel individu inéligible, l'article susdit est ici parfaitement respecté.

    Sur l'argument selon lequel Aegon n'a pas été jusque lors été déclaré inéligible en ce qui concerne la charge de maire de Chalon malgré sa condamnation pour haute trahison. La Très Noble Assemblée des Pairs répond que rien n'oblige le Collège de la Noblesse, que ce soit dans l'édit d'Azincourt, ou dans la coutume bourguignonne, à déclarer automatiquement inéligible une personne condamnée pour haute trahison s'il n'a pas été saisi ou ne s'est pas saisi lui-même. Item rien n'impose qu'un verdict de haute trahison entraîne une saisine du Collège de la Noblesse.

    Sur l'argument selon lequel le Collège de la Noblesse n'a rien à dire sur la présentation aux élections ducales d'Aegon puisqu'il n'a rien dit sur sa présentation aux élections municipales. La Très Noble Assemblée répond qu'il y a une différence de prérogatives entre les charges visées. Ladite assemblée répond également que selon la coutume bourguignonne, le Collège de la Noblesse de Bourgogne n'a pas à justifier ses choix et n'a aucune obligation de déclarer une personne inéligible s'il n'est pas saisi ou s'il ne se saisit pas lui-même de la question.

    Sur l'argument selon lequel il n'existe nulle disposition prévoyant l'attribution de la prérogative de déclaration d'inéligibilité au Collège de la Noblesse et que ledit Collège s'appuyant sur un article prévoyant l'invalidation d'une liste viole l'édit d'Azincourt. Sur la première branche, puisque les demandeurs citent la législation qui était en vigueur jusqu'à ce que la Bourgogne choisisse d'adopter un système dit coutumier à l'été mille quatre cent cinquante-neuf, la Très Noble Assemblée des Pairs de France n'aura pas besoin de rappeler que le fondement de la prérogative accordée au Collège de la Noblesse en matière de déclaration d'inéligibilité est ce qui était stipulé dans l'ancienne Ius Burgundiæ reprenant elle-même des dispositions plus anciennes. En revanche, la Très Noble Assemblée précise que sa pleine applicabilité est justifiée en ce que l'usage et l'application de la prérogative citée ont persisté dans le temps, que celle-ci est reconnue et acceptée par les sujets du duché de Bourgogne et que le non-respect de cette prérogative et de ses effets est passible de sanctions. Sur la seconde branche, l'édit d'Azincourt, norme royale, devant être suivi par toute province vassale et ses institutions en veillant notamment à ce que sa législation y soit conforme et le cas échéant, en amendant ce qui doit l'être, la Très Noble Assemblée ne peut se féliciter de ce que le Collège de la Noblesse, avec l'approbation des feudataires successifs, a su se mettre en conformité avec la loi royale en cessant d'invalider des listes entières pour s'attacher à édicter des invalidités individuelles.

    Sur l'argument selon lequel la Collège de la Noblesse est partial du fait même que certains de ses membres sont également candidats aux élections auxquels se présentent les demandeurs. La Très Noble Assemblée rappelle une nouvelle fois qu'elle examine les recours et les déclarations ayant suscité iceux en regard de la loi locale et la loi royale et que dès lors que les législations en question ne prévoient nullement que l'institution détenant le pouvoir de déclarer des inéligibilités doit écarter ses membres des élections municipales et ducales et ou que lesdits membres dès lors qu'ils sont candidats à une charge élective ne peuvent se prononcer sur d'autres candidatures, elle n'a rien à trancher en la matière.

    Par ces motifs, la Très Noble Assemblée des Pairs de France confirme les inéligibilités individuelles ayant frappé et frappant Aegon, Teo. et Trixolas. De fait, ceux-ci ne peuvent prétendre à être conseillers ducaux de Bourgogne s'ils devaient être élus et sont invités dans le même cas à démissionner dès les résultats connus, sous peine de voir des poursuites engagées contre eux comme le prévoit la législation bourguignonne.


    Enfin, pour conclure, la Très Noble Assemblée des Pairs de France tient à faire part de sa satisfaction de voir que trois personnes connues pour avoir contesté la légitimité de la régente Aryanha qui tenait pourtant son statut de ladite assemblée et connues pour leur opposition au roi de France qui a notamment pour conseil la même assemblée ont choisi de se tourner vers icelle et veut voir là un signe positif pour un avenir apaisé.



    Donné le quinzième jour de mai de l'an de grâce MCDLXI.


    Pour la Très Noble Assemblée des Pairs de France,
    Le Primus Inter Pares.




    Pairs de France s'étant prononcés sur la saisine concernée : Datan l'Épervier, Pierre du Val de Loire, Keridil d'Amahir-Euphor, Bourguignon de Sorel, Marie Alice de Meyrieux, Actarius d'Euphor, Lexhor d'Amahir, Thibault-Xavier de Lugdarès, Koyote, Anthémios de Déliancourt, Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg


Trixolas a écrit:
Citation :
Requérant : Téo, Aegon, Trixolas

Saisine concernant le duché de Bourgogne
Pièces du dossier : courrier explicatif, annonces du Collège de la noblesse, liste des candidats aux élections ducales, extrait de la charte du conseil ducal

Motif de la saisine : Vérification de la validité des élections, tenues hors Domaine Royal.

Arguments liés à la saisine :


Citation :
Aux nobles Pairs de France,

Nous souhaiterions soumettre à votre avis une décision d'invalidation pour les élections ducales en cours, émanant du Collège de la noblesse bourguignonne et concernant le père Aegon, dame Téo et messire Trixolas candidats sur une même liste.

Voici copie des annonces faisant état de ces invalidations.

Citation :




Au nom du Collège de la Noblesse Bourguignonne,

A tous ceux qui le présent avis entendront ou se feront lire,
Aux Bourguignons,
A Dame Téo.,



Vu la coutume reconnaissant au Collège de la Noblesse de Bourgogne droit d'apprécier les risques éventuels de voir une personne siéger au Conseil Ducal,

Attendu que le Collège de la Noblesse de Bourgogne a été saisi après que Dame Teo. ait manifesté sa volonté de se présenter aux élections ducales de Bourgogne.

Attendu qu'aux termes d'un débat et d'un vote le Collège de la Noblesse s'est prononcé à la majorité, en faveur de l'inéligibilité de Dame Teo..

Au terme du vote, le Collège de la Noblesse s'est prononcé pour l'inéligibilité, avec 29 voix pour, 0 voix contre et 1 voix en faveur du vote blanc.

Ont participé au vote : la Duchesse Angelyque de la Mirandole, le Duc Niall de Rivien, le Duc Cardinal, la Duchesse Maud Saint Anthelme, le Baron Athos de la Bronze dict Olivier1er, la Baronne Aryanha Farnese, la Baronne Jusoor de Blanc Combaz, la Dame Keltica de Chancelley, le Seigneur Dnapo, le Seigneur Lunkos de Vivans et le Duc de Bourgogne Antonio Licors pour sa suzeraine la Vicomtesse Esyllt Catarina de la Louveterie-Juliani Monfort, le Seigneur Cuche de Fronsac.

Le Collège de la Noblesse déclare donc Dame Teo. inéligible pour les prochaines élections ducales de Bourgogne.
Si cette dernière parvenait à être élue, elle devrait quitter son siège de Conseillère Ducale.


Que nul ne conteste cette décision !


Rédigé à Dijon le 22ème jour du mois d'avril de l'an 1461, par nous, Niall de Rivien, Président du Collège de la Noblesse.




Citation :




Au nom du Collège de la Noblesse Bourguignonne,

A tous ceux qui le présent avis entendront ou se feront lire,
Aux Bourguignons,
Au Sieur Trixolas,



Vu la coutume reconnaissant au Collège de la Noblesse de Bourgogne droit d'apprécier les risques éventuels de voir une personne siéger au Conseil Ducal,

Attendu que le Collège de la Noblesse de Bourgogne a été saisi après que le sieur Trixolas ait manifesté sa volonté de se présenter aux élections ducales de Bourgogne.

Attendu qu'aux termes d'un débat et d'un vote le Collège de la Noblesse s'est prononcé à la majorité, en faveur de l'inéligibilité du sieur Trixolas.

Au terme du vote, le Collège de la Noblesse s'est prononcé pour l'inéligibilité, avec 29 voix pour, 0 voix contre et 1 voix en faveur du vote blanc.

Ont participé au vote : la Duchesse Angelyque de la Mirandole, le Duc Niall de Rivien, le Duc Cardinal, la Duchesse Maud Saint Anthelme, le Baron Athos de la Bronze dict Olivier1er, la Baronne Aryanha Farnese, la Baronne Jusoor de Blanc Combaz, la Dame Keltica de Chancelley, le Seigneur Dnapo, le Seigneur Lunkos de Vivans et le Duc de Bourgogne Antonio Licors pour sa suzeraine la Vicomtesse Esyllt Catarina de la Louveterie-Juliani Monfort, le Seigneur Cuche de Fronsac.

Le Collège de la Noblesse déclare donc le Sieur Trixolas inéligible pour les prochaines élections ducales de Bourgogne.
Si ce dernier parvenait à être élu, il devrait quitter son siège de Conseiller Ducal.


Que nul ne conteste cette décision !


Rédigé à Dijon le 22ème jour du mois d'avril de l'an 1461, par nous, Niall de Rivien, Président du Collège de la Noblesse.




Citation :




Au nom du Collège de la Noblesse Bourguignonne,

A tous ceux qui le présent avis entendront ou se feront lire,
Aux Bourguignons,
Au Père Aegon,



Vu la coutume reconnaissant au Collège de la Noblesse de Bourgogne droit d'apprécier les risques éventuels de voir une personne siéger au Conseil Ducal,

Attendu que le Collège de la Noblesse de Bourgogne a été saisi après que le père Aegon ait manifesté sa volonté de se présenter aux élections ducales de Bourgogne.

Attendu qu'aux termes d'un débat et d'un vote le Collège de la Noblesse s'est prononcé à la majorité, en faveur de l'inéligibilité du père Aegon.

Au terme du vote, le Collège de la Noblesse s'est prononcé pour l'inéligibilité, avec 18 voix pour, 10 voix contre et 1 voix en faveur du vote blanc.

Ont participé au vote : la Duchesse Angelyque de la Mirandole, le Duc Niall de Rivien, le Duc Cardinal, la Duchesse Maud Saint Anthelme, le Baron Athos de la Bronze dict Olivier1er, la Baronne Aryanha Farnese, la Baronne Jusoor de Blanc Combaz, la Dame Keltica de Chancelley, le Seigneur Dnapo, le Seigneur Lunkos de Vivans et le Duc de Bourgogne Antonio Licors pour sa suzeraine la Vicomtesse Esyllt Catarina de la Louveterie-Juliani Monfort, le Seigneur Cuche de Fronsac.

Le Collège de la Noblesse déclare donc le Père Aegon inéligible pour les prochaines élections ducales de Bourgogne.
Si ce dernier parvenait à être élu, il devrait quitter son siège de Conseiller Ducal.


Que nul ne conteste cette décision !


Rédigé à Dijon le 22ème jour du mois d'avril de l'an 1461, par nous, Niall de Rivien, Président du Collège de la Noblesse.





Nous souhaitons attirer votre attention sur plusieurs points.

- Dans un premier temps, sachez qu'aucun de nous trois n'a eu connaissance d'une saisine déposée à son encontre.
Aucun de nous n'a donc pu avoir l'opportunité de se justifier, de se défendre, d'autant plus que nul motif ne vient justifier ces invalidations, laissant place au doute quant au bien-fondé de ces décisions.
Pourtant, le Collège de la noblesse avait fait paraître une charte publique faisant état de la possibilité donnée aux invalidés de prendre connaissance d'un examen de leurs candidatures et de se défendre.

- Un autre point essentiel concerne le non-respect de l'Edit d'Azincourt relatif aux éligibilités provinciales par le dit Collège de la noblesse.

Citation :
Article 1 : Les causes légales :

"Il appartient à chaque province du Royaume de France de définir les critères légaux pour être éligible, dans le but de prémunir ladite province contre des personnes dont il est avéré qu'elles mettront en péril les institutions municipales ainsi que ducales et comtales.
Tout individu ne répondant pas à ces critères se verra refuser l'accès à un mandat électif et deviendra inéligible."

Or aucun critère légal pour être éligible n'est clairement défini en Bourgogne.
Aucune charte, aucun article de loi, aucun arrêté ducal n'y fait référence.

Citation :
Article 2 : les causes judiciaires :

Toute condamnation judiciaire, qu'elle soit royale pour crime de Lèse Majesté, ou qu'elle soit locale pour Haute Trahison, pour Trahison, ou pour certains cas de Trouble à l'Ordre Public impliquant brigandage ou crime de sang, peut amener à une peine d'inéligibilité.

Ni Téo ni Trixolas n'ont été condamnés pour de tels actes.
Seul le père Aegon a été reconnu coupable de haute trahison. Pourtant, alors maire de Chalon, il n'a jamais été question de le limoger.
Notez qu'il a été réélu à la mairie de Chalon sans aucune objection du conseil ducal ou du Collège de la noblesse et qu'il exerce toujours cette charge.

Dans l'annonce que voici, réponse du président du Collège de la noblesse à notre indignation suite à ces invalidations, il est prétexté que nous représentons un danger pour la Bourgogne sans toutefois que les raisons en soient indiquées.

Citation :
De Niall de Rivien, Duc de Montréal, Président du Collège de la Noblesse

A Dame Teo.
Au Sieur Trixolas
A Monseigneur Aegon,

Salutations,

    Il est venu jusqu'à nous un courrier d'une bien étrange composition. Nous allons donc y répondre.

    Le Collège de la Noblesse depuis maintenant des années statue sur les saisines d'inéligibilité qui lui sont faites par les bourguignons à l'encontre des personnes qui peuvent éventuellement représenter un danger pour le Duché de Bourgogne. Ceci est coutumier, légal et non discutable par qui que ce soit.

    Des saisines ont été déposées à votre encontre. Le Collège après vote à statué. Ceci est coutumier, légal et non discutable.

    Tout le reste n'est que vent dans votre missive. A aucun moment nous n'avons le devoir de vous prévenir qu'une saisine à votre encontre a été déposée, à aucun moment nous n'avons à vous demander une défense quelconque de votre part.
    L'édit d'Azincourt que vous nous présentez comme un recours spécifie bien qu'il appartient à chaque province de définir les critères d'inéligibilités. C'est ce que la Bourgogne a donc fait en déléguant cette tâche au Collège de la Noblesse, les critères légaux étant que vous représentiez un danger aux yeux des Feudataires de Bourgogne, qui après débat et vote décident ou non de votre inéligibilité.

    Le Collège de la Noblesse à donc statué sur vos saisines et a donc voté à la majorité que vous étiez inéligible pour les prochaines élections ducales du fait du danger que vous représentez pour le Duché. Pour autant la situation n'est pas irrémédiable puisque cette décision ne s'applique qu'à ces élections ci.

    Que la situation en Bourgogne soit exceptionnelle ou pas, débat fut fait au sein du Collège suivi de vote qui a abouti à ces décisions. Le Collège ne reviendra donc pas sur celles ci.

    Si ces décisions ne vous plaisent pas vous avez toujours la possibilité de déposer une saisine à la Très Noble Assemblée des Pairs de France qui est seule habilitée a invalider celles ci. Sachez toutefois que la saisine que vous pourriez faire à la Très Noble Assemblée des Pairs de France n'est pas suspensive et ne vous dispense donc pas d'appliquer les décisions du Collège.


Rédigé et scellé en Montréal le 26ème jour du mois d'avril 1461, par Niall de Rivien, Président du Collège de la Noblesse, pour le Collège de la Noblesse.



Pourquoi donc ne pas ordonner au père Aegon de quitter sa charge de maire de Chalon s'il représente un réel danger pour le duché?
Notez également le détournement de l'édit d'Azincourt qui stipule qu'il revient à une province de définir les critères d'éligibilité alors que le président du Collège parle de critères d'inéligibilité.

- Un dernier point doit également être soumis à vos lumières.

La seule allusion au Collège de la noblesse et lui donnant pouvoir d'invalider est inscrite dans la charte de fonctionnement du conseil ducal.
L'article en question reste invisible des bourguignons et seuls les membres dudit conseil peuvent en prendre connaissance.

Citation :
Art. 211-4,1 - De l'invalidation d'une liste électorale pour l'accession au Conseil
Le Duché recognoit le droit au Collège de la Noblesse de Bourgogne d'invalider une liste électorale présenté aux ducales.

Cet article stipule que le duché donne pouvoir au Collège de la noblesse d'invalider une liste.
Nul part il n'y est question du pouvoir d'invalider des individus.
De plus l'Edit d'Azincourt reste formel à ce sujet, invalider une liste électorale est illégal.


Citation :
Les causes d'inéligibilité électorales ne concernent qu'un individu propre, et ne sauraient s'étendre à un groupe dans son ensemble. Elles peuvent être légales ou judiciaires.

Le pouvoir du Collège de la noblesse est donc fondé sur l'interprétation erronée d'un article visible d'une minorité et enfreignant les lois royales.

- Dernier point que nous désirions vous soumettre, voici la liste des candidats aux élections ducales de Bourgogne.

Citation :
Œuvrons Compagnons Bourguignons (OCB) (Caminho, Do....., Miss., Jeanbapt_77, Eustache_le_moine, Emmaline, Leos, Lyoson, Clothaire, Flavien, Keltica, Dnapo)

Bourgogne Optimiste Unie et Motivée (BOUM) (Antonio, Olivier1er, Effelissianor, Bobbynight, Gaultier_de_Ravart, Theodomir., Medusee, Cuche, Aryanha, Gregori, Maud, Angelyque)

ABLM (ABLM) (Crezus, Lilouanne, Letiti, Tammara, Caroline_de_bourbon, Alyxe_, Linon, Waleran_jr, Finn, Maela, Ernst., Trisken)

Burgundia Nostra (BN) (Louis_philippe, Telemaque, Murdock, Yselda, Debusy, Chocolatine, Baelon, Cybellia., Lionix, Lonufiel, Aristokoles, Anne_marie_d_aupic)

Des roses et des épines (D.R.E.D.E.) (Teo., Trixolas, Aegon, Amaltea, Lunkos, Flaiche, Aerys, Lewyne, Luz, Orrorin, Gian5, Abbelmor)

Et pour rappel car ce courrier est d'une longueur indigeste, voici le résumé des membres du Collège de la noblesse ayant pris part aux votes.

la Duchesse Angelyque de la Mirandole,
le Duc Niall de Rivien,
le Duc Cardinal,
la Duchesse Maud Saint Anthelme,
le Baron Athos de la Bronze dict Olivier1er,
la Baronne Aryanha Farnese,

la Baronne Jusoor de Blanc Combaz,
la Dame Keltica de Chancelley,
le Seigneur Dnapo,
le Seigneur Lunkos de Vivans
le Duc de Bourgogne Antonio Licors
pour sa suzeraine la Vicomtesse Esyllt Catarina de la Louveterie-Juliani Monfort,
le Seigneur Cuche de Fronsac.

Notez que la majorité des votants est candidate à ces élections sur des listes adverses à celle que nous représentons.
Notez également que les ducs Niall de Rivien et Cardinal sont tous deux membres de Boum, parti adverse et largement majoritaire au sein du Collège de la noblesse.

Comment donc ne pas remettre en cause l'objectivité de ces verdicts dans ces conditions, d'autant plus que nul motif n'a été fourni.
Ajoutons à cela que les saisines demandant l'examen de nos candidatures ont été déposées par deux candidats à ces élections ducales et vous comprendrez encore mieux nos doutes quant aux réelles motivations de ces verdicts.

Nous demandons donc aux nobles Pairs de France d'examiner ces questions quant au bien-fondé des verdicts du Collège de la noblesse de Bourgogne.

Nous aimerions également vous rappeler que la Pairie s'était déjà prononcée contre cette institution par le passé sans que toutefois l'invalidation en question n'ait été annulée. Il s'agissait de la duchesse Edwen de Blanc-combaz, invalidée car elle représentait un danger pour le duché mais autorisée à mener à terme son mandat à la tête de la Bourgogne.

Une question nous vient donc à l'esprit.
Les avis de la Pairie sont-ils de nature à débouter ceux du Collège de la noblesse ou ce dernier reste-t-il tout puissant sans aucune possibilité de révision?

Nous aimerions également vous rappeler que la duchesse Angélyque de la Mirandole est membre du Collège de la noblesse, candidate aux élections ducales et membre fondatrice de Boum.
Elle a également été nommée Pair de France par sa majesté Eusaias il y a peu.

Dans un souci d'intégrité, nous aimerions que cette dernière n'ait pas droit de citer dans le débat qui vous animera.
N'y voyez là aucune défiance vis-à-vis de la Très Noble Assemblée des Pairs mais étant coutumiers des flagrants conflits d'intérêt et du parti pris d'une grande part de la noblesse bourguignonne, nous aimerions être assurés de la pleine objectivité d'un avis émanant de votre institution.

Téo
Aegon
Trixolas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vittoria Farnezze

avatar

Nombre de messages : 655
Age : 27
Date d'inscription : 07/06/2012

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Mar 2 Juil - 20:34

Citation :



      tous icelieu et à venir, qu'il plaise d'ouïr,

      Une nouvelle vague d'épidémies traverse actuellement le Royaume de France.
      Nous vous invitons à continuer de suivre les recommandations de base visant à réduire considérablement le risque de propagation des maladies, à vous protéger et, si vous êtes contaminé, à vous aider.
      Pour rappel, en voici les grandes lignes :


      • Comment savoir si on est malade ?
        Un matin vous vous réveillez fébrile, votre petit déjeuner vous paraît fade, et une douleur irradie tout votre organisme. Aucun doute : vous êtes malade ! Mais pas de panique, tout n'est pas perdu !

      • Quels sont les symptômes de la maladie ?
        La douleur persistera durant quelques jours, avant de laisser place à une fièvre élevée.
        Votre front vous paraîtra brûlant et vous vous sentirez sûrement très fatigué.
        Chaque geste du quotidien vous paraîtra difficile, et vous aurez également des difficultés à vous alimenter.
        Pensez à prévoir une bassine, car vous risquez de rendre une partie de ce que vous mangerez.

      • Comment se nourrir lorsqu'on est malade ?
        Un changement radical de régime est nécessaire durant toute la période pendant laquelle durera la crise.
        Privilégiez le maïs au pain, en quantité suffisante.
        Puisque vous vomirez parfois la moitié de vos repas, il vous faudra manger plus que d’ordinaire, et surtout vous forcer à le faire si vous ne voulez pas voir votre santé décliner dangereusement.

      • Comment se déplacer lorsqu'on est malade ?
        Il vaut mieux éviter tout grand déplacement lorsque les premiers symptômes d’une maladie s'annoncent.
        Vos forces étant amoindries, vous risquez de ne pouvoir réussir à porter vos affaires ou même à marcher.

      • Peut-on travailler en étant malade ?
        A l'heure actuelle, il semblerait que les maladies n'empêchent en rien à une activité professionnelle : dans les champs, en forêt, dans les vergers, sur votre barque, dans votre échoppe, ou même patrouiller sur les remparts de votre cité.

      • Comment éviter la contagion chez vos voisins ?
        Nous vous invitons à éviter le plus possible les lieux publics tels que :
          - Les tavernes
          - Les marchés
          - L’église
          - La mairie
          - La prison

        Et fuyez les groupes, lances et armées !


      Nous rappelons de plus que l'Hostel-Dieu de Paris reste à votre entière disposition pour toute question concernant ces épidémies, et nous invitons chaque médecin à participer à l'établissement de la liste médicale 1 pour permettre à chaque habitant de nos contrées de trouver un spécialiste non loin de sa chaumière.

      Faict à Paris, le seizième jour du mois de Mai de l’an de grâce MCDLXI




      1 Forum 2 -> Hôtel Dieu -> La salle Saints Côme et Damien -> "Médecins In Gratibus à travers le Royaume"


Citation :
Faict en la Chambre d’Eunomie le 17 mai de l’an de grasce 1461.

A tous présents et advenir, salut.

    Au nom d’Eusaias Blanc-Combaz, Par la Grâce de Dieu, Roi de France.

    Nous, Grégoire d’Ailhaud, Comte de Lille & de Sainct-Omer, Duc de Brunelles, Baron d’Aire-sur-la-Lys, d’Arques, de Melun & de Rugles, Seigneur d’Isles-sous-Ramerupt, Magna Legista près la Couronne de France,

    Annonçons la clôture des candidatures à la charge de Legista près la Couronne de France. A sa suite, l’examen d’entrée et les explications idoines ont été transmis aux différents candidats.


Citation :


Ouverture des Candidatures au sein de la Maison Ecclésiastique Royale



De nous, Daniel Marques Henriques, Grand Aumônier de France,

A l'attention des sujets du Royaume de France,

La Maison Ecclésiastique Royale est l'office royal destiné à diffuser, en chaque terre du Royaume, la spiritualité, la culture et la science. Dans le cadre de sa restructuration, nous ouvrons les candidatures pour les charges suivantes :

  • Maître de Conférence : Médecin licencié (RP et/ou IG, dans l'idéal les deux), le praticien sera soucieux de travailler à la diffusion de la vocation médicale et du progrès de sa science, d'organiser des Conférences à thèmes pour l'ensemble du Corps de Métier, et établir un recueil des médecins actifs des Royaumes (RP et IG). Les médecins astrologues sont bienvenus.

  • Scribe Enlumineur : Fidèle simplement baptisé ou clerc ordonné avec ou sans voeux de chasteté, le Scribe Enlumineur a pour tâche de créer les annonces à caractère religieux, telles les invitations, les affiches publiques, les annonces de Grands Messes, et tout élément à caractère communicatif. Il fera partie d'un Atelier d'Enluminure attaché à la Maison Ecclésiastique Royale dévoué à la réalisation et la création de l'art sacré, dont l'art enluminé et son enseignement. Les réflexions à ce sujet seront les bienvenues.


Ces deux charges donnent droit à siéger aux offices de la Maison Ecclésiastique Royale et, par conséquent, de participer à la mise en œuvre de la politique même de ce Grand Office royal. Les candidatures sont à envoyer directement au Grand Aumônier par pigeon (IG : Henriques) avant le 2 Juin prochain.


Faict à Paris, le 18 Mai 1461,





Citation :
De nous, Fred de Castelviray, Vicomte de Rémalard, de Chateauneuf-en-Thymerais et Baron d'Authon du Perche, Connétable de France

A tous ceux qui liront, se feront lire

Salutations et prospérité,


Qu’il soit su,

Que ce jour, nous annonçons, après consultation de l’avis du Grand Maistre de France, la nomination de deux nouveaux Maréchaux de France.

- Karyaan le Verdier Lómàlas Comtesse de Beaumont-sur-Sathe, Dame de Bois-Brault est nommé Maréchal de France du Domaine Royal.
Suite à la nomination de la Comtesse Karyaan le Verdier Lómàlas, la charge de Capitaine Royal du Maine est aujourd’hui vacante.

- Ouranos est nommé Maréchal de France chargé de la communication pour la Connétablie Royal

Nous leur souhaitons tout le courage nécessaire pour leur nouvelle fonction.
Nous tenons également à remercier les autres personnes qui ont manifesté leur intérêt à la fonction de Maréchal de France et nous les convions à persévérer dans ce domaine ou à postuler à l'une des autres charges de la connétablie de France.


Daté à Auch, le 12 du mois de Mai de l'an de Grâce MCDLXI.

Qu'il en soit ainsi, heureusement.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vittoria Farnezze

avatar

Nombre de messages : 655
Age : 27
Date d'inscription : 07/06/2012

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Mar 2 Juil - 21:04

Citation :
--------________________________----------------

--------________________________________----------------Traité des Ardennes






Préambule
« Afin d’honorer le Preux Godefroy de Bouillon, descendant du Grand Charlemagne, le Très Redouté et Très Puissant Roi de France, possesseur du Duché de Bouillon a décidé de rendre à celui-ci sa Souveraineté. »

Par ce Traité, Nous Eusaias Blanc Combaz, Roi de France, possesseur du duché de Bouillon rendons à Bouillon sa pleine souveraineté et par ce traité annulons les précédents le rattachant au domaine royal ainsi qu’à l’ile de France.




Article 1
Le Duché de Bouillon reconnaît la France comme un Royaume souverain, inaliénable et gouverné par son Roi et ses représentants.

Article 2
Le royaume de France reconnaît le duché de Bouillon et ses domaines comme Duché souverain, inaliénable et gouverné par son Duc et ses représentants.

Article 3
La France renonce à toute revendication territoriale sur le duché de Bouillon, reconnaît sa pleine autonomie, ses institutions, ses lois, sa noblesse, ainsi que son autorité légitime sur ses terres.

Article 4
Le duché de Bouillon renonce à toute revendication territoriale sur la France, reconnaît sa pleine autonomie, ses institutions, ses lois, sa noblesse, ainsi que son autorité légitime sur ses terres.

Article 5
La France et Bouillon s’engagent à ne plus prendre les armes l’une contre l’autre, s’interdisent toute forme d’hostilité économique non consenties. Elles se promettent ainsi une paix illimitée.

Article 6
Les signataires font le serment devant Dieu et devant les hommes de respecter ce traité, de l'appliquer honorablement et de veiller à sa pérennité.



Annexe 1 : Définitions

Souverain : qui est seul maître, qui détient un pouvoir unique et absolu. La souveraineté implique l’indépendance et exclue dès lors toute forme de soumission à une autre entité.

Hostilités économiques : actes commerciaux dont la nature ou l’ampleur ne correspondent pas à la pratique ordinaire du commerce et dont les conséquences provoquent une nuisance grave et avérée sur l’économie visée. La gravité de la nuisance devant s’apprécier par ses effets sur les caisses publiques et sur les marchés, qui devront représenter un coût important et difficilement supportable par la collectivité.



Fait le 20 Mai 1461 au Louvre.

Pour la France :
Eusaias Blanc Combaz Roi de France.





Pour Bouillon :
Eusaias Blanc Combaz, Duc Souverain de Bouillon




Citation :
Traité Frontalier du duché de Bouillon

Nous, la Haute Autorité impériale,
Nous, la Haute Autorité française,
Nous, l'Héritier ducal de Bouillon,

Conscients de la nécessité de garantir l'inviolabilité du territoire du duché de Bourgogne dans l'objectif de garantir des relations apaisées entre le dit duché et ses voisins du Royaume de France et de l'Empire Germanique, et après moult débats passionnés,

- Ratifions ce document qui entend entériner le travail et la recherche de la Hérauderie Royale de France.

- Avons décidé le traité suivant :

Article 1. DESCRIPTION PHYSIQUE

En son méridion, partant de son gué de Pussemange, la frontière du duché de Bouillon trace une séparation entre les forets domaniales de Sedan (Champagne-Royaume de France) et les bois et forêts se succédant de Bohan, Huqueni, Muno, longeant les fiefs et villages du Ban d'Alle, de Corbion pour ensuite traverser le bois puis le village du Banel et rejoindre le Fond Jamais au sud de Muno, sis en le duché de Bouillon. Contournant Lambermont, lui aussi de Bouillon, elle trace une ligne montant au septentrion qui rejoint la Semois non loin de Cugnon, laissant hors du duché Quatre-arbres, Sainte-Cécile et la foret de Chiny qui relèvent du dit comté de Chiny.
Longeant alors la Semois, elle délaisse Cugnon et rejoint à nouveau la foret domaniale d'Huqueni qu'elle laisse à sa gauche tandis qu'elle poursuit sa route au nord traversant le bois de Detoi, laissant à ses voisins Aubry sur Semois et Geripont. De là, elle fait un léger détour pour englober la seigneurie de Bertrix et ses appendances de Bohémont, Burhémont et Renaumont pour revenir longer le bois d'Otrouges et contourner Ochamps qui sont de Chiny, rejoindre Recogne qui est à Bouillon. Neuvilliers, Lamouline, Flohimont, Ourt, Bernimont, Wideumont, Remeau, Bougnimont, tous hameaux et village du duché de Bouillon croisent ensuite le chemin de la frontière, de même que les trois Freux et Jenneville. Suit alors un virage vers le Ponant, pour rejoindre Saint Hubert par le nord puis filer vers Mormont, Masbourg, Lesterny et revenir sur Grupont, toujours ducaux, tandis que Bure est délaissé à leur voisin. Tellin est la prochaine étape. La frontiere poursuit sa route le long du ruisseau qui de Tellin rejoint la Lesse par le nord, non loin de Belvaux.
La frontière file alors au Ponant, passant entre Ave l'étrangère et Auffe la bouillonnaise, rejoignant ses comparses Wellin et Lomprez mais dédaignant Froidlieu et Honnay pour rejoindre Froide-Fontaine.
Délaissant les enclaves de Gedinne sises en la seigneurie d'Orchimont appartenant aux voisins principautaires et ducaux et laissées à leurs bons soins, de meme que celles de Gembes et Porcheresse, elle longe Fays-Famenne pour atteindre Redu, sans prendre en considération Daverdisse. A hauteur de Sech'ry, elle longe alors la Lesse, rencontrant au passage Our, Be, Opont les bouillonnaises. Là, quittant le lit de la riviere, elle contourne le bois de la Grosse Haie, ignore Naomé et vise Saussur (Carlsbourg) la pairiale puis le moulin de Mitauge, suivi de Six-Planes pour atteindre la Semois à Vresse, toujours en terre de Bouillon.
Coupant à travers le bois de Bohan, elle termine sa course là où elle l'avait commencée, à Pussemange, non sans montrer que Sugny est au duché.

Article 2 : DU RÉGIME DES ENCLAVES

Aucune enclave ne saurait être reconnue par l'une ou l'autre des parties dans le territoire voisin.

De ce fait, les territoires et fiefs relevant de la baronnie de Hierges sont reconnus comme faisant partie du Royaume de France (en terre Champenoise).
Item que les terres de Sart-Custinne, Gedinne, Patignies, Malvoisin, Gembes, Porcheresse, Focant, Froidlieu, Lavaux Sainte Anne, Ave et Mochamps sont reconnues comme faisant partie du Saint Empire.

Article 3 : MAPPES

Pour illustrer leur propos et définir précisément le tracé de la frontière une carte a été établie.



Le Héraut d'Armes de Normandie - chargé de cette mission - s'est rendu sur place avec ses gens et a travaillé en intelligence avec les seigneurs et villes riveraines afin d'effectuer le bornage.

Article 4 : RATIFICATION

Ce Traité frontalier fixe une bonne fois pour toutes les frontières communes du duché de Bouillon.
Ces frontières sont inaliénables de par les Lois Héraldiques et sous couverts d’icelle.



Fait en le Château de Dijon, le 20 avril 1459.
Pour le duché de Bouillon,
Messire Eusaias Blanc Combaz, Héritier ducal


Fait à Strasbourg, le 08 mai 1459
Pour le Saint Empire Germanique,

Sa Majesté Alveran 1er de Varagine
Electus Romanorum Imperator et semper augustus





Fait en le Château du Louvre, le 4 Juillet 1459.
Pour le Royaume de France;
Sa Majesté la Reine Beatritz Castelmaure-Frayner,



Son Excellence Keridil d'Amahir-Euphor, Grand Ambassadeur Royal de France



Fait en la Chapelle Saint-Antoine-le Petit à Paris, le 4 Juillet 1459.
Pour la Hérauderie de France ;
Dame Perrinne de Gisors-Breuil dicte "Montjoye", roi d'Armes de France
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vittoria Farnezze

avatar

Nombre de messages : 655
Age : 27
Date d'inscription : 07/06/2012

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Mar 2 Juil - 21:07

Citation :


          Eusaias Blanc-Combaz, Par la Grâce de Dieu, Roi de France



      À tous ceux qui liront ou se feront lire,
      Salut et paix.



    Nous, Eusaias Blanc Combaz, Roy de France par la volonté du Très-Haut, annonçons avec une immense solennité, la fin des tractations de couloir et des discussions privées avec l'Empire, ou la forme de relations qui a donné lieu sous le règne du triste Empereur Fenthick à un pitoyable cirque social. Or, Nous n'avons point vécu tant d'années pour qu'un fils d'ivrogne se paie Notre tête. De ses inconséquences, les ardents défenseurs de la paix et de l'amitié Franco-Impériale ont gravement pâti et nous savons que leurs cœurs ont été ces derniers mois si abattus et consternés que nombre d'entre eux ne songeaient plus qu'à mourir au point d'envier le sort de Rome.

    Or, s'il arrive que Nous ayons à juger un de nos ennemis, Nous ne manquons pas d'oublier qu'il Nous a offensé pour ne considérer que la vérité des faits. C'est dans ces conditions de morale, des responsabilité et de loyauté l'un envers l'autre que le Royaume de France et le Saint Empire ont scellé bonne et honorable paix. Qu'il soit su que ces deux blocs colossaux tiennent désormais l'un et l'autre dans les fontes de leurs selles deux pistolets chargés qui ne leur serviront guère contre les fléaux de la maladie, mais d'aventure, contre la malignité des Hommes de peu de foi. Pour qu'à dater de ce jour, la France et l'Empire ne combattent jamais plus face à face, mais dos à dos, face aux cohortes malfaisantes inspirées par le Sans Nom.

    Qu'il en soit ainsi, et heureusement.


    Au Palais du Louvre le 20e mai 1461.







Citation :
Traité de Bolchen – Traité de paix perpétuelle entre le Royaume de France et le Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae

    Préambule.

    Conscients de la nécessité de garantir l'inviolabilité de nos territoires respectifs dans l'objectif de garantir des relations apaisées entre nos deux Nations, le présent traité se veut instaurer les modalités de non agression, de reconnaissance, et d'amitié entre le Royaume de France et le Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae.


    I De la reconnaissance.


    1.1 Par le présent écrit, les deux parties se reconnaissent mutuellement comme nation établie et reconnaissent également leurs frontières ainsi que chacun de leurs représentants dans leurs fonctions et charges qui leur ont été attribuées par chacune des autorités.

    1.2 Le Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae reconnaît Eusaias Blanc-Combaz comme souverain du Royaume de France, et Agnès de Saint Just, Reyne de France. Le Royaume de France, reconnaît Ludwig von Frayner comme Empereur du Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae.

    1.3 Le Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae et le Royaume de France reconnaissent mutuellement leur noblesse et les droits de celle-ci, ainsi que toute nouvelle nomination, élévation, anoblissement, destitution, légitimes et reconnus par les institutions Royales ou Impériales.

    1.4 Le Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae et le Royaume de France reconnaissent mutuellement leur pouvoir, leurs lois et leurs coutûmes.

    1.5 Le Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae s'engage à ne pas reconnaître l'indépendance d'éléments félons au sein du Domaine Royal et au sein des provinces vassales du Royaume de France.
    Le Royaume de France s'engage à ne pas reconnaître l'indépendance d'éléments félons au sein du Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae.



    II De la Non agression.


    2.1 Par la présente, les deux parties signataires s’engagent à ne point interférer et ce par quelque manière que ce soit dans la gestion des affaires souveraines de l'autre, sauf demande expresse, signée, scellée de celui-ci..

    2.2 Il est établi que hormis cas de crise nécessitant fermetures des frontières, les citoyens françois et impériaux sont autorisés à voyager à travers les deux nations. Cette autorisation s'applique aussi aux membres des ordres de chevalerie reconnus par une des deux parties, et ne peut leur être retirée à cause de leur appartenance aux-dits ordres de chevalerie. Cependant, les dits passages devront être conformes aux différentes réglementations instaurées par les autorités concernées.

    2.3 Dans le cas où un Duché/Comté du Domaine Royal ou vassal du Royaume de France viendrait à déclarer une guerre à une province impériale, le Royaume de France s'engage à tout mettre en œuvre pour rappeler la province à l'ordre et s'engage à ne pas lui prester assistance.

    Dans le cas où une province impériale viendrait à déclarer une guerre à un Duché/Comté du Domaine Royal ou vassal du Royaume de France, le Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae s'engage à tout mettre en œuvre pour rappeler la province à l'ordre et s'engage à ne pas lui prester assistance.


    2.4 Dans le cas où un Duché/Comté du Domaine Royal ou vassal du Royaume de France viendrait à donner agrément à une armée hostile au Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae ou à une de ses provinces, le Royaume de France s'engage à prendre toutes les mesures nécessaires (sanctions si besoin en était), pour mettre un terme à cette collaboration criminelle.

    Dans le cas où une province impériale viendrait à donner agrément à une armée hostile à un Duché/Comté du Domaine Royal ou vassal du Royaume de France, le Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae s'engage à prendre toutes les mesures nécessaires (sanctions si besoin en était), pour mettre un terme à cette collaboration criminelle.


    2.5 Cette entente ne crée aucune obligation de défense mutuelle. Cependant chacune des deux parties contractantes peut, sur ordre du Roy de France ou de l'Empereur du Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae, venir en aide à l'autre.


    III De l'amitié.


    3.1 Les parties contractantes s’engagent à favoriser toute entente commerciale et judiciaire entre elles. En partenaires civilisées et bienveillantes, elles laissent les autorités de leurs provinces le choix d'en établir les modalités via des traités.

    3.2 Les parties contractantes s’engagent à faciliter le partage de leurs informations, quand cela est nécessaire. Les deux contrées s'apporteront mutuellement du soutien technique et logistique dans la mesure du possible. Ces informations peuvent porter sur toutes questions d’ordre militaires, stratégiques, concernant la sécurité intérieure ou des menaces brigandines.

    3.3 De même une ambassade accueillera toujours les émissaires françois en la Diplomatie Impériale et les émissaires Impériaux en la diplomatie Françoise.


    IV De la Pérénité.


    4.1 Si l'une des deux parties voulait modifier le présent traité, il lui suffirait de le stipuler aux autorités diplomatiques de l'autre partie en motivant la dite demande. Par accord mutuel, la réécriture du traité peut être effectuée dans son intégralité ou partiellement.

    4.2 Si l'une des deux parties voulait annuler le dit traité, il suffirait d'en faire part via déclaration signée et scellée à l'autre partie en explicitant les motifs de l'annulation.

    4.3 En cas de non-respect d’un des articles de ce traité, ou en cas de déclaration de guerre le dit traité serait de fait caduc.

    4.4 Ce traité entrera en vigueur dès sa publication et engagera les deux parties contractantes bien au delà du règne des signataires et de leurs représentants.



Signé et scellé le Mercredi 15 Mai MCLDXI

    Pour le Royaume de France


    Sa Majesté Eusaias Blanc-Combaz,
    Roy de France.




    Deedlitt de Cassel d'Ailhaud,
    Grande Ambassadrice Royale de France




    Pour le Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae,








    Salome von Löwenstern,
    Chancelier Impérial







Citation :
- Treaty of Bolchen - Perpetual peace treaty between the Kingdom of France and the Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae

    Preamble.

    Conscious of the need for guaranteeing the inviolability of our respective territories in order to guarantee relations alleviated between our two Nations, this treaty wants to found methods of nonaggression, recognition, and friendship between the Kingdom of France and the Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae.


    I. Recognition.


    1.1 In this writing, the two parts are recognized mutually as established nations and also recognize their borders as well as each one of their representatives in their functions and loads which were allotted to them by each authority.

    1.2 The Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae recognizes Eusaias White-Combaz as sovereign of the Kingdom of France, and Agnès de Saint Just, Reyne de France. The Kingdom of France, recognizes Ludwig von Frayner as Emperor of the Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae.

    1.3 The Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae and the Kingdom of France recognize their nobility mutually and the rights of these, like all new nomination, rise, ennoblement, dismissal, legitimate and recognized by the Royal or Imperial institutions.

    1.4 The Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae and the Kingdom of France mutually recognize their power, their laws and their habits.

    1.5 The Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae is committed to not recognize the independence of elements traitors within the Royal Field and the vassal provinces of the Kingdom of France.
    The Kingdom of France is committed not recognizing the independence of elements traitors within the Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae.



    II. Of Non Aggression.


    2.1 For this, the two parties undertake not to interfere and that by any way in the management of sovereign affairs of another, unless specifically requested, signed, sealed with it .

    2.2 It is established that except in case of crisis require closings of the borders, the citizens François and imperial are authorized to travel through the two nations. This authorization also applies to the members of the orders of knighthood recognized by one of the two parties, and cannot be withdrawn because of their membership to the orders of knighthood. However, the known as passengers will have to be in conformity with the various regulations founded by the concerned authorities.

    2.3 In the case where a Duchy / County of the Royal Domain or vassal of the Kingdom of France would declare a war on an imperial province, the Kingdom of France is committed to make every effort to remind the province to order and undertakes not to take up its assistance.

    In case an imperial province would suddenly declare a war in a Duchy/County of the Royal or vassal Field of the Kingdom of France, the Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae is committed to make every effort to remind the province to order and undertakes not to take up its assistance.


    2.4 If a Duchy/County of the Royal or vassal Field of the Kingdom of France has suddenly given approval to a hostile army with the Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae or one of its provinces, the Kingdom of France is committed taking all the necessary measures (sanctions if need be was), to put an end to this criminal collaboration.

    If an imperial province has suddenly given approval to a hostile army in a Duchy/County of the Royal or vassal Field of the Kingdom of France, the Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae is committed taking all the necessary measures (sanctions if need be was), to put an end to this criminal collaboration.


    2.5 This agreement does not create any obligation of mutual defense. However each of the two contracting parties can, ordered by the King of France or the Emperor of the Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae, come to the rescue of the other respective party.

    III. Of the friendship.


    3.1 The contracting parties begin to support any commercial and legal agreement between them. As civilized and benevolent partners, they leave the authorities of their provinces the choice to establish the methods via treaties between them.

    3.2 The contracting parties are committed facilitating the division of their information, when that is necessary. The two regions will bring technical support and logistics mutually as this is possible. This information can relate to all military questions of order, strategic, concerning the internal security or of the threats brigands.

    3.3 In the same way an embassy will always accommodate the François emissary in the Imperial Diplomacy and the Imperial emissary in the diplomacy Francoise.


    IV. Of the Continuation.


    4.1 If one of the two parties wants to modify this treaty, it would be enough to stipulate it with the diplomatic authorities of the other party by justifying the aforementioned request. By mutual agreement, the rewriting of the treaty can be carried out in its entirety or partially.

    4.2 If one of the two parts wants to cancel this treaty, it would be enough to inform the other party about it via a declaration signed and sealed clarifying the reasons of the cancellation.

    4.3 In the event of non-observance of one of the articles of this treaty, or in the event of declaration of war, this treaty would be in null and void.

    4.4 This treaty will come into effect as of its publication and will engage well the two contracting parties beyond the reign of the signatories and their representatives.




Sealed, Wednesday the 15th of May, 1461.


    For the Kingdom of France

    His Majesty Eusaias White-Combaz,
    Roy de France.




    Deedlitt de Cassel d' Ailhaud,
    France High Royal Ambassador.




    For the Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicae,






    Salome von Löwenstern,
    Imperial chancellor



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vittoria Farnezze

avatar

Nombre de messages : 655
Age : 27
Date d'inscription : 07/06/2012

MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    Mar 2 Juil - 21:09

Citation :
De nous Heimdal von Strass, Premier Secretaire d'Etat, Duc de Courtomer, Vicomte de Lonlay-L'Abbaye, Seigneur d'Augnax et de Belleville-sur-vie,
A tous ceux qui liront ou se feront lire,

Salutation et prospérité,

Qu'il soit su qu'en ce jour nous nommons au poste de Secrétaire d'Etat les personnes suivantes:

  • Les Provinces du Nord:
    *Bourbonnais-Auvergne Goddefroy

Nous afficherons d'ici peu, les provinces encore vacantes.

Que le Très Haut protège la France,

Faict à Courtomer, le 20 Mai MCDLXI




Citation :
De nous, Fred de Castelviray, Vicomte de Rémalard, de Chateauneuf-en-Thymerais et Baron d'Authon du Perche, Connétable de France

Au peuple d’Armagnac et Comminges,
A tout ceux qui liront ou se feront lire,

Salutations et prospérité,


Aristote disait que « L’ignorant affirme, le savant doute et le Sage réfléchit. »

Effectivement, depuis des mois les ignorants n’arrêtent pas de vous affirmer que la couronne est présente sur vos terres en raison de votre foi. Car vous voulez continuer à croire au Très Haut et en la sainte Eglise de Rome. Ne vous détrompez pas, ne vous laissez pas convaincre par la mauvaise parole tel le serpent qui se laisse envoûter par le son de la flute.

Notre Bon Roy de France est un homme Sage et réfléchi, il n’aura de cesse de se battre afin de pouvoir observer le peuple de France vivre dans la paix et dans la joie. Chacun est libre de croire, chacun est libre de rêver. Nous nous devons donc de préserver une unité au sein de ce beau Royaume de France. Cette unité se symbolise tout bonnement par le serment de fidélité que fait le régnant d’une province de France envers Notre Bon Roy. Lorsque celui-ci refuse de se déplacer afin de faire son hommage à notre Roy, cela rompt l’unité et met en péril la paix au sein du Royaume. A noter également qu’aucun régnant ne peut se prétendre légitime si celui-ci ne fait pas allégeance à la Couronne de France.

Nous savons pertinemment qu’il existe quelques savants qui doutent, qui ne savent pas qui rejoindre, qui est juste. Je pense au Chevalier Charles de la Croix de Bramafan. Ne doutez plus, ouvrez les yeux, que notre vérité illumine votre sagesse.

De fait nous voulons vous rappeler quelques points essentiels :

- Les Armées Royales sont présentes en Armagnac afin d'assurer la paix, fortement compromise par le conseil en place, qui non content de refuser de preter allégeance au Roy Légitime, entretient et ravitaille ses armées en pillant les marchés et affamant les habitants de la capitale.

- Que les Armées Royales subviennent elles-mêmes aux besoins de leurs troupes et sont ravitaillées en Armagnac avec la collaboration de certain fidèles sujets de la Couronne, tel Charles de la Croix de Bramafan, dict Strakastre. En AUCUN CAS, nos soldats ne sont autorisés à se servir sur les marchés locaux. Par contre, nous ne pouvons qu'encourager toute initiative personnelle visant à aider au ravitaillement de nos troupes. C'est en effet la meilleure façon de leur permettre de poursuivre leur travail.

- Que plus vite l'équilibre sera retrouvé et plus vite nos armées poursuivront leur route vers le Béarn, afin de mettre fin à l'oppression du félon Namaycush, Ex Prince de Pontoise indigne de ce titre qui lui a d'ailleurs été retiré, qui met le sud à feu et à sang depuis trop longtemps, prétextant servir une église dont il ne sait rien. LES SEULS INTERETS QU'AIT JAMAIS SERVI NAMAYCUSH SONT LES SIENS !!! Et il le fait encore, en mentant à tous les combattants qui se pressent sous ses bannières. Réveillez-vous ! Réagissez avant qu'il ne soit trop tard !

Habitants d'Armagnac et des Comminges, prenez votre avenir en main et rejoignez les Troupes Royales afin de mettre fin une fois pour toutes à cette vaste farce dont vous êtes les victimes.


Daté à Paris, ce 20 du mois de Mai de l'an de Grâce MCDLXI.

Qu'il en soit ainsi, heureusement.




Citation :


De nous Alix du Vivier, Vicomtesse de Biron, Baronne du Gros theil
De nous, Fred de Castelviray, Vicomte de Rémalard, de Chateauneuf-en-Thymerais et Baron d'Authon du Perche, Connétable de France

    A tous ceux qui liront,se feront lire,

    Salutations et paix,

    Nous souhaitons par cette annonce signifier les nominations au poste de Lieutenants Etat Major Royal de Messire Charly z pour la marche d'Armagnac et de Comminges de Messire Guillhein pour les charges de pour la marche de Toulouse.

    Nous leurs souhaitons pleine réussite dans leurs travail
    Nous remercions également tous les autres candidats qui se sont présentés à qui nous n'avons malheureusement pas pu donner suite à leurs demandes.

    D'autre part nous annonçons qu restent vacantes les candidatures pour les charges suivantes :



    *Lieutenant d'Etat Major Royal pour la Guyenne
    *Lieutenant d'Etat Major Royal pour la Gascogne
    *Lieutenant d'Etat Major Royal pour le Lyonnais-Dauphinés




    Nous tenons à rappeler que le Lieutenant royal a pour but de faire le lien entre sa province d'affectation et la connétablie.

    Daté à Périgueux, le 20 du mois de mai de l'an de Grâce MCDLXI.

    Qu'il en soit ainsi, heureusement.








Citation :
De nous, Flavien de Talleyrand, Maréchal de France,
De nous, Fred de Castelviray, Vicomte de Rémalard, de Chateauneuf-en-Thymerais et Baron d'Authon du Perche, Connétable de France


A tous ceux qui liront ou se feront lire,

Salut & Paix.


Annonçons à partir de ce jour les nominations suivantes :

Messire William de Châtelet, Lieutenant royal pour le Périgord-Angoumois.
Messire Albin d'Ar Sparfel, Lieutenant royal pour le Limousin.
Le Baron Floryan Alterac, Lieutenant royal pour la Bourgogne.

Nous leurs souhaitons pleine réussite dans leurs travail.
Nous remercions également tous les autres candidats à ces charges qui n'ont malheureusement pas été retenus.

D'autre part, annonçons que les charges suivantes restent vacantes :

• Lieutenant royal pour l'Anjou
• Lieutenant royal pour l'Artois
• Lieutenant royal pour le Berry


Nous tenons à rappeler que le Lieutenant royal a pour but de faire le lien entre sa province d'affectation et la connétablie.
Outre l'expérience militaire des candidats, toute l'attention sera portée à leurs compétences.

Rédigée à Nevers le XXIème jour de Mai de l'an de Grâce MCDLXI.

Qu'il en soit ainsi, et heureusement.







Citation :
De nous, Karyaan le Verdier Lómàlas, Comtesse de Beaumont-sur-Sarthe, Dame de Bois-Brault, Maréchale de France du Domaine Royal,
De nous, Fred de Castelviray, Vicomte de Rémalard, de Chateauneuf-en-Thymerais et Baron d'Authon du Perche, Connétable de France,

Au peuple mainois, à tous les sujets du Domaine Royal,
Et à tout ceux qui liront ou qui de droit se feront lire,

R
espect et connaissance de vérité.

    Annonçons ce jour, la nomination de Scorpius du Gemmois, Lieutenant de l'Ost mainois, au poste de Capitaine Royal du Maine.

    Nous lui souhaitons tout le courage nécessaire dans sa tâche.
    Charge à lui de se présenter au plus vite aux offices de la Connétablie Royale afin que clés lui soient baillées.

Rédigée à Beaumont-sur-Sarthe, le vingt et unième jour du cinquième mois de l'an de grâce quatorze cent soixante et un.


Maréchale de France du Domaine Royal





Citation :
De Nous, Leda, Surintendant des Finances,

A tout ceux qui liront ou se feront lire,

Par la présente, annonçons la décision suivante:
-Nomination de Messire Ereon au poste d'intendant au parc minier et qui laisse donc vacant le poste de bibliothécaire et de responsable des formations.

Annonçons que les postes suivants ont reçu candidature qui sont à l'étude:
-Sous Intendant aux Provinces du Nord
-Sous Intendant aux Provinces du Centre

Annonçons que les postes suivant sont ouverts à candidature jusqu'au 30 mai 1461:

-Sous Intendant aux Provinces du Nord
-Sous Intendant attaché à la levée de ban.

Et le maintien de l'ouverture de celle ci:
-Sous Intendant attaché à l'Orléanais
-Sous Intendant attaché à la Champagne
-Sous Intendant en charge de la bibliothèque et des formations

Faict à Paris le 20 Mai 1461,
Leda,
Surintendant des Finances


Citation :
De Nous, Leda, Surintendant des Finances,

A tout ceux qui liront ou se feront lire,

Par la présente, souhaitons rectifier des erreurs apparues dans notre précedente publication.
Seuls les postes suivant restent ouverts à candidature jusqu'au 30 mai 1461:
-Sous Intendant attaché à l'Orléanais
-Sous Intendant attaché à la Champagne
-Sous Intendant en charge de la bibliothèque et des formations

Faict à Paris le 21 Mai 1461,
Leda,
Surintendant des Finances


Citation :


          Eusaias Blanc-Combaz, Par la Grâce de Dieu, Roi de France



      À tous ceux qui liront ou se feront lire,
      Salut et paix.



    Nous, Eusaias Blanc Combaz, Roy de France par la volonté du Très-Haut, Nous nous honorons de ne jamais Nous être laissé guider par la loi de Notre bon plaisir, en faveur auprès des ignorants, qui se prennent pour des grands esprits. Car après six mois de règne, Nous savons mieux que personne que telle qui est douce comme miel le jour des noces, a langue de vipère huit jours après.

    Sur le trône, nous avons pu compter sur des Hommes de qualité et de confiance, qui ont œuvré pour Nous sans relâche ni repos. Si la France ne comptera jamais assez d'Altesses Royales dans lesquelles circulent le sang du lys, elle peut compter sur la valeur d'Hommes qui seront par-delà Notre existence en état de relever le Royaume de France de la triste situation à laquelle les esprits chagrins veulent le réduire et de le rendre plus puissant qu'il n'a encore été, de rétablir l'ordre des finances, de remettre, entretenir, et augmenter les produits de l'agriculture, les manufactures et le commerce, d'accroître le nombre des peuples, de développer les revenus de la Couronne en soulageant les sujets et de diminuer la dette de l'État sans jamais faire tort aux créanciers.

    Aux éternels serviteurs de la France, il nous plaît d'attribuer Notre collier dynaste et la médaille associée:

    - Lafa de Bussac [IG: Lafa_]
    - Maud de Montreal [IG: Maud]
    - Jusoor de Blanc-Combaz [IG: Jusoor]
    - Pierre du Val de Loire [IG: P3r3v3rt]
    - Exaltation Lablanche d'Abancourt [IG: Xalta]
    - Maria Agata Aleramica [IG: Tanissa]
    - Verrazzano
    - Charly Zagrebcki [IG: Charly]
    - Heloise Victoire de Troy [IG: Heloise.victoire]
    - Deedlitt de Cassel D'Ailhaud [IG: Deedlitt]
    - Fred de Castelviray [IG: Fred]
    - Lord Dams de Tarentes [IG: Lord_Dams]
    - Laure de Troy [IG: PrincesseLaure]
    - Ingeborg Magnusdotter von Ahlefeldt-Oldenbourg [IG: Ingeburge]
    - Zoyah Novotny [IG: Zoyah]
    - Datan l'Épervier [IG: Datan]
    - Thibaud-Xavier de Ludgares [IG: Tixlu]
    - Daniel Marques Henriques [IG: Henriques]
    - Max [IG : Maxdph]


    Qu'il en soit ainsi, et heureusement.


    Au Palais du Louvre le 20e mai 1461.






Citation :


          Eusaias Blanc-Combaz, Par la Grâce de Dieu, Roi de France



      À tous ceux qui liront ou se feront lire,
      Salut et paix.



    Nous, Eusaias Blanc Combaz, Roy de France par la volonté du Très-Haut, faisions savoir au 26e de Novembre 1461 notre souhait de ne point régner seul. Or la plus belle femme du monde ne saurait faire oublier celle que Nous aimons et que Nous portons gravée au plus profond de Notre âme et au plus secret de Notre cœur. Ô dame de Nos pensées, où que vous soyez, vous êtes Mienne, où que Nous nous trouvons, Nous sommes et serons à vous.

    Aussi, compte tenu que Notre santé déclinante ne nous permet point d'être aussi présents auprès de nos Officiers comme nous l'avons été dans le passé, nous réitérons solennellement par la présente que la Reyne de France Consort Agnès de Saint-Just [IG: Gnia] se voit confier l'auguste charge et la lourde responsabilité d'exprimer Notre volonté, et à ce titre, lui déléguons tous Nos pouvoirs, faisant d'elle la seule dépositaire de Notre pleine autorité. Autorité dont elle n'aura à rendre compte de l'usage qui en aura été fait que devant Nous, au même titre que ceux qui en viendraient à lui contester la légitimité dans laquelle céans il Nous plaît de la renforcer.

    Car la confiance, est plus que jamais comme les chefs-d’œuvre de la nature.
    Ils ne se façonnent pas. Mais existent par eux-mêmes.

    Qu'il en soit ainsi, et heureusement.


    Au Palais du Louvre le 20e mai 1461.






Citation :
------------------------------------------------Eusaias Blanc-Combaz, Par la Grâce de Dieu, Roi de France


      À Nos officiers et feudataires,
      À Nos sujets & à Notre peuple,
      À tous ceux qui parmi eux, la présente liront ou se feront lire,
      Salut.





    Nous prenons la plume dans un premier temps, afin de remercier et féliciter les gens loyaux, honnêtes et courageux qui oeuvrent, manoeuvrent et se dévouent depuis tant de mois pour la sécurité de la France.

    Vos sacrifices ne sont pas vains. La France est debout, la France est glorieuse et la France est fière de ses enfants dont vous faites parti.



    Hélas, bien que nous sachions que le ban est levé depuis le 22 Aout 1459, nous ne pouvons y mettre fin, car l’Aragon est venu en terres Françaises défier tous les Français !

    Nous savons qu’il sera aisé pour nombreux de dire qu’ils ne sont pas hispaniques mais « croisés » afin de mettre le doute dans l’esprit Français, mais nous ne nous ferons pas leurrer.
    Nous imaginons déjà les prélats de Rome venir soutenir les espagnols, mais une fois de plus leurs paroles ne seront que mensonges et fiels.


    Le 28 novembre de l’année dernière nous avions remobilisé seulement le ban de nos domaines et nos chevaliers, mais en ce jour du 17 Mai 1461 nous appelons à la remobilisation du ban royal étendu à toute la France.

    Car jamais Espagnol ne fera loi chez nous, nous prendrons les armes, faucherons leurs armées et prendrons la couronne d’Aragon afin de la placer sur la tête d’une personne Sage !

    Nous appelons notre arrière ban, celui du domaine royal donc, à se tenir prêt, car nos infinies armées marcheront sur l’Armagnac, le Bearn et l’Aragon !

    Toutes les modalités de cette relance du ban royal seront communiqués à nos vassaux par l'entremise de la Hérauderie Royale.



    France lève toi et entame à nouveau ta glorieuse marche !


    Rédigé au Louvre le 21 de Mai 1461.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Annonces du Royaume    

Revenir en haut Aller en bas
 
Annonces du Royaume
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Royaume perdu d'Arnor
» Les souveraines du royaume
» [PARTENARIAT]Le Royaume de Zaïrys
» le royaume d'outrebrumes
» [Fiche d'île] Royaume d'Alabasta

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aile Ouest du Palais des Comtes du Maine :: Panneau d'information :: Ce qu'il faut savoir tout court !-
Sauter vers: